Bientôt un glissement de terrain sur le marché crypto à cause d’Avalanche ?

La cryptomonnaie Avalanche (AVAX) a augmenté de plus de 45% la semaine dernière. La plateforme blockchain attire de nombreux nouveaux investisseurs avec son système respectueux de l’environnement. Mais à quel point la mécanique d’AVAX est-elle vraiment innovante et écoresponsable ?

Si vous gardez un œil attentif sur le marché de la crypto, vous remarquerez plusieurs devises numériques qui sont en hausse ces dernières semaines. Solana (SOL) est l’une d’entre elles et vient d’ailleurs de se hisser au 4e rang dans le classement mondial. Mais Avalanche (AVAX) progresse également fortement. Au moment d’écrire ces lignes, la capitalisation de marché d’Avalanche s’élève à 20 milliards de dollars. Une AVAX se négocie actuellement à 90 $ l’unité. Mais qu’est-ce qui distingue exactement Avalanche des autres projets de cryptomonnaies et de blockchain ?

Moins énergivore

Une première différence essentielle par rapport aux autres cryptos est qu’Avalanche utilise un système de preuve de participation (proof-of-stake, PoS) pour valider les transactions. Dans ce type de système, les jetons numériques servent à constituer des « nœuds ». Un détenteur de portefeuille qui détient suffisamment d’AVAX peut devenir un « validateur » et ainsi approuver des transactions et exploiter de nouvelles cryptomonnaies. Ethereum veut passer à ce système, plutôt qu’au système de preuve de travail (proof-of-work, PoW) polluant et énergivore qu’on retrouve dans le Bitcoin.

« L’inventeur du Bitcoin, Satoshi Nakamoto, a conçu un système de preuve de travail afin que le travail soit toujours fourni par des ordinateurs. L’avantage de cela est que vous pouvez maintenir le réseau en vie et opérationnel », a déclaré à Business AM Wilson Wu, responsable Asie d’Avalanche . La société de crypto Ava Labs, la société derrière Avalanche, opte résolument pour le système de preuve de participation, qui nécessite des applications moins énergivores.

Il y a actuellement environ 1100 nœuds sur le réseau Avalanche. Pour devenir un « validateur », une personne doit détenir au moins 2.000 AVAX (190.000 $). En tant que « validateur », vous avez alors besoin d’un peu d’énergie pour approuver les transactions, et donc pour extraire des nouveaux coins. « Mais même comparé aux besoins énergétiques d’une monnaie comme Solana, Avalanche est très respectueuse de l’environnement », a assiré Wilson Wu. Selon sa communauté, Solana consomme environ 1 200 kilowattheures par an. Donc beaucoup moins que Bitcoin. Cependant, Avalanche serait encore plus écologique.

« Nous ne sommes pas un Ethereum Killer… mais nous sommes rapides comme l’éclair »

Une deuxième différence avec d’autres projets de blockchain est qu’Avalanche fonctionne avec un système dit de blockchain distribuée. Il existe trois « chaînes » différentes qui fonctionnent ensemble. Ces composants sont les chaînes X, P et C. La chaîne X est utilisée pour créer les pièces digitales AVAX et réaliser les transactions financières. La chaîne P examine le processus de staking et la chaîne C gère les smart contracts.

Cette structure permettrait d’étendre facilement le réseau Avalanche et de le faire fonctionner à la vitesse de l’éclair. Avalanche prétend pouvoir exécuter 4500 transactions par seconde.

Le système entretient également une sorte de « pont » numérique le reliant à celui d’Ethereum. Grâce à ce pont, la société crypto souhaite permettre aux utilisateurs de se déplacer facilement et en toute sécurité d’un système à un autre. 

« Ce sont les fonctionnalités que les utilisateurs ne voient pas directement du côté public de la blockchain. Pourquoi les iPhones sont-ils plus rapides que les autres ? Pourquoi les smartphones Xiaomi et Huawei sont-ils différents des autres ? Cela a à voir avec les blocs de construction fondamentaux de ces appareils. Tout comme notre blockchain est fondamentalement différente des autres », souligne Wilson Wu.

Pourtant, Avalanche ne se considère pas comme un « tueur d’Ethereum », car de nombreux nouveaux projets de blockchain sont souvent vantés. 

« Nous pensons que plusieurs blockchains coexisteront et seront connectées à l’avenir. C’est pourquoi nous travaillons sur un pont entre Ethereum et Avalanche », a déclaré Wilson Wu. Néanmoins, l’équipe d’Avalanche tient à souligner la rapidité de sa blockchain. « Selon notre dernier test, il a fallu dix minutes pour transférer un utilisateur d’Ethereum vers Avalanche. Ce processus n’a pris qu’une seconde de notre côté », semble-t-il.

900 millions de dollars en AVAX pour les utilisateurs

Avalanche a été en mesure de lever une énorme quantité d’investissements auprès de sociétés de capital-risque ces dernières semaines. Même Grayscale, le plus grand fonds d’investissement crypto au monde qui détient une fortune de plus de 650?000 Bitcoins, envisage d’investir dans l’AVAX.

La société de crypto facilite donc les gros investissements. Pas moins de deux fonds d’investissement ont été mis en place par Avalanche. Le fonds Blizzard pour les investisseurs mondiaux et le fonds AVATAR axé sur les prêteurs d’Asie, mais aussi les investisseurs mondiaux.

 « Les capital-risqueurs voient des opportunités dans les nouvelles cryptomonnaies, le secteur des chaînes de blocs, les NFT et le métavers. En raison de leurs investissements, il existe également une forte probabilité que d’autres grands projets mettent en œuvre la technologie d’Avalanche », explique Wilson Wu.

L’échange crypto décentralisé Sushiswap est déjà passé au système Avalanche. Et l’entreprise crypto veut attirer encore plus de gros joueurs et utilisateurs. Pour cela, Avalanche réserve environ 10 millions de pièces AVAX sous le nom de code de « Projet Rush ». Ceux-ci peuvent être utilisés par de nouveaux utilisateurs pour explorer un certain nombre de plateformes sélectionnées du système