5 « Ethereum killers » sous la loupe : pourquoi ces cryptomonnaies semblent prometteuses

Les possibilités d’application d’Ethereum, le deuxième plus grand réseau de cryptomonnaies, semblaient autrefois infinies. Mais la période de lune de miel est terminée : les développeurs de blockchain se plaignent du coût élevé des transactions et de la faible vitesse du réseau. De plus en plus de sociétés de cryptomonnaies tentent de démêler ces nœuds avec leur propre réseau et ainsi faire tomber Ethereum du trône des dApp. Nous avons examiné les cinq « tueurs d’Ethereum » les plus prometteurs.

Lancée en 2015, Ethereum est la première blockchain optimisée pour le développement d’applications décentralisées (dApps). Les DApps sont des programmes autonomes qui utilisent des contrats intelligents auto-exécutables (si la condition « A » et/ou « B » est remplie, « C » se produit) pour des services sur la blockchain. Les DApps ont montré que la technologie blockchain peut également prendre en charge des plateformes telles que les bourses de cryptomonnaies et les marchés NFT.

Mais bien qu’Ethereum ait été la première blockchain publique capable de fonctionner avec des dApps, elle n’est pas nécessairement la meilleure en termes techniques. Selon de nombreux analystes, son image a pris un sacré coup au fil des ans. Avec une capacité de seulement 15 transactions par seconde, elle a pris du retard par rapport à des plateformes plus récentes telles que Cardano et Solana (voir ci-dessous), qui peuvent traiter respectivement 250 et 50 000 transactions.

Bien qu’Ethereum ait prévu une série de mises à niveau intéressantes pour 2022, et que les experts pensent que sa nouvelle version, Ethereum 2.0, offrira des temps de traitement plus rapides, des coûts réduits et une plus grande évolutivité, ses rivaux continuent de prendre de l’ampleur.

Comment se portent ses rivaux ?

Les réseaux Cardano, Solana, Avalanche, Polkadot et Tezos ont tous été qualifiés de « tueurs d’Ethereum ». Combien de progrès font-ils à l’ombre de leur grand-frère ennemi ?

1 – Cardano (ADA)

  • L’ADA avait une capitalisation boursière d’environ 36 milliards de dollars au moment de la rédaction de cet article. La pièce est classée septième dans la liste des capitalisations boursières du site de données CoinMarketCap.
  • Cardano se présente comme une alternative plus écologique à Ethereum. ADA est miné selon le mécanisme de preuve d’enjeu, tandis que les nouveaux Ethers sont toujours minés via le mécanisme de preuve de travail.
  • La mise à jour du réseau de Cardano de l’année dernière, Alonzo, devrait rendre le réseau plus compétitif et innovant. Avec l’arrivée d’Alonzo, les contrats intelligents peuvent être créés et déployés sur Cardano.
  • En outre, les crypto-experts sont très intéressés par le réseau en raison du récent lancement du premier échange de crypto décentralisé (DEX) de Cardano, SundaeSwap.
  • Cependant, la pièce a enregistré des performances modestes pendant un certain temps.
  • « Le temps dira si Cardano peut supplanter Ethereum à mesure que davantage d’utilisateurs effectuent des transactions sur la blockchain Cardano », selon le site d’informations cryptographiques CoinDesk.

2 – Solana (SOL)

  • La pièce de monnaie de Solana, SOL, occupe la huitième place sur la liste de capitalisation du marché de CoinMarketCap au moment de la rédaction de cet article. Sa capitalisation boursière s’élevait alors à 30 milliards de dollars.
  • Solana utilise la « preuve de l’histoire » pour valider les transactions, par opposition au modèle de consensus « preuve de travail » d’Ethereum.
  • De grandes institutions financières telles que JP Morgan et Bank of America ont déjà exprimé leur confiance en Solana. BoA a même affirmé que le réseau pourrait devenir la « Visa du monde des cryptomonnaies ».
  • Solana est également soutenu par la société de capital-risque Andreessen Horowitz – « ce qui n’est pas toujours une bonne chose dans le monde du Web 3.0 », relève le site d’informations cryptographiques CoinDesk. « Un intérêt institutionnel trop marqué peut faire sourciller les irréductibles de la décentralisation. »
  • Entre-temps, Ethereum dispose d’une base d’utilisateurs fidèles dont beaucoup pensent qu’ils ne l’abandonneront pas.
  • Le grand avantage de Solana : le réseau exécute les transactions à la vitesse de l’éclair, et le coût ne représente qu’une fraction de centime par transaction. Depuis son lancement en 2020, il a connu une forte adoption et a réalisé plus de 50 milliards de transactions.
  • « Vous devriez peut-être considérer Solana comme un Ethereum avec un potentiel plus grand public », a déclaré CoinDesk.

