Des vaccins contre le Covid-19 qui protègent ‘seulement’ à 70%: sommes-nous vraiment sur la bonne voie ?

Comment analyser les différentes degrés de protection des vaccins contre le Covid-19 ?

Le vaccin d’AstraZeneca n’offre une protection « que » de 70%. Le vaccin de Johnson & Johnson est efficace à 66%. Ces nouveaux vaccins ne répondent donc pas aux attentes spectaculaires créées Pfizer et de Moderna, dont les vaccins dépassent les 90%. Est-ce un problème ?

Au printemps et à l’été derniers, alors qu’un vaccin contre le Covid-19 n’était qu’une lueur d’espoir, les scientifiques avertissaient déjà que les vaccins pourraient ne pas répondre aux (hautes) attentes du public. Les autorités sanitaires avaient laissé entendre qu’un vaccin ne devait être efficace qu’à 50%. L’important, disaient-ils alors, était que les vaccins protègent au moins contre les maladies graves.

Mais à peine six mois plus tard, à l’automne, les données des essais des vaccins Pfizer et Moderna ont montré respectivement une efficacité de 95% et 94% contre toutes les infections symptomatiques. Ils ont pulvérisé les attentes – et en ont créé de nouvelles en retour.

Les résultats des essais des autres vaccins semblent raisonnablement bons, mais pas aussi spectaculaires. Le vaccin d’AstraZeneca semble être efficace à 70%. Novavax a atteint une efficacité de 89 % au Royaume-Uni, mais de seulement 49% en Afrique du Sud. Et celui de Janssen/Johnson & Johnson affiche une efficacité de 66% contre les infections modérées et graves.

Derrière ces chiffres a priori décevants, une tendance constante

Ces chiffres ne sont pas directement comparables car les différentes études ont été menées dans différents pays, avec des protocoles légèrement différents, contre différents variants du virus. La moindre efficacité en Afrique du Sud est probablement liée à une nouvelle variante du coronavirus, qui semble avoir évolué pour échapper à l’immunité.

Mais sous ces chiffres apparemment décevants se cache un schéma cohérent: tous les vaccins sont très efficaces pour prévenir les maladies graves et les décès dus au Covid-19. C’était l’objectif initial des vaccins, et c’est toujours le plus important. Un vaccin qui confère une immunité partielle est toujours préférable à l’absence de vaccin.

Sur le plan biologique, il est logique que les vaccins contre le Covid-19 soient plus efficaces pour prévenir les infections graves que les infections bénignes. Nous devrions considérer un vaccin comme un gradateur plutôt que comme un interrupteur, nous disent les vaccinologues. Chaque vaccination induit une immunité protectrice contre le coronavirus. Une personne qui serait morte du Covid-19 sans le vaccin pourrait survivre avec un supplément d’oxygène. Une personne qui aurait dû être hospitalisée pourrait n’avoir que de légers symptômes.

À peu près comparable à l’efficacité du vaccin annuel contre la grippe

Dans l’état actuel des choses, même l’efficacité la plus faible de ces vaccins – 49% contre la variante sud-africaine – est à peu près comparable à l’efficacité du vaccin annuel contre la grippe. Avant que les résultats des vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna ne suscitent de tels espoirs, les scientifiques espéraient justement quelque chose de similaire au vaccin contre la grippe. Compte tenu de la gravité des maladies et du nombre de décès, même ces 50% auraient changé la donne, avaient-ils estimé.

Les vaccins sans ARN possèdent également des avantages logistiques. Les vaccins d’AstraZeneca, de Novavax et de Johnson & Johnson peuvent être conservés dans un simple réfrigérateur. En outre, le vaccin de Johnson & Johnson ne nécessite qu’une seule dose, et non deux. Un régime à dose unique signifie deux fois moins de seringues, deux fois moins de rendez-vous et un système de suivi beaucoup plus simple, ce qui facilite considérablement l’administration du vaccin aux populations éloignées et défavorisées.

La rapidité avec laquelle ces vaccins peuvent contribuer à endiguer une pandémie mondiale dépend de la rapidité avec laquelle ils peuvent être produits. Selon le New York Times, Johnson & Johnson a pris du retard dans la production et ne devrait pas le rattraper avant avril. Novavax a également été retardé en raison de problèmes de fabrication.

Ce qui met d’accord tous les experts

Les vaccins dotés de mécanismes et d’efficacité différents compliquent encore davantage les messages que les responsables de la santé publique doivent transmettre. Certaines personnes peuvent être tentées d’attendre un vaccin Covid-19 plus efficace: pourquoi se contenter d’un vaccin qui ‘ne protège qu’à 66’ alors qu’un autre est efficace à plus de 90% ? Quel que soit le vaccin que vous recevrez, vous aurez probablement besoin d’un rappel – ou même de plusieurs rappels – similaire aux vaccins annuels contre la grippe.

Les fabricants de vaccins mettent déjà à jour leurs vaccins contre la variante sud-africaine. Une deuxième variante, originaire du Brésil, présente plusieurs mutations clés similaires et peut également réduire l’efficacité du vaccin. Pour l’instant, les vaccins semblent tout aussi efficaces contre la variété britannique.

Ces variantes sont plus contagieuses et deviennent de plus en plus dominantes dans nos régions. Plus le coronavirus devient incontrôlable, plus il infecte de personnes et plus il y a d’opportunités de créer de nouvelles variantes dangereuses. Alors, Johnson & Johnson, par exemple, teste déjà un schéma à deux doses; étant donné le fonctionnement habituel des vaccins, deux doses offriront presque à coup sûr plus de protection qu’une.

Cependant, tous les experts s’accordent sur ces points:

  • N’importe quel degré de protection vaut mieux que le report de la vaccination.
  • Ce n’est pas le moment d’être pointilleux.
  • Plus nous avons de vaccins, plus nos opportunités collectives sont grandes.