Goldman Sachs : ‘La moitié de la population européenne sera vaccinée d’ici le mois de mai’

Crédit : Vaccins entreposés chez Pfizer Puurs – Isopix

Combien de temps faudra-t-il attendre avant que la majorité de la population ne soit vaccinée contre le Covid-19? Le département de recherche de la banque de Wall Street Goldman Sachs a établi une chronologie et fait quelques projections.

Dans une étude réalisée par les économistes de Goldman Sachs – dont le Belge Daan Struyven – on peut y lire plusieurs estimations, qui reposent à la fois sur une combinaison des plans de production des 5 principaux fabricants de vaccins (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca-Oxford, Novavax et Johnson & Johnson) et sur les informations relatives aux commandes de ces vaccins, recueillies sur base d’enquêtes auprès des consommateurs. 

Les projections réalisées se présentent sous la forme d’un calendrier:

  • Au Royaume-Uni, 50% de la population devrait rapidement être vaccinée, cela dès le mois de mars.
  • Les États-Unis et le Canada devraient suivre cette tendance en avril, tandis que l’Union européenne, le Japon et l’Australie devraient vacciner la moitié de leur population d’ici le mois de mai.
  • Comme la production de vaccins sera abondante dès le deuxième trimestre, les économistes de Goldman s’attendent à ce qu’environ 70 % de la population soit vaccinée d’ici l’automne 2021.

Les enfants de moins de 12 ans devront quant à eux attendre jusqu’en octobre 2021. Les économistes concluent qu’une immunisation généralisée à partir du deuxième trimestre stimulera le moteur de croissance de l’économie mondiale.

Un scénario sombre

En plus de son scénario de base, l’étude Goldman a également planché sur une variante  plus pessimiste, tablant sur l’hypothèse où les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson (Janssen Pharmaceutica) ne seraient pas approuvés, ces deux vaccins candidats  s’appuyant tous les deux sur la technologie du ‘vecteur viral’, différente de l’approche ARN choisie par les développeurs de vaccins de Pfizer et Moderna (plus d’explications ici).

Dans ce cas de figure, l’offre des vaccins augmenterait beaucoup plus lentement dans l’UE , et cela jusqu’en 2021, car l’Europe dépend davantage d’AstraZeneca et de J&J , en comparaison aux États-Unis par exemple. Si ce scénario venait à se concrétiser, l’UE n’atteindrait pas la barre des 50% de vaccinés avant juillet 2021.