3 – Avalanche

  • AVAX est la pièce de monnaie du réseau Avalanche. Elle occupe la dixième place sur la liste CoinMarketCap ; sa capitalisation boursière approche les 20 milliards de dollars.
  • Comme Ethereum, Avalanche est un réseau principalement utilisé pour exécuter des contrats intelligents.
  • Il s’agit de la plateforme de contrats intelligents la plus rapide de son genre, capable de traiter 4 500 transactions par seconde (TPS), dépassant de loin son concurrent le plus proche, Polkadot, qui dispose de 1 500 TPS.
  • Elle est également rapide en termes de finalité transactionnelle, c’est-à-dire le temps qu’il faut pour qu’une transaction soit confirmée et réglée sur la blockchain. Avalanche prend environ 2 secondes, Polkadot environ 60 secondes et Ethereum environ 6 minutes. Cette vitesse confère à Avalanche une plus grande évolutivité que ses concurrents, ce qui signifie qu’il a la capacité de traiter davantage de transactions à mesure que le réseau se développe, écrit The Motley Fool.
  • En outre, Avalanche a des coûts inférieurs à ceux de la plupart de ses concurrents, ainsi qu’un seuil de sécurité plus élevé pour ses transactions.
  • Une autre différence avec d’autres projets de ce type est qu’Avalanche fonctionne avec un système de blockchain dit distribué. Il existe en fait trois « chaînes » différentes qui fonctionnent ensemble. Ce sont les chaînes X, P et C. La chaîne X est utilisée pour la création de jetons AVAX et les transactions financières. La chaîne P s’intéresse au processus de jalonnement et la chaîne C régit les contrats intelligents.
  • Il utilise également la preuve d’enjeu.

4 – Polkadot (DOT)

  • DOT est le jeton de la plateforme Polkadot. La pièce avait une capitalisation boursière de 18 milliards de dollars au moment de la rédaction de cet article et était 12e sur la liste de CoinMarketCap.
  • Polkadot est connu pour une fonctionnalité appelée « interopérabilité ». Son infrastructure connecte différentes blockchains en un seul réseau, leur permettant d’échanger des données sans compromettre leur sécurité.
  • Concrètement, vous pourriez, par exemple, payer avec des bitcoins dans des contrats intelligents mis en place à partir du réseau Ethereum.
  • Avec une capacité de transaction de 1 500 transactions par seconde, Polkadot est nettement plus rapide qu’Ethereum. Et elle atteint ce rythme grâce à une technique appelée « sharding », qui divise la blockchain en « shards » pour traiter les transactions individuellement plutôt que les unes après les autres. Cela peut être considéré comme l’ajout de voies supplémentaires sur une autoroute à une voie, écrit The Motley Fool.
  • Mais cela ne s’arrête pas là. Contrairement à Ethereum, où les dApps sont construites sur le réseau principal, les dApps de Polkadot peuvent être construites sur ses shards (également appelés parachains). Selon les experts, cela permet aux développeurs des dApps de mieux optimiser leurs projets pour des besoins spécifiques, plutôt que d’adopter un modèle unique.

5 – Tezos

  • XTZ est le jeton de Tezos. Le jeton avait une capitalisation boursière de 3,6 milliards de dollars au moment de la rédaction de cet article, et était classé 41e sur la liste de CoinMarketCap.
  • Tezos est également une blockchain qui peut gérer des contrats intelligents et qui est utilisée pour émettre de nouveaux actifs numériques et créer des dApps. La vitesse du réseau est de 52 transactions par seconde.
  • Plusieurs projets notables dans les secteurs de la mode, de la musique, des jeux et de l’art ont été lancés sur Tezos, écrit CoinDesk.
  • Tezos a été l’un des premiers réseaux à utiliser un mécanisme de consensus par preuve d’enjeu.
  • Pour rappel, ce système permet aux propriétaires de cryptomonnaies de mettre en jeu leurs pièces, ce qui leur donne le droit de contrôler et d’ajouter de nouveaux blocs de transaction à la blockchain.
  • En outre, les participants qui misent au moins 8 000 jetons sur le réseau obtiennent des droits de vote, ce qui leur permet de participer à la gestion de l’entreprise.
  • Tezos est également connu pour son excellente sécurité des dApps.
  • Récemment, la société a annoncé un accord de parrainage de maillots avec le club de Premier League Manchester United.

Conclusion : aussi séduisants que puissent être les arguments de vente des nouvelles blockchains, Ethereum a toujours les meilleures chances d’être largement adopté. Ethereum a la plus grande notoriété, et le plus grand nombre de projets – en particulier dans le marché NFT extrêmement populaire – fonctionne sur son réseau.

Toutefois, les investisseurs et les conseillers doivent rester à l’affût des nouvelles blockchains à contrat intelligent qui offrent des solutions innovantes aux lacunes d’Ethereum. Au fur et à mesure que la demande de nouvelles dApps augmente, tout le monde cherchera la bonne infrastructure à utiliser. Et à l’avenir, différents projets de blockchain pourraient exister côte à côte. Ainsi, les « Ethereum killers » ne doivent pas nécessairement faire ce que leur nom indique.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20