LIVE – Ukraine/Russie: les négociations ont commencé

Les 150.000-190.000 soldats à la frontière depuis des semaines n’attendaient que ça : Poutine a lancé une invasion totale de l’Ukraine jeudi, très tôt dans la matinée. Des explosions et des affrontements ont secoué les grandes villes, y compris Kiev, encerclée, mais qui reste toutefois aux mains de l’Ukraine. Les troupes russes, venues du nord, du sud et de l’est, ont attaqué plusieurs grandes villes du pays mais semblent avoir enduré de sérieux revers. Poutine a averti l’Occident qu’en cas d’intervention, il déploierait des « conséquences jamais vues ». Pendant ce temps, les sanctions pleuvent, et la Russie semble sur le point d’être exclue du Swift. Des négociations entre Ukrainiens et Russes sont en préparation.

LUNDI

  • 15h20 – Sanctions décidées par la Suisse : La République helvétique annonce ce lundi reproduire les mêmes sanctions que celles décidées par l’Union européenne. La Suisse est en effet une pièce importante du puzzle des sanctions ; sans sanctions de sa part, les politiques et oligarques incriminés pourraient en partie contourner les sanctions décidées par la communauté internationale.
    Les avoirs des personnes qui se trouvent sur liste noire sont ainsi gelés avec effet immédiat, annonce Ueli Maurer, le ministre des Finances. Il s’agit de personnes dont le nom n’est pas divulgué, mais qui ont des liens économiques importants avec la Suisse, notamment via le secteur des finances et d’échanges de matières premières. Elles sont également interdites d’entrer sur le territoire

  • 14h40 – Les estimations du nombre de ressortissants ukrainiens ayant fui vers l’Europe sont de l’ordre de 400.000 à 500.000. Selon le Commissaire en charge des réfugiés, Ylva Johansson, « il faut se préparer à en recevoir des millions ». Des permis de séjour et de travail de trois ans seraient sur la table. Une mesure européenne spéciale, créée après la guerre des Balkans, existe pour un tel cas d’arrivée massive de personnes. Elle prévoit de donner le même niveau de protection dans tous les pays membres de l’UE. La mesure n’a pour l’heure jamais encore été enclenchée. La Commissaire espère avoir une réponse de la part des ministres de l’Intérieur jeudi.

  • 14h25 – La Russie ferme son espace aérien aux compagnies aériennes de 36 pays. Tous les pays de l’Union européenne sont concernés. Plus tôt, de nombreux pays avaient fermé leur espace aérien aux compagnies russes. Le Royaume-Uni, l’Albanie, le Canada et la Norvège sont également concernés par l’interdiction russe. L’agence du transport aérien Rosaviatsia ajoute qu’une autorisation spéciale sera nécessaire pour survoler le territoire russe.

  • 14h00 – Nouvelles sanctions américaines : Les Américains ne peuvent plus opérer de transaction avec la Banque centrale russe. Tous les actifs que la Banque possède aux Etats-Unis sont également gelés. La mesure concerne aussi le Ministère des Finances ainsi que le Fonds Souverain russe.

  • 12h00 – Les négociations ont officiellement commencé. Selon le Jerusalem Post, Roman Abramovitch, le propriétaire du club de foot de Chelsea, est impliqué dans les discussions.

  • 11h45 – d’après l’ONU, il y aurait plus de 100 civils tués et plus de 300 blessés en Ukraine.

  • 11h25 – à l’approche des pourparlers, la Russie veut maintenir secrètes les discussions. L’Ukraine demandera logiquement un « cessez-le-feu » immédiat et le retrait des troupes russes. Poutine reste lui au Kremlin pour « s’occuper de l’économie russe », selon les porte-paroles du gouvernement.

  • 10h18 – le rouble a perdu près de 30% de sa valeur. En réponse la banque centrale russe a relevé son taux de référence à 20% plutôt que 9,5% auparavant.

  • 9h23 – Le plus grand fonds souverain au monde va lacher progressivement ses investissements russes. Le fonds norvégien de 1.300 milliards de dollars a même déjà commencé à geler plusieurs investissements, rapporte Reuters.

  • 8h10 – L’Union européenne renforce ses sanctions à l’encontre de la Russie en fermant son espace aérien aux avions russes. En parallèle, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que les médias d’État russes seront interdits de diffusion au sein de l’UE.

  • 7h37 – Les pays occidentaux ont déclaré qu’ils durciraient une nouvelle fois encore les sanctions infligées à la Russie. Ils ont également indiqué qu’ils livreraient des armes à l’Ukraine, notamment des missiles Stinger pour abattre des hélicoptères et avions. De leurs côtés, les États-Unis ont intensifié le flux d’armes vers l’Ukraine.

  • 7h31 – Une rencontre entre les délégations ukrainiennes et russes doit avoir lieu aujourd’hui en Biélorussie, à Pripyat, « sans condition préalable ». Le ministère biélorusse des Affaires étrangères a partagé une photo du lieu de rendez-vous. « En Biélorussie, tout est prêt pour accueillir les négociations russo-ukrainiennes. En attendant l’arrivée des délégations », a tweeté le ministère.

  • 7h06 – La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est prononcée en faveur de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. La coopération avec l’Ukraine est déjà en cours dans plusieurs domaines, a-t-elle rappelé. Le pays travaille à son adhésion au sein de l’UE depuis plusieurs années déjà.

  • 6h42 – Plusieurs explosions ont été entendues à Kiev tôt lundi matin, selon les services d’information étatiques ukrainiens. Au nord de la ville, l’armée russe a tenté de construire un pont pour traverser la rivière Irpin, a indiqué le chef de l’armée ukrainienne sur Facebook. Une nouvelle tentative de prendre la banlieue d’Irpin a échoué, indique le même message. Une information qui n’a pu être vérifiée de manière indépendante. « Nous n’abandonnerons pas la capitale, l’Ukraine est déjà en train de gagner », a déclaré de son côté le ministre ukrainien de la défense.

