Les prévisions de Belfius pour 2021 : trois raisons d’être optimiste

Coronavirus België
Isopix

Belfius s’attend à un recul de 8% de l’économie belge pour 2020, avant une reprise modérée de 3,9% l’année prochaine. L’évolution de la pandémie et les conséquences du deuxième lockdown ont conduit la banque à ne se montrer que ‘modérément positive’ à propos de 2021.

La banque Belfius s’attend désormais à un recul de 8% de l’économie belge pour cette année. L’an prochain s’annonce meilleur avec une croissance de 3,9%. ‘Après la forte récession de cette année, ce n’est finalement pas tant que ça’, souligne Belfius Research dans un communiqué ce mardi. Le mois dernier, des prévisions européennes tablaient sur une contraction de 8,4% de l’économie belge en 2020, avant un rebond de 4,5% en 2021.

‘Les entreprises affaiblies par le premier lockdown ne survivront peut-être pas au second’

Même si l’impact économique du deuxième lockdown est moins important que celui du premier, ses conséquences devraient tout de même se faire sentir tout au long du premier semestre de 2021.

‘Les entreprises vulnérables, qui avaient déjà été affaiblies par le premier lockdown, ne survivront peut-être pas au deuxième lockdown’, redoute ainsi Belfius Research. ‘Les faillites et les licenciements qui s’en suivront se réaliseront en 2021.’ Ceux-ci devraient toutefois rester limités grâce aux mesures de soutien mises en place par les autorités et au chômage temporaire.

Par ailleurs, Belfius note que les entreprises continuent à reporter leurs investissements. ‘Vu la faible demande, leur appareil de production ne tourne pas encore pleinement, de telle sorte qu’elles n’ont pas besoin de faire des investissements pour se développer’. Cette frilosité en matière d’investissements est encore renforcée par le fait que la crise a entraîné une hausse de l’endettement et une baisse de la rentabilité des entreprises.

La banque estime également que des règles strictes en matière de contacts sociaux devraient rester d’application pendant toute une partie de l’année prochaine, ce qui pèsera sur certains secteurs.

Horeca, tourisme, loisirs…

Ce sera notamment le cas pour le secteur des services qui va également se rétablir, ‘mais avec encore beaucoup de difficultés dans l’horeca, le tourisme, la culture et les loisirs’, pointe Belfius Research. ‘Nous y enregistrerons beaucoup de faillites et de pertes d’emplois en 2021.’

‘Dès lors, le soutien des pouvoirs publics restera crucial pour atténuer l’impact pour ces secteurs’, souligne la grande banque belge, qui suppose que les pouvoirs publics maintiendront les soutiens financiers aux secteurs touchés aussi longtemps que nécessaire.

En plus de programmes d’investissements régionaux et fédéraux, notre pays pourra également compter sur quelque 5 milliards d’euros de subsides provenant du fonds de relance européen. Mais, ‘vu la longueur des procédures qui y sont liées’, Belfius ne s’attend pas à voir les effets de ces différents programmes avant la fin de l’année prochaine.

Du côté des ménages, les mesures de confinement (pas d’événements de masse, pas de voyages, pas de sports d’hiver…) et les craintes en matière d’emploi devraient continuer à pousser la consommation vers le bas et l’épargne vers le haut.

Plusieurs raisons de se montrer optimiste

Mais tout n’est pas sombre pour autant dans les prévisions de Belfius Reserach. La banque pointe plusieurs raisons de se montrer optimiste pour 2021:

  • La distribution progressive des vaccins contre le Covid-19 devrait permettre une lente normalisation de l’économie durant le deuxième semestre de l’année prochaine: ‘Les nouvelles positives concernant des vaccins efficaces créent une perspective de relance, avec un effet favorable sur la confiance des producteurs et des consommateurs. Si les programmes de vaccination se déroulent rapidement et efficacement, nous enregistrerons un mouvement de rattrapage de la consommation des ménages d’ici la fin de l’année, ce qui accélérera la relance.’ La banque précise cependant que les entreprises ne réaliseront pas encore le même chiffre d’affaires qu’avant la pandémie d’ici la fin 2021.

Vaccination en Belgique : c’est pour quand, pour qui et quels sont les candidats ?

  • Forte reprise de l’industrie: ‘Nos exportations vont profiter de la relance allemande, grâce à la croissance en Chine et dans d’autres pays asiatiques qui ont entretemps surmonté la pandémie.’
  • Moins d’incertitude sur la scène internationale: ‘D’une part, les tensions commerciales entre l’Europe et les USA vont se calmer grâce à l’élection du nouveau président américain (…) D’autre part, le Brexit sera un fait en 2021, sous quelque forme que ce soit.’

Le ‘bazooka bancaire’ est un pistolet à eau: les PME ignorent le fonds de 50 milliards d’euros