Bientôt une douloureuse augmentation des prix des appareils électroniques? Les prix des puces vont à nouveau partir en flèche

Coûts de production en hausse et offre toujours limitée : de nouvelles hausses des prix des puces et semiconducteurs semblent inévitables cette année. De combien vont-elles augmenter? Quel sera l’impact sur les prix des appareils électroniques?

Après un semblant d’accalmie, avec des baisses de prix de certains types de puces et de semi-conducteurs, les principaux fabricants de puces vont augmenter leurs prix prochainement. C’est ce que constatent des analystes du secteur, interrogés par CNBC.

Quelle augmentation pour les puces?

« Les fonderies ont déjà augmenté les prix de 10 à 20% l’année dernière », explique Peter Hanbury, analyste des semi-conducteurs chez Bain. « Nous nous attendons à une nouvelle série d’augmentations de prix cette année, mais plus faible (c’est-à-dire de 5 à 7%). »

Pourquoi ces augmentations de prix chez Samsung, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) ou encore Intel? D’un côté, les entreprises peuvent se le permettre, à cause de la pénurie de puces, et de la demande très forte, continue l’expert. D’un autre côté, elles font face à des augmentations des coûts de matières premières et de coûts de production. Les produits chimiques utilisés ont récemment augmenté entre 10 et 20%, et les coûts de main-d’oeuvre ont augmenté à cause de pénuries et de hausses des salaires.

Ainsi TSMC a déjà prévenu ses clients que les prix allaient augmenter, et cela pour la deuxième fois en moins d’un an. Mais la hausse des prix ne dépasserait pas les 10%. Dans les raisons pour cette hausse, la compagnie indique l’inflation, mais également ses plans d’expansion. En face, Samsung devrait augmenter les prix de ses puces de jusqu’à 20%, rapportait Bloomberg la semaine dernière.

Un autre expert interrogé, Glenn O’Donnell de Forrester, s’attend à une hausse de 10 à 15%. Il pointe vers la guerre en Ukraine et les problèmes d’approvisionnement en matières premières, la demande qui est plus forte que l’offre, et les prix de l’électricité qui augmentent (et la production de puces étant très énergivore).

Pour ces différentes raisons, qui ont toutes lieu en même temps, les prix devraient donc continuer leur envolée en 2022. La question qui reste ouverte est jusqu’où et jusque quand ils vont continuer à augmenter. Une autre question également provoquée par cette hausse est quel effet les prix auront sur les produits nécessitant des puces.

Effets sur les produits électroniques?

« L’augmentation des prix des puces ajoutera du stress à tous les clients en aval qui devront soit répercuter ces augmentations de prix sur leurs clients, ce qui sera difficile dans l’environnement actuel, soit accepter une rentabilité plus faible », continue Hanbury. C’est que les puces sont dans tout : téléphones, voitures, machines à laver, ordinateurs portables… Dans un contexte d’inflation galopante et de perte de pouvoir d’achat, l’augmentation des prix de tels objets, déjà chers mais indispensables, semblera comme un coup de massue pour de nombreux consommateurs.

O’Donnell de son côté est plus catégorique. « Les marges sont déjà serrées sur ces produits, les entreprises n’ont donc pas d’autre choix que d’augmenter les prix », explique-t-il.

Selon un autre expert encore, Syed Alam d’Accenture, l’impact de la hausse du prix des puces dépendra de la part du coût de la puce dans l’ensemble du produit, tout comme de la capacité des producteurs d’appareils à réduire les coûts sur d’autres parts. Des hausses des prix des produits dépendent également de l’environnement de la concurrence pour le produit en question. De manière concrète, cela veut dire que les prix des produits nécessitant des puces plus performantes sont très susceptibles d’augmenter, comme les ordinateurs.

D’un autre côté, certains secteurs où la demande baisse ne pourront pas si simplement répercuter la hausse des prix sur le consommateur. Le marché des smartphones notamment connaît un ralentissement de la demande, explique Hanbury, donc la hausse de prix devrait y rester limitée.

L’Europe et les Etats-Unis se sont déjà engagés pour accueillir des entreprises qui produisent des puces, pour accroître l’offre. Mais cette tâche n’est pas si aisée, et ce nouvel environnement ne se mettra pas en place en un claquement de doigts. A court et à moyen terme, les pressions sur les prix des puces vont donc rester en place, et avec elles les pressions sur les prix des appareils électroniques.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20