DIMANCHE

  • 21h36 – Volodymyr Zelenskiy déclare que les délégations ukrainienne et russe se rencontreront sans conditions préalables à Pripyat, en Biélorussie. Le président ukrainien a déclaré qu’il n’était pas convaincu que des progrès seraient réalisés, mais qu’il allait essayer.
  • 18h08 – Vladimir Poutine a ordonné à son armée de mettre les forces de dissuasion nucléaire de la Russie en état d’alerte maximale.
  • 17h27 – L’agence des Nations unies pour les réfugiés a déclaré que plus de 368 000 personnes avaient fui l’Ukraine pour se réfugier dans les pays voisins. Jusqu’à 4 millions de personnes pourraient devenir des réfugiés si la situation continue de s’aggraver, a déclaré l’ONU.
  • 15h52 – Le bureau du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré sur l’application de messagerie Telegram que des délégations russes et ukrainiennes se rencontreraient dans un lieu non précisé à la frontière biélorusse et n’a pas donné d’heure précise pour la rencontre. Cette annonce est intervenue quelques heures après que la Russie a annoncé que sa délégation s’était rendue en Biélorussie dans l’attente de pourparlers. Les responsables ukrainiens ont d’abord rejeté cette initiative, affirmant que les pourparlers devaient avoir lieu ailleurs que dans ce pays, où la Russie a placé un important contingent de troupes. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré que « nous ne céderons pas un seul pouce de notre territoire », à la veille des discussions convenues entre les délégations ukrainienne et russe. Aujourd’hui, après une série de revers militaires qui, selon certains observateurs, ont pu choquer le président russe Vladimir Poutine, les conditions ont été abandonnées, ce qui, selon M. Kuleba, est « déjà une victoire ».
  • 15h12 – Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré que les délégations ukrainienne et russe se rencontreront sans conditions préalables. On ne sait toutefois pas encore où et quand cette rencontre aura lieu. Ce n’est pas la première fois que des rumeurs de négociations apparaissent, et jusqu’ici elles ne se sont pas encore concrétisées.
  • 13h11 – La Biélorussie serait sur le point de déclarer la guerre à l’Ukraine, selon l’ancien ministre ukrainien de la défense Zagorodnyuk: « La République de Biélorussie va très probablement se joindre à la guerre russe contre l’Ukraine. Du côté russe. L’information circule que des troupes aéroportées de la République de Biélorussie seraient chargées dans les avions pour entrer en Ukraine. Il s’agit d’une évolution terrible, car elle implique un pays qui, jusqu’à très récemment, était un grand ami de l’Ukraine et que les gens ont toujours considéré comme une nation fraternelle. L’Ukraine et la Biélorussie n’ont jamais été en guerre l’une contre l’autre au cours de leurs centaines d’années d’histoire. Nous pensons que la seule raison de cette décision était une demande personnelle du président de la Russie, qui dépend entièrement de Poutine dans sa politique. »
  • 10h15 – « Les forces ukrainiennes ont engagé les restes des forces irrégulières russes à l’intérieur de la ville de Kiev pour la deuxième nuit consécutive, les combats ont été d’une intensité plus faible que la soirée précédente », selon le ministère de la Défense du Royaume-Uni. « Après avoir rencontré une forte résistance à Tchernihiv, les forces russes contournent la zone afin de donner la priorité à l’encerclement et à l’isolement de Kiev. »
  • 8h30 – Une délégation russe se dit « prête à discuter » avec l’Ukraine au Belarus mais Volodymyr Zelenskiy décline, déclarant qu’il restait ouvert à des pourparlers dans d’autres endroits qui n’ont pas fait preuve d’agression envers l’Ukraine. Le président ukrainien a ajouté que des pourparlers à Minsk auraient été possibles si la Russie n’avait pas attaqué l’Ukraine depuis le territoire biélorusse.
  • 7h34 – L’avancée russe à Kharkiv se heurterait à une résistance farouche. Oleg Synegubov, chef de l’administration régionale de Kharkiv, a déclaré que des véhicules militaires légers avaient « pénétré dans la ville. » Anton Gerashchenko, conseiller du ministre ukrainien de l’Intérieur, a déclaré qu’il y avait de « violents combats » dans les rues, ainsi qu’une vidéo montrant des véhicules blindés ennemis en feu. M. Synegubov a exhorté les habitants à se mettre à l’abri et à ne pas sortir.

SAMEDI

  • 23h30 – Les Occidentaux avancent une nouvelle série de sanctions qui « paralyseront la capacité de Poutine à financer sa machine de guerre », annonce Ursula von der Leyen. Premièrement, plusieurs banques russes vont être retirées de Swift. « Cela les empêchera d’opérer dans le monde entier et bloquera efficacement les exportations et les importations russes », a expliqué la présidente de la Commission européenne. Deuxièmement, les actifs de la Banque centrale russe vont être paralysés. « Cela va geler ses transactions. Et cela empêchera la Banque centrale de liquider ses actifs », a-t-elle ajouté. Ces deux propositions émanent de la Commission, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Royaume-Uni, du Canada et des Etats-Unis. Elles seront proposées aux leaders des Etats de l’UE ce dimanche.
  • 21h58 – Les sirènes d’alarme ont retenti en début de soirée à Kiev: la capitale ukrainienne risque d’être à nouveau bombardée pendant la nuit. De nouveaux affrontements avec les troupes russes sont également attendus.
  • 21h18 – Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront dimanche à 18h. Objectif: apporter du soutien militaire supplémentaire aux forces armées ukrainiennes, « afin de les soutenir dans leur combat héroïque », annonce le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell. A priori, de nouvelles sanctions contre la Russie ne sont pas au programme, bien que des discussions au sujet d’une éventuelle exclusion de la Russie du Swift pourraient avoir lieu.

