C’est tournée diplomatique générale pour Xi Jinping : 25 rencontres de dirigeants pour sortir la Chine de l’autarcie

En un peu plus d’un mois, Xi Jinping a enchaîné les rencontres diplomatiques bilatérales : 25 au total. C’est beaucoup, surtout après trois ans de limitation maximale des rencontres diplomatiques physiques. Un grand retour sur la scène internationale.

Pourquoi est-ce important ?

Covid, Ukraine, Taïwan, guerre des taxes... ces dernières années, l'Occident et Pékin se sont quelque peu éloignés l'un de l'autre. Pendant ce temps, la Chine a montré de plus en plus de signes de volonté d'aller vers l'autarcie. Ce retour sur la scène diplomatique pourrait en tout cas monter qu'elle a encore besoin du reste du monde.

Les faits : Après près de trois ans d’appels vidéos, Xi Jinping enchaine les rencontres diplomatiques en face à face.

  • Depuis le 31 octobre, Xi Jinping a rencontré 25 dirigeants étrangers. C’est ce qui ressort d’une analyse des communiqués de presse du ministère chinois des Affaires étrangères faite par CNBC.
  • Le G20 en Indonésie y est pour quelque chose, où il a notamment rencontré son homologue américain Joe Biden et d’autres dirigeants, lors d’entrevues bilatérales. La semaine dernière, c’est le président du Conseil européen Charles Michel qui s’est rendu auprès de Xi, et le chancelier allemand Olaf Scholz quelques semaines avant lui, avec une délégation d’industriels allemands. Il s’agissait des deux premiers leaders européens à se rendre en Chine depuis la pandémie.
  • C’est remarquable, car cela faisait près de trois ans que Xi Jinping n’avait pas quitté la Chine. Une première sortie du pays a eu lieu en septembre, lorsqu’il s’est rendu en Ouzbékistan, pour le sommet de la Shanghai Cooperation Organization (qui réunit des pays d’Asie). Durant ces trois ans, marquées par le covid (qui est loin de disparaître de l’ordre du jour en Chine), Xi avait également fortement réduit les réceptions de représentants étrangers.
  • Autre élément de calendrier : début octobre, Xi Jinping a été réélu à la tête du parti communiste et a consolidé son pouvoir : de nombreux membres parmi les plus importants comités du parti ont été remplacés, souvent par des fidèles de Xi. Ils resteront en place pendant cinq ans et choisiront le prochain gouvernement en mars.

Le contexte : améliorer des relations tendues.

  • Avec la crise sanitaire, Pékin et l’Occident se sont éloignés l’un de l’autre. Puis il y a eu la guerre en Ukraine, où la Chine campe sur une position neutre et se garde de condamner la Russie, comme le souhaiterait l’Occident. La visite à Taïwan de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a également grandement vexé Pékin.
    • A niveau commercial aussi, il y a des tensions : Biden n’a rien changé à la politique de la « guerre des taxes » commencée par Trump, et y ajoute des mesures protectionnistes.
  • Cette grande tournée diplomatique, c’est donc pour remettre la Chine sur le devant la scène et améliorer les relations. « Il a rencontré les dirigeants des démocraties industrielles avancées pour la première fois depuis le début de la pandémie et dans un contexte de relations tendues entre la Chine et l’Occident. La plupart des rencontres de Xi ont alimenté une perspective positive de stabilisation des relations », écrit le groupe de réflexion Eurasia Group concernant le G20, dans un rapport cité par CNBC. La diplomatie serait ainsi revenue au niveau d’avant la pandémie.
  • Pour Michael Cunningham, du Asian Studies Center de la Heritage Foundation, « Xi essaie de remettre les relations sur la bonne voie afin que les conditions soient positives pour la Chine. » Ce qui veut dire des conditions semblables à celles de 2018, avant la guerre des taxes de Trump, lorsque les pôles les plus puissants du monde (États-Unis, Europe de l’Ouest, Asie de l’Est) ne s’opposaient pas à la montée en puissance de la Chine, explique-t-il à CNBC.

L’essentiel : sortir de l’autarcie ?

  • Ce retour sur la scène diplomatique pourrait marquer un tournant dans le modèle économique chinois. Cet « isolement » diplomatique des trois dernières années est aussi synonyme d’isolement économique : complication des conditions d’accès aux financements étrangers pour la tech et les promoteurs immobiliers et recherche d’autarcie dans de nombreux domaines, allant des puces électroniques à l’énergie.
  • Est-ce que la Chine est en train de se rendre compte que tout faire tout seul n’est pas toujours possible ? Cela est par exemple déjà apparu pour ses vaccins, qui sont moins efficaces que les solutions occidentales. La Chine est aussi en proie à un ralentissement économique conséquent, et devrait finir l’année avec une croissance très modeste, de l’ordre de 3%. Les causes : les impacts des confinements drastiques, entre autres. S’isoler du monde pourrait davantage freiner l’économie, à l’heure où les craintes de récession font déjà chuter la demande mondiale de produits manufacturés chinois.
  • Un tel changement de cap est-il en train de se profiler ? Seul l’avenir nous le dira. Mais dans tous les cas la Chine n’y arrivera pas seule. Pendant ce temps d’isolement de Pékin, les États-Unis et l’Europe ont relevé leurs boucliers contre la Chine. Notamment avec des mesures protectionnistes, pour des raisons de sécurité nationale, en interdisant par exemple l’export de certaines puces ou de la technologie pour les produire, voire la vente d’usines pour produire ces technologies.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20