Vaccination en Belgique : c’est pour quand, pour qui et quels sont les candidats ?

Isopix

C’est officiel : le Royaume-Uni est le premier pays au monde à avoir approuvé un vaccin contre le covid. Mais qu’en est-il en Belgique ? Est-on prêt ?

Quand ?

Il faut d’abord savoir que la Belgique, comme tous les pays de l’UE, dépend de L’Agence européenne des médicaments. C’est elle qui doit valider les tests des candidats-vaccins en analysant leurs données.

Or on sait désormais que l’EMA ne donnera son verdict définitif que le 29 décembre prochain pour le vaccin de Pfizer/BioNTech. Pour celui de Moderna, ce ne sera pas avant le 12 janvier. Ce sont pour le moment les deux seuls candidats vaccins à avoir demandé une autorisation formelle à l’EMA.

La ministre Wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), a affirmé ce mardi en commission que les premiers vaccins pourraient être disponibles dès mi-janvier sur le sol belge. Une estimation beaucoup plus optimiste que celle du Premier ministre Alexander De Croo, qui estimait, il y a moins de 10 jours, que ‘la majeure partie n’arriverait qu’au printemps ou à l’été’.

Mais la situation semble avoir évolué. Le Premier ministre annonce un début de la vaccination le 5 janvier en Belgique.

Reste à aborder la délicate étape de la distribution. Une Task Force interfédérale se penche déjà sur la question. ‘L’ensemble du dispositif est en train de se mettre en place’, a expliqué la ministre socialiste. L’objectif est ‘d’aller sur place, dans les hôpitaux, dans les centres d’hébergement… , avec les vaccins.’

Qui ?

Tous les ministres de la Santé se sont réunis ce mercredi mercredi matin pour trancher la question. Mais aucun accord n’en est ressorti. Le plan de base est toutefois déjà entendu. L’ordre de priorité se réfère à un avis du Conseil supérieur de la Santé de juillet 2020.

  • Tous les travailleurs du secteur des soins de santé. À savoir, en priorité, le personnel dans les hôpitaux et les institutions qui prennent en charge les personnes vulnérables. Pour les maisons de repos, le but est de vacciner le personnel et les résidents en même temps.
  • Ensuite, ce sera au tour des personnes âgées de plus de 65 ans. Par tranche d’âge.
  • Enfin les patients de 45 à 65 ans présentant des facteurs de comorbidités: obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, pulmonaires ou encore les personnes souffrant d’hypertension.

En tout, cela représenterait environ 4 millions de personnes en Belgique. Mais le Conseil supérieur de la Santé estime que 20 à 30% refuseront le vaccin, car il se fait sur base volontaire.

Rappelons enfin que dans la plupart des cas, il faudra deux doses. Dans le meilleur scénario, les secondes doses arriveront au deuxième trimestre 2021.

Quels sont les candidats vaccins ?

C’est au niveau de l’Europe que les commandes sont passées. Des centaines de millions de doses ont déjà été commandées auprès de Moderna et Pfizer, les deux vaccins les plus avancés. Le Belgique vient tout juste d’annoncer qu’elle voulait en récupérer 5 millions.

En tout, six institutions ont été mandatées: BioNTech Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Sanofi GSK et CureVac.

Chacun a ses propres caractéristiques: technique de vaccination (ARN messager, vecteurs viraux, protéine virale), efficacité, une ou deux doses et conservation.

Le vaccin d’AstraZeneca pourrait débarquer début 2021 chez nous. Celui du Français Sanofi pas avant juin 2021. Ceux de CureVac et de J&J n’ont pas encore été déterminés.