  • 20h42 – Les troupes russes s’approcheraient de la centrale nucléaire de Zaporijia et auraient pointé des roquettes vers le site. C’est en tout cas ce qu’annonce Vadym Denysenko, conseiller du ministre ukrainien de l’Intérieur. Disposant d’une puissance totale de 6.000 MW, cette centrale est la plus puissante d’Europe. Elle se situe dans le sud-est de l’Ukraine, à Enerhodar, à environ 2 heures de route de la ville de Metilopol, que les Russes ont annoncé avoir conquise plus tôt dans la journée. Jeudi, les troupes russes s’étaient déjà emparées de la centrale de Tchernobyl, mise à l’arrêt en 2000.

  • 20h07 – L’oligarque russe Roman Abramovich, proche de Poutine, propriétaire du club de football londonien de Chelsea, se retire de la gestion du club et la place dans les mains des administrateurs la Chelsea’s charitable Foundation.

  • 19h50 – Après une journée relativement calme, les combats reprennent à Kiev.

  • 19h36 – L’état de l’avancée des troupes russes en Ukraine, samedi en début de soirée, selon les informations d’une des rares radios indépendantes russes, Echo de Moscou:
  • 19h27 – L’Allemagne va livrer 1000 lance-roquette et 500 missiles sol-air à l’Ukraine. « L’agression russe contre l’Ukraine marque un changement d’époque, elle menace l’ordre établi depuis l’après-guerre », a expliqué le chancelier Olaf Scholz. « Dans cette situation il est de notre devoir d’aider l’Ukraine autant que nous pouvons à se défendre contre l’armée d’invasion de Vladimir Poutine. » Un peu plus tôt, Berlin avait annoncé rompre avec la politique qui est la sienne depuis l’après-guerre, à savoir de ne pas envoyer d’armes dans des zones de conflit. Ce qui avait déjà débouché au déblocage de l’envoi de 400 lance-grenades des Pays-Bas vers l’Ukraine.

  • 18h40Le site officiel du Kremlin a été désactivé en fin d’après-midi. Il n’est toujours pas rétabli. La cyberattaque a été revendiquée par Anonymous. Le site du régulateur russe des médias en a lui aussi été victime. Plusieurs chaînes russes ont également été piratées et diffusent des chansons ukrainiennes.

  • 18h16 – L’Allemagne est prête à « limiter » l’accès de la Russie à Swift. « Nous travaillons à la manière de limiter les dommages collatéraux d’une déconnexion de Swift. (…) Ce dont nous avons besoin, c’est d’une restriction ciblée et fonctionnelle », ont indiqué les ministres des Affaires étrangères, Annalena Barbock, et de l’Economie, Robert Habeck. L’Allemagne semble faire office de dernier barrage à l’exclusion de la Russie de la plateforme interbancaire, l’ensemble de ses partenaires européens ayant déclaré y être favorables.

  • 17h36 – Des sources occidentales indiquent que la Russie éprouvent des difficultés auxquelles elle ne s’attendait pas. Le ministre britannique de la Défense affirme que la vitesse de l’avancée russe a temporairement ralenti, probablement en raison de « difficultés logistiques aiguës et d’une forte résistance ukrainienne ». Aucune grosse ville ukrainienne n’a été prise jusqu’à présent. Pourtant, la Russie a déjà engagé « plus de 50% » de la force qu’elle a massée aux frontières du pays, selon un haut responsable du Pentagone. « Nous pensons que les Russes sont de plus en plus frustrés par leur perte d’élan au cours des dernières 24 heures, notamment dans le nord de l’Ukraine », a-t-il commenté.

  • 17h14 – La Russie va « élargir l’offensive » sur l’Ukraine, dans toutes les directions, a fait savoir le ministère russe de la Défense, qui en a donné l’ordre à son armée.

  • 16h55 – L’Allemagne a décidé de lever le blocage sur le transfert d’armes létales qui lui sont liées. Cela va permettre l’envoi de 400 lance-grenades des Pays-Bas vers l’Ukraine. Cette décision constitue un tournant dans la politique allemande vis-à-vis de l’invasion russe en Ukraine, le pays s’efforce depuis longtemps à ne pas exporter d’armes létales dans des zones de conflit. Selon certains observateurs, cela pourrait également être un tournant plus global dans l’assistance militaire de l’Europe à l’Ukraine, nombre d’armes étant au moins partiellement fabriquées en Allemagne.

  • 16h15 – La Belgique va envoyer 300 soldats en Roumanie dans le cadre de la Force de réaction de l’OTAN (NRF), déployée dans l’Est de l’Europe.

  • 15h12 Le Kremlin accuse l’Ukraine d’avoir refusé des négociations, faisant capoter une trêve. Poutine aurait ordonné l’arrêt de l’avancée de l’essentiel de forces, avant de les faire redémarrer ce samedi suite au refus de Kiev de négocier. Le chef du bureau du président ukrainien Zelensky, Mikhaïl Podolyak, répond que c’est faux. Selon lui, la Russie avait posé des « conditions inacceptables [et] des demandes d’ultimatum ».

  • 15h01Zelensky sème la confusion en remerciant la Turquie pour avoir, selon lui, bloqué le passage des navires vers la mer Noire, via les détroits du Bosphore et des Dardanelles. Ankara a toutefois à nouveau répété n’avoir pris aucune décision à ce stade. La Russie confirme: elle n’a été notifiée de rien. La convention de Montreux (1936) stipule que, en temps de guerre, si la Turquie n’est pas belligérante, les navires des États de la mer Noire doivent être autorisés à traverser les deux détroits. Si la Turquie venait donc à y interdire les navires russes, elle enfreindrait la convention. Une telle décision empêcherait la Russie de ramener ses navires de guerre stationnés dans le monde vers la mer Noire pour appuyer l’offensive en Ukraine.

  • 14h26 – Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, lors d’une conversation téléphonique avec son homologue russe, a appelé la Russie à cesser son invasion de l’Ukraine. Selon lui, Ankara est prêt à recevoir les dirigeants russes et ukrainiens pour des pourparlers de paix.

