L’impact le plus important de la poussée de l’inflation est encore à venir

Certains signes indiquent désormais que la phase aiguë de la hausse de l’inflation touche à sa fin. Mais l’impact le plus important de cette poussée inflationniste par le biais de la hausse des coûts salariaux et des taux d’intérêt est encore à venir. Les entreprises doivent en tenir compte.

À 8,3 % en Belgique, l’inflation est restée très élevée en avril, mais certains signes indiquent que le pire de la poussée inflationniste est désormais derrière nous. Avril a été le premier mois depuis début 2021 où l’inflation n’a pas augmenté davantage. En outre, les marchés de l’énergie semblent également se calmer un peu. Par exemple, le prix du gaz européen, malgré toutes ses fluctuations, est actuellement au même niveau qu’au début du mois d’octobre. Le prix du pétrole a également évolué latéralement au cours des deux derniers mois. Les prix de l’énergie restent donc à des niveaux très élevés, mais pour l’instant ils ne semblent pas devoir augmenter davantage (même si la situation reste incertaine). Si cela reste le cas dans les mois à venir, l’inflation pourrait progressivement commencer à se calmer un peu. Si l’inflation reste élevée tout au long de l’année et que le choc des prix de l’énergie et des matières premières se propage de plus en plus dans l’économie, nous pourrions assister à des taux d’inflation nettement plus faibles en 2023. Cela ne signifie pas pour autant que l’impact de la poussée inflationniste est déjà derrière nous, bien au contraire.

22 milliards de dollars supplémentaires en coûts salariaux

Grâce à l’indexation automatique des salaires, l’inflation se traduit, avec un décalage limité dans le temps (variable selon les secteurs), par une hausse des salaires. Sur la base des dernières projections du Bureau du plan et de la Banque nationale, il semble que l’augmentation totale des salaires moyens au cours de la période 2022-2024 atteindra 14,8 %. Pour les entreprises belges, cela correspond à une masse salariale annuelle supplémentaire de 22 milliards d’euros. Une augmentation salariale aussi spectaculaire est sans précédent depuis le début des années 1980. Pour la plupart des secteurs, la plus grande partie de l’indexation est encore à venir. Par exemple, pour les entreprises qui s’indexent annuellement en janvier, après l’indexation de 3,58 % au début de cette année, il y aura une étape supplémentaire de 7,1 % au début de l’année prochaine, puis encore 2,5 % au début de 2024.

L’impact de cette forte augmentation des coûts salariaux sur notre position concurrentielle dépend de ce qui se passe dans les pays voisins. Là aussi, des augmentations salariales plus fortes sont en vue, mais elles seront presque certainement plus faibles que dans notre pays. Par exemple, le grand syndicat allemand IG Metall se retire des négociations avec une revendication salariale de 8,2% pour les 12 prochains mois. C’est une demande difficile, mais dans le passé, IG Metall n’a atteint que la moitié de sa demande initiale. Si la même chose se produit cette fois-ci, l’Allemagne semble être sur la voie d’une augmentation des salaires d’environ 4 % l’année prochaine. Dans notre cas, il s’agirait plutôt de 6 %. De cette manière, notre handicap salarial augmentera à nouveau rapidement. Pour l’instant, les décideurs politiques semblent rassurés de manière inquiétante à ce sujet. Sans intervention, notre économie risque de subir des dommages structurels dans cette crise.

Taux d’intérêt plus élevés

Un effet secondaire de la poussée inflationniste qui reçoit actuellement moins d’attention est la fin de l’argent gratuit. Les banques centrales du monde entier se tournent vers une politique monétaire moins accommodante. La Banque centrale européenne se tient à l’écart pour l’instant, mais elle devra éventuellement suivre le mouvement. Pendant ce temps, les taux d’intérêt du marché sont clairement en hausse. Le taux d’intérêt belge à 10 ans, par exemple, a déjà grimpé de -0,4 % à la fin de 2020 à 1,5 % aujourd’hui, et il est presque certain que cette tendance va se poursuivre. La période d’argent gratuit (avec des taux d’intérêt nuls) est terminée et n’est pas prête de revenir. Aux États-Unis, qui sont un peu en avance dans ce domaine, les rendements à 10 ans ont maintenant atteint 3 %. Ce chiffre reste faible d’un point de vue historique, mais le passage à des taux d’intérêt plus élevés aura inévitablement des répercussions sur les décisions d’investissement des entreprises et sur le marché immobilier.

Des perspectives difficiles

Les problèmes d’approvisionnement persistants, l’augmentation des coûts de l’énergie et des autres intrants, la hausse des coûts salariaux et des taux d’intérêt laissent présager un environnement économique plus difficile. Pour l’instant, l’activité économique semble se maintenir raisonnablement bien, mais un certain ralentissement de cette dynamique semble inévitable. Notre enquête auprès de 600 entrepreneurs flamands montre également que ces difficultés devraient perdurer pendant un certain temps. Le climat politique actuel n’est pas tel qu’il faille attendre beaucoup de réconfort de ce côté-là (si tant est que cela soit possible). Au contraire, la plupart des ballons vont dans l’autre sens, avec des idées de taxes supplémentaires sur les entreprises et des plaidoyers pour des augmentations de salaires encore plus élevées. Les entreprises feraient bien de tenir compte de ces perspectives difficiles.


L’auteur Bart Van Craeynest est économiste en chef chez Voka et auteur du livre « Terug naar de Feiten ».

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20