Un léger mieux sur le marché des puces… grâce à l’inflation?

Le sud-coréen Samsung Electronics fait état d’une baisse de la demande de puces de la part des fabricants de smartphones et de PC. Il s’attend à ce que la tendance se poursuive au cours du second semestre 2022, en raison du fait que les consommateurs achètent moins.

La pénurie des puces s’apprête-t-elle à prendre fin ? C’est possible, bien qu’il soit encore trop tôt pour l’assurer. Les pressions sur le marché des puces seraient amenées à s’alléger, du moins pour celles destinées aux smartphones et PC – pour ce qui est des autres produits, notamment des voitures électriques, la situation devrait rester problématique pendant encore un moment. C’est en tout cas ce qu’avance le premier fabricant mondial de puces pour smartphones et PC, Samsung Electronics.

Une prédiction partagée par un autre important fabricant, Qualcomm. L’Américain avait en effet mis en garde contre un coup dur pour les ventes du quatrième trimestre en raison du refroidissement de la demande de smartphones, rapporte CNBC.

Une demande des consommateurs en baisse

Tous deux s’accordent à dire que la raison principale à cela est l’inflation galopante qui étrangle les consommateurs. Comprimés par des prix toujours plus élevés, notamment en ce qui concerne l’énergie, les consommateurs font davantage attention à leurs dépenses. Et pour beaucoup, acheter un nouveau smartphone ou un nouveau PC n’est pas une priorité.

Mais l’inflation ne serait pas la seule raison à cette baisse de la demande en puces. La guerre en Ukraine et les confinements en Chine, le plus grand marché mondial pour les smartphones, ont aggravé les pressions sur la chaine d’approvisionnement, poussant les fabricants de smartphones à réduire leurs commandes de puces pour la simple et bonne raison qu’ils ne seront pas en mesure de les exploiter.

Or, tel un serpent qui se mord la queue, ces différents facteurs ne font que nourrir la baisse de la demande puisque, en raison de l’inflation, de la pénurie de matières premières dues à la guerre en Ukraine et des problèmes au coeur de la chaine d’approvisionnement, le prix des puces grimpe en flèche et c’est le consommateur, dont le pouvoir d’achat est déjà en baisse, qui devra en payer les prix…

Des prévisions mitigées pour les puces mémoires

Si la demande pour les puces destinées aux smartphones et PC continue de chuter au second semestre, ce ne serait pas le cas pour les puces mémoires. “La demande fondamentale de serveurs (puces mémoires) restera solide, car les investissements dans l’infrastructure de base et les nouveaux domaines de croissance tels que l’IA et la 5G devraient continuer à se développer, en se concentrant sur les principales sociétés de centres de données”, a déclaré la firme sud-coréenne.

Une vision partagée par le plus grand fabricant de processeurs au monde, TSMC. Pourtant, son rival SK Hynix, plus modeste, a déclaré que la demande de puces mémoires pour serveurs allait probablement ralentir au cours du second semestre. En cause, la perspective d’une récession. Les clients s’attendent en effet à ce que l’inflation galopante finisse par provoquer une récession et prévoient donc de réduire leurs commandes.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20