  • 13h10 – La Belgique va donner des armes à l’Ukraine, annonce Alexander De Croo. 2.000 mitrailleuses vont être fournies à l’armée ukrainienne. En outre, notre pays lui fournira 3.800 tonnes de fuel pour approvisionner les troupes ukrainiennes. « Une analyse plus approfondie des demandes continue », a ajouté le Premier ministre belge. Une décision qui fait suite à d’âpres discussions tenues ces derniers jours au sein de la Vivaldi.

  • 12h47Toute personne en rue après 17h sera traité comme un ennemi, a annoncé le maire de Kiev, qui a donc durci le couvre-feu, le faisant passer de 17h à 8h pour tout le week-end. « Tous les civils qui seront dans la rue pendant le couvre-feu seront considérés comme des membres des groupes de sabotage et de reconnaissance de l’ennemi », a-t-il fait savoir.

  • 12h32 – Zelensky annonce avoir « cassé le plan » de la Russie. « Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies. Les combats continuent dans de nombreuses villes et régions du pays, mais (…) c’est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale », s’est-il félicité, à la mi-journée du troisième jour de l’invasion russe. Le président ukrainien a aussi appelé les Russes à dire à Poutine d’arrêter la guerre.

  • 11h54 – L’ancien président russe Dmitri Medvedev a rejeté la série de sanctions paralysantes annoncées contre la Russie par les États-Unis, l’Union européenne et d’autres alliés comme étant « le reflet de l’impuissance politique de l’Occident ». Il a déclaré qu' »il n’y a pas de besoin particulier de maintenir des relations diplomatiques ». Medvedev a aussi évoqué la possibilité de geler les avoirs occidentaux en Russie si l’Occident continue à geler les avoirs russes. Il a également précisé que la Russie pourrait se retirer des nouveaux accords nucléaires START.

  • 11h27 Le personnel de l’ambassade de Belgique à Kiev a été transféré à l’ambassade de France. « Cela permettra à l’ambassade de rester opérationnelle dans les meilleures conditions possibles », a déclaré le Service public fédéral Affaires étrangères.

  • 11h05 – Un tweet du scientifique et ancien trader de produits dérivés libano-américain Nassim Taleb fait le buzz. « Poutine, qui aime poser sur un cheval, se cache dans un bunker éloigné, tandis que Zelensky, l’ancien comédien, risque sa vie au front« , écrit-il.
  • 11h00 – La Pologne annonce que 100.000 réfugiés ukrainiens ont passé la frontière ces derniers jours. « Il s’agit principalement de femmes avec des enfants et d’hommes qui sont trop âgés pour prendre part à la guerre », a précisé le vice-ministre de l’Intérieur Pavel Szefernaker

  • 10h28 L’armée ukrainienne affirme que 3.500 soldats russes auraient été tués depuis le début de l’invasion. 200 autres auraient été capturés. En outre,14 avions, 8 hélicoptères, 102 chars et 530 autres véhicules militaires auraient été détruits. Selon le ministre ukrainien de la Santé, 198 civils ukrainiens, dont 3 enfants, auraient perdu la vie depuis jeudi matin. Côté blessés, il y en aurait 1.115, dont 33 enfants. Des bilans à prendre, bien sûr, avec des pincettes.

  • 9h39 – Le métro de Kiev est passé en « mode abri ». Il ne fonctionne donc plus et sert uniquement aux citoyens à se protéger, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko.

  • 8h55 Des coups de feu ont été entendus dans la matinée à proximité des bâtiments du gouvernement ukrainien, à Kiev. Dans le même temps, il apparaît qu’un grand immeuble résidentiel de la capitale a été lourdement touché par un missile. Deux personnes ont perdu la vie.

Résumé de la nuit de vendredi à jeudi:

  • Les combats se poursuivent dans les rues de Kiev. Des affrontements ont notamment lieu sur l’avenue de la Victoire, une des principales artères de la ville. Les habitants de la capitale ont été invités à rester dans leurs abris ou, s’ils sont chez eux, à ne pas s’approcher des fenêtres.
  • A 6h du matin, le maire de Kiev a annoncé que les affrontements de la nuit avaient fait 35 blessés, dont 2 enfants.
  • Le président Zelensky a appelé les Ukrainiens à « ne pas déposer les armes et à défendre le pays ».
  • Ailleurs en Ukraine, la Russie a annoncé avoir visé des infrastructures militaires ukrainiennes avec des missiles de croisière navals et aériens. 821 infrastructures militaires, dont 14 aérodromes, auraient été détruites.
  • Les troupes russes auraient également pris le « contrôle total » de la ville de Metilopol, dans le sud du pays, non loin de la Crimée.
  • La Russie a mis son veto, lors d’un vote au Conseil de sécurité de l’ONU, à une résolution co-écrite par les Etats-Unis et l’Albanie déplorant dans « les termes les plus forts » son « agression contre l’Ukraine » et lui réclamant de retirer « immédiatement » ses troupes de ce pays. Sur les 15 membres du Conseil, 11 pays ont voté en faveur du texte, trois se sont abstenus: Chine, Inde et Emirats arabes unis. Cela prouve que « le monde est avec nous, que la vérité est avec nous, que la victoire sera nôtre ! », a tweeté le président ukrainien après ce vote.

VENDREDI

  • 23h27 – Le ministère américain de la Défense a confirmé qu’un « assaut amphibie » russe a été lancé à Marioupol, une ville côtière du sud-est de l’Ukraine. »Nous pensons qu’un tel assaut est en cours aujourd’hui, mais nous n’avons pas une parfaite visibilité sur son déroulement », a déclaré John Kirby, le porte-parole du Pentagone. A Kiev, le président ukrainien s’est adressé à la population, suggérant qu’une nuit de durs combats attendait le pays: «  »Cette nuit sera plus dure que le jour. De nombreuses villes de notre État sont attaquées : Tchernihiv, Sumy, Kharkiv, nos garçons et filles dans le Donbas, les villes du sud, une attention particulière à Kiev », a-t-il déclaré. « Nous ne pouvons pas perdre la capitale. »

  • 22h53 – Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le président russe, Vladimir Poutine, discuteraient actuellement d’un lieu et d’une heure pour s’entretenir, selon un porte-parole de Zelensky. Celui-ci a déclaré que l’Ukraine était prête à discuter d’un éventuel cessez-le-feu, rapporte encore Reuters. Une information à prendre toutefois au conditionnel. Plus tôt dans la journée, le département d’État américain avait émis des doutes quant à la légitimité des projets de diplomatie de la Russie, affirmant que celle-ci devait d’abord cesser de bombarder l’Ukraine.

  • 20h24 – L’armée russe aurait détruit la centrale thermique de Kiev, selon le maire de Kiev, Vitali Klitschko, signe que l’armée russe vise les infrastructures critiques de la capitale. Cette annonce fait suite à un autre rapport de M. Klitschko selon lequel cinq explosions ont été entendues en l’espace de trois à cinq minutes près d’une centrale électrique située au nord de Kiev. « Les services d’urgence sont en cours. Nous sommes en train de découvrir les détails », a déclaré Klitschko. « La situation actuelle – sans exagération – est menaçante pour Kiev. La nuit, au plus proche du matin, sera très difficile. »
    UPDATE: Il apparaît finalement samedi matin que la centrale est toujours opérationnelle, bien que des bruits d’explosions aient été entendus à proximité.

  • 15h45 – Poutine appelle l’armée ukrainienne à « prendre le pouvoir » à Kiev. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est de fait la cible numéro 1 du Kremlin.

  • 14h05 – L’UE se prépare à geler les avoirs de Poutine et Lavrov (Financial Times)

  • 12h59 – Vladimir Poutine et Xi Jinping se sont entretenus. La Chine apporte « son soutien à la Russie dans la résolution (du conflit) par le biais de négociations avec l’Ukraine », a rapporté la télévision d’Etat chinoise. Les États-Unis tentent en coulisses de détacher le lien entre la Chine et la Russie, mais Pékin ne compte pas se faire dicter quoique ce soit. Selon le New York Times, des responsables chinois ont déclaré qu’ils ne croyaient pas les États-Unis (sur une invasion de l’Ukraine) – et ont secrètement dit à la Russie que les États-Unis essayaient de semer la discorde. La Chine a répondu qu’elle n’essaierait pas d’entraver la Russie.

  • 12h15 – Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que Moscou était prêt à négocier avec l’Ukraine une fois que l’armée ukrainienne aurait déposé les armes.

  • 10h57 – des tirs ont été entendus à proximité des quartiers gouvernementaux à Kiev. Les troupes russes progressent depuis l’Est et le Nord de la ville.

  • 9h49 – Sur la seule journée de jeudi, les 22 personnes les plus riches de Russie ont perdu 39 milliards de dollars. Autant en 24 heures qu’en quasiment deux mois. Nos explications ici.

  • 9h02 Après des explosions à l’aube, les combats semblent avoir commencé à Kiev. Des échanges de tirs ont été entendus dans un quartier du nord de la capitale ukrainienne. Le ministère ukrainien de la Défense a demandé aux civils du quartier de prendre les armes. « Nous demandons aux citoyens de nous informer des mouvements ennemis, faites des cocktails molotov, neutralisez l’occupant! », a-t-il écrit. Jeudi soir, l’Ukraine avait annoncé avoir distribué 10.000 fusils automatiques aux citoyens de Kiev.
  • 8h18« La Russie devra nous parler tôt ou tard » avec l’Ukraine, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo publiée sur les réseau. « Parler de la manière dont on pourra mettre fin aux combats et arrêter l’invasion. Plus tôt cette conversation commence, et plus réduites seront les pertes pour la Russie elle-même », a-t-il déclaré, alors que l’armée russe marche sur Kiev.
  • 7h42Le président Zelensky s’en prend aux alliés de l’Ukraine. « Ce matin, nous défendons notre pays seuls. Comme hier, le pays le plus puissant du monde a regardé de loin », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook, en faire une allusion claire aux États-Unis. « La Russie a été frappée de sanctions hier, mais celles-ci ne sont pas suffisantes pour faire partir ces troupes étrangères de notre sol. Seules la solidarité et la détermination permettront d’y parvenir. » Le président ukrainien a aussi déploré les bombardements survenus sur Kiev à l’aube, soulignant que « de telles attaques sur notre capitale n’ont pas eu lieu depuis 1941 ».

  • 7h26 « Navire de guerre russe, va te faire foutre ». C’est ce qu’ont répondu les soldats ukrainiens basés sur l’Île des Serpents à un navire de guerre russe leur demandant de se rendre sous peine d’être bombardés. Peu de temps après, ils ont été tués. Ils recevront le titre de « Héro de l’Ukraine », a annoncé le président Zelensky, qui a aussi confirmé que l’île était donc tombée aux mains des Russes. Cette île n’est qu’un petit caillou rocheux mais sa position, en Mer Noire, au large de la Roumanie, est considérée comme stratégique.
  • 7h20 – La Banque de Russie annonce des mesures de soutien aux banques russes touchées par les sanctions occidentales. Les deux plus grandes banques du pays, VTB et Sberbank, sont concernées.

  • 7h05 L’Ukraine annonce que le bilan de l’invasion russe passe à 137 morts et 316 blessés. L’armée ukrainienne estime les pertes matérielles russes à plus de 30 tanks, 130 véhicules blindés de combat, sept avions et six hélicoptères.

Résumé de la nuit de jeudi à vendredi :

  • Plusieurs fortes explosions ont été entendues dans la capitale ukrainienne, Kiev, tôt dans le matinée. L’Ukraine accuse la Russie de tirer des « horribles » missiles sur sa capitale.
  • Le poste-frontière ukrainien dans la région de Zaporizhzhya a été touché par une frappe de missile très tôt ce matin, faisant plusieurs victimes et blessés. Selon les responsables américains, l’armée russe ne serait qu’à quelques kilomètres de Kiev. Selon eux, l’objectif russe est d’encercler la ville et de renverser potentiellement le gouvernement ukrainien.
  • La banque centrale ukrainienne a répondu aux attaques en interdisant les paiements à des entités en Russie et en Biélorussie ainsi que les opérations impliquant les devises des deux pays, rapporte Reuters.
  • Le service national des gardes-frontières interdit aux hommes ukrainiens âgés de 18 à 60 ans de quitter le pays.
  • Alors que l’Union européenne, l’OTAN et les États-Unis condamnent l’attaque de la Russie, aucune intervention armée en Ukraine n’a pour l’instant été annoncée. Seules des sanctions massives sont prévues. Il n’est pas encore question d’exclure la Russie du système économique mondial, le Swift. Une abstention que condamne le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba.
  • Après une réunion des Vingt-Sept, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté un nouveau paquet de sanctions prises à l’encontre de la Russie. L’UE va notamment limiter drastiquement l’accès de la Russie aux marchés de capitaux européens, entravant et renchérissant le financement de sa dette. 70% du marché bancaire russe et des entreprises publiques importantes, notamment du secteur de la défense, sont ciblés. Des sanctions qui « augmenteront les coûts d’emprunt de la Russie, augmenteront l’inflation et éroderont progressivement la base industrielle de la Russie. Nous ciblons également l’élite russe en limitant ses dépôts afin qu’elle ne puisse plus cacher son argent en Europe », a expliqué Mme von der Leyen. En outre, l’UE compte réduire l’accès de la Russie à des « technologies cruciales ». Il va être interdit d’y exporter des avions, des pièces et équipements de l’industrie aéronautique et spatiale, ainsi que des technologies de raffinage pour l’industrie pétrolière. Les restrictions d’exportations toucheront aussi les biens à double usage (civil et militaire). Enfin, de nouvelles sanctions seront prises contre certains membres de l’élite russe.

JEUDI

  • 22h30 Kiev a armé ses civils. Le ministre de l’Intérieur ukrainien annonce que 10.000 fusils automatiques ont été distribués aux citoyens de la capitale ces dernières heures. Au vu de leur rapide avancée, les troupes russes devraient commencer encercler la ville dans la nuit de jeudi à vendredi.

  • 22h26 L’armée ukrainienne aurait finalement réussi à empêcher les troupes russes de prendre le contrôle de l’aéroport de Hostomel, tout proche de Kiev. Plus tôt dans la journée, le président Zelensky avait lui-même annoncé que les Russes s’étaient emparés de l’aéroport. Les affrontements sont en tout cas toujours en cours.

  • 22h15 Emmanuel Macron a téléphoné à Vladimir Poutine. C’est la première fois que le président russe parle avec un dirigeant occidental depuis qu’il a ordonné l’invasion de l’Ukraine jeudi matin. « Après avoir parlé au président ukrainien, et en concertation avec lui, le président a appelé Vladimir Poutine pour exiger l’arrêt immédiat des opérations militaires russes, en rappelant que la Russie s’exposait à des sanctions massives », a commenté l’Elysée. De son côté, le Kremlin a évoqué un échangé « sérieux et franc », lors duquel Poutine a pu fournir « une explication détaillée sur les raisons » qui ont poussé Moscou à mener une telle opération.

  • 21h37 Les Vingt Sept annoncent avoir approuvé un nouveau paquet de sanctions à l’encontre de la Russie. Principales cibles: les secteurs de la finance, de l’énergie et des transports. Les détails pratiques n’ont pas encore été dévoilés. Ces mesures couvriront également les biens à usage double (à la fois civil et militaire) et la délivrance de visas. Une réunion extraordinaire du Conseil européen est en cours, en vue de, déjà, décider d’autres sanctions. Une des options sur la table est de déconnecter la Russie du système économique mondial, en l’excluant du Swift. Une mesure très forte qui suscite beaucoup de discussions.

  • 20h40 L’invasion russe a fait 57 morts et 169 blessés côté ukrainien jeudi, selon le ministère ukrainien de la Santé.

  • 20h29 – « Les défenses aériennes de l’Ukraine sont maintenant éliminées et ils n’ont plus de force aérienne pour se protéger. Les Russes vont chercher dans les prochaines heures à masser une force écrasante autour de la capitale et la défense revient désormais aux forces terrestres et à la résistance populaire », annonce un haut responsable du renseignement occidental.

  • 20h15 – Bien que les autorités russes aient annoncé qu’elles réprimeraient toutes les manifestations contre l’attaque de l’Ukraine, des centaines de Russes ont bravé l’interdiction dans une cinquantaine de villes. Environ 2.000 manifestants se seraient réunis à Moscou, et la moitié à Saint-Pétersbourg. Au total, près de 1.400 personnes ont été arrêtées dans le pays jeudi, rapporte l’ONG OVD-Info.
  • 20h00 – Lors de son allocution, Biden a également rappelé que les Etats-Unis n’enverront pas de troupes en Ukraine. La donne changera si la Russie décide d’attaquer un pays membre de l’OTAN, dont les USA défendront « le moindre centimètre carré ». 7.000 soldats supplémentaires vont d’ailleurs être déployés en Allemagne en vue de « rassurer les alliés de l’Otan, dissuader une attaque russe et être prêt à soutenir les besoins dans la région ».

  • 19h59 – Selon Biden, « Poutine est l’agresseur » et « a choisi cette guerre ». « Et maintenant, c’est son pays qui va en payer les conséquences », a-t-il annoncé. Le président américain a dit que son homologue russe devenait désormais un « paria » aux yeux du monde entier et qu’il ne comptait pas lui parler.

  • 19h58Joe Biden a annoncé une nouvelle série de sanctions à l’encontre de la Russie, prises en concertation avec le G7 (+UE et OTAN). Avec celles-ci, le président américain a l’intention de limiter la capacité de la Russie à « financer l’armée russe. Il veut aussi « l’empêcher d’être compétitive dans l’économie du 21e siècle » et « limiter sa capacité à faire des affaires en dollars, euros, livres et yens pour faire partie de l’économie mondiale ». Quatre banques russes supplémentaires vont être bloquées aux USA, ainsi que de nombreuses entreprises étatiques russes. De nouveaux membres de l’élite russe seront également ciblés. Les exportations vers la Russie vont diminuer: plus de la moitié des exportations de haute technologie seront notamment bloquées, a prévenu le président américain. En revanche, la Russie n’est pas exclue du Swift, mais cela « reste une option ». Il estime toutefois que les mesures qui viennent d’être prises sont plus fortes.
  • 19h01 – A l’issue d’une réunion de plusieurs heures avec le G7 (+ UE et OTAN), Joe Biden va annoncer de nouvelles mesures, sur le coup de 19h30. Elles seront « dévastatrices », a-t-il prévenu.

  • 18h55 La Russie a pris le contrôle de la centrale de Tchernobyl, annonce l’Ukraine. Située à deux heures de route de Kiev, elle est considérée comme une position stratégique.

  • 18h42 Le Royaume-Uni annonce un nouveau paquet de sanctions économiques, « le plus important et le plus sévère que la Russie ait jamais vu », a fait savoir Boris Johnson. Toutes les grandes banques russes vont voir leurs actifs gelés. Toutes les grandes entreprises russes vont être interdites de lever des fonds sur les marchés britanniques, et l’État russe de lever d’y la dette souveraine. Cinq hommes d’affaires « proches du Kremlin » vont être personnellement ciblés. La compagnie Aeroflot va, elle, être interdite d’atterrissage. De nombreuses exportations de haute technologie et d’équipements liés à l’extraction du pétrole et du gaz vont aussi être interdites, en coopération avec les USA. « Poutine (…) ne pourra jamais se laver les mains du sang de l’Ukraine », a déclaré le Premier ministre britannique.

  • 18h28 – 13 civils, dont 2 enfants, ont été tués jeudi dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine. 9 soldats ukrainiens ont également perdu la vie. Un bilan annoncé par l’administration régionale.

  • 18h10 L’Ukraine a recensé 392 cas de bombardements par les forces russes sur son sol. Six ponts ont également été détruits dans les régions de Kiev, Tchernihiv, Donetsk et Kherson. « Les batailles se poursuivent pratiquement sur tout le territoire du sud-est et du centre de l’Ukraine », a déclaré un porte-parole du ministère ukrainien de l’Intérieur.

  • 18h01Vladimir Poutine s’est à nouveau exprimé, lors d’une réunion télévisée avec des hommes d’affaires à Moscou. Selon lui, la Russie n’avait « pas d’autre moyen » pour se défendre que de lancer ses forces en Ukraine. Le président russe a également assuré que son pays continuait « de prendre part à l’économie mondiale. « Nous ne nous apprêtons pas à lui porter atteinte », a-t-il ajouté. De ce fait, il a appelé ses « partenaires » à ne pas exclure la Russie hors du système économique mondial.

  • 17h39 Le président ukrainien exige d’exclure la Russie du Swift. Ce système de messagerie interbancaire est une des pierres angulaires de la finance mondiale. En exclure la Russie semble être une des sanctions les plus fortes qui pourrait être prise. Nous vous expliquons ici pourquoi il s’agit d’une des armes que craignent le plus le Russes.

  • 17h17Les Russes ont conquis un aéroport près de Kiev, a annoncé le président ukrainien Zelensky. Il s’agit de l’aéroport militaire de Hostomel, situé à 25 kilomètres au nord-ouest du centre de la capitale. Une prise notamment organisée via de nombreux hélicoptères:
  • 17h00 – La Russie promet une réplique « sévère » aux sanctions que prendra l’UE à son encontre. « Les mesures inamicales de l’UE à l’encontre de la Russie (…) ne pourront empêcher le développement progressif des liens entre Moscou et les séparatistes d’Ukraine et la fourniture d’une assistance à ces derniers », a fait savoir le ministère russe des Affaires étrangères. Les sanctions européennes – et américaines – seront annoncées ce jeudi en fin de journée.

  • 16h50 – Des combats sont en cours à Tchernobyl, près d’un dépôt de déchets nucléaires. « Nos défenseurs sacrifient leur vie pour que la tragédie de 1986 ne se répète pas », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Si le dépôt était détruit par des frappes d’artilleries de l’adversaire, la poussière radioactive recouvrirait l’Ukraine, le Bélarus et les pays de l’UE », a ajouté le conseiller du ministère de l’Intérieur Anton Guerachtchenko.

  • 16h31 – Kiev annonce un couvre-feu pour la soirée à venir. Il durera de 22h à 7h du matin, a précisé le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko. Les transports publics ne fonctionneront pas pendant cette période, mais les stations de métro resteront ouvertes pour que les citoyens puissent s’y abriter en cas de frappes.

  • 15h55 – La réunion du G7 a commencé, en visioconférence. « Le président Biden et les dirigeants discutent de leur réponse commune à l’attaque non provoquée et injustifiée du président Poutine contre l’Ukraine », a précisé un responsable américain. Pour rappel, cette discussion concerne les des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Canada et du Japon. L’UE est également représentée, par Charles Michel et Ursula von der Leyen, au même titre que l’OTAN, via Jens Stoltenberg.

  • 15h30 – Les autorités russes mettent en garde leur population: toute manifestation « non autorisée » organisée dans le pays contre la guerre en Ukraine sera réprimée. Le ministère de l’Intérieur a prévenu que les rassemblements seraient « illégaux » et que la police « prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer l’ordre public ».

  • 15h11 – La Russie affirme avoir détruit 74 installations militaires en Ukraine, dont 11 aérodromes. Une annonce faite par le porte-parole du ministère de la Défense russe, le général Igor Konachenkov.

  • 13h47 – Attaque en cours sur Hostomel, proche de Kiev, notamment pour conquérir son aéroport. Une vingtaine d’hélicoptères russes, des Mi-8 et des Ka-52 participent à l’assaut. Cette attaque est confirmée par les autorités ukrainiennes. Selon Rob Lee, expert pour le Foreign Policy Research Institute, cité par la Guardian, la prise de cet aéroport serait une étape importante en vue d’avancer vers la capitale. Voici pour des images :
  • 13h20 – L’OTAN annonce déployer davantage de moyens terrestres, aériens et maritimes sur le flanc oriental de l’alliance.

  • 13h10 – Des véhicules militaires russes entrent dans la région de Kiev.

  • 11h04 – Le sommet du G7 est prévu à 15h, le sommet des dirigeants des 27 pays membres de l’UE à 20h.

  • 10h30 – L’armée ukrainienne affirme avoir tué une cinquantaine d’«occupants russes» et abattu 6 avions. De son côté, l’Ukraine dit déplorer 40 victimes dans ses rangs et 10 civils. Les liens diplomatiques sont officiellement rompus.

  • 09h43 – Le prix du gaz a bondi de 30%. Le pétrole a dépassé la barre symbolique des 100 dollars.

  • 09h31 – Le président ukrainien Zelensky ordonne « d’infliger un maximum de pertes » aux forces russes. Le ministre de la défense demande « à quiconque sait tenir une arme de rejoindre les rangs de la défense du territoire ».

  • 08h45 – Les gardes-frontières ukrainiens, à l’est, affirment l’invasion terrestre russe. “Des véhicules militaires russes, y compris des blindés, ont violé la frontière dans les régions de Tcherniguiv (nord, frontière bélarusse), Soumy (nord-est, frontière russe), Lougansk et Kharkiv (est, frontière russe) et depuis la Crimée.
Le point de contrôle d’Armyansk à la frontière entre la Crimée et l’Ukraine – février, 24, 2022. Credit : Border Service of Ukraine via AP/Isopix.
  • 08h30 – La bourse de Moscou rouvre. Elle est en chute de 45%.

  • 08h21 – Des bombardements ont touché des quartiers civils, dans plusieurs villes, alors que les militaires russes déclarent uniquement bombarder des installations militaires. Dans le sud de Kharkov, tout un immeuble est endommagé.

Un roquette Smerch a également manqué d’exploser et est restée coincée dans le trottoir. Ce type d’arme est particulièrement dangereux car il est difficile de viser de manière précise – ce qui en dit long sur les intentions de la Russie, selon un expert en armement du Foreign Policy Research Institute, Rob Lee, cité par le Guardian.

  • 08:07 – Le bitcoin est en chute. Il est passé en dessous de la barre symbolique des 35.000 dollars. Il s’agit d’une chute de 8% en un jour. Depuis le début de la crise, le statut d’or numérique est mis à rude épreuve.

  • 08:01 – « Le monde tiendra la Russie pour responsable » : les réactions des dirigeants mondiaux Lire ici

  • 07:56L’apparition télévisée de Poutine de jeudi matin aurait été préenregistrée. Des métadonnées de la vidéo, consultées par les médias russes le suggèrent en tout cas. Elle aurait alors été enregistrée lundi soir, juste après son intervention où il reconnaissait l’indépendance des deux régions ukrainiennes séparatistes. Il porte, en plus, exactement les mêmes vêtements, et est entouré des mêmes personnes. D’autres vidéos, comme le retrait annoncé de troupes de la frontière, ainsi que les appels à l’évacuation des dirigeants des territoires séparatistes, étaient également pré-enregistrées.

  • 07:52 – Les premières victimes civiles sont comptées. Selon le ministère de l’Intérieur, les bombardements ont tué une personne et en ont blessé une autre, près de Kiev.

  • 07:44 – Les séparatistes de la région de Louhansk ont pris le contrôle de deux autres villes, ainsi que de deux autres villages, rapporte la police ukrainienne.

  • 07:40 – Des chars entrent sur le territoire ukrainien, via la frontière du Belarus, rapporte CNN. Des troupes russes étaient stationnées dans ce pays ces dernières semaines, pour des « exercices conjoints ». Des chars et des camions avec des lance-missiles russes sont également aperçus dans la région du Donbass.

  • 07:24 – L’Ukraine dit avoir descendu cinq avions russes et un hélicoptère.

  • 07:17 – La Russie dit avoir détruit les bases aériennes et la défense anti-aérienne ukrainiennes.

Des explosions sont entendues jeudi matin à Kiev, Odessa, Kharkiv, Marioupol, Ivano-Frankivsk, rapportent les correspondants des agences de presse. Pour l’Ukraine, c’est une invasion à grande échelle. Des sources indiquent que la force aérienne russe essaie de prendre contrôle de l’aéroport de la capitale, afin de couper la ville du monde.

Poutine veut « dénazifier » l’Ukraine

Plus tôt ce matin, vers 4 heures, Vladimir Poutine a lancé l’offensive de ses troupes vers l’Ukraine dans une intervention vidéo.

Avec un message aux occidentaux

« Au seuil de la Grande Guerre patriotique, l’URSS a commis une erreur en faisant plaisir à un potentiel belliciste. Il n’y aura pas de deuxième erreur comme celle-là dans l’histoire de la Russie. »

« Nous savons parfaitement comment, en 1940 et au début de 1941, l’Union soviétique a cherché à prévenir, ou du moins, retarder le début de la guerre. En faisant cela, elle a cherché à ne pas provoquer un potentiel agresseur et n’a pas pris ou a retardé les actions les plus évidentes pour se préparer à repousser une attaque inévitable. »

« La Russie ne commettra pas une deuxième fois l’erreur de faire plaisir à l’Occident. »

Poutine promet également une réponse immédiate à tous ceux qui voudraient interférer avec ses plans ; des « conséquences que vous n’avez jamais vues ».

Le ministre de la Défense ukrainien, Anton Gerashchenko, indique que des centres militaires ont été touchés. Les principaux sites web du gouvernement sont touchés par des cyberattaques, rapporte CNN.

Dès jeudi matin, l’Ukraine a également fermé son espace aérien aux vols civils. Le pays a également imposé la loi martiale.

Les images

Le compte officiel de l’Ukraine sur Twitter a partagé cette caricature saisissante entre Staline et Poutine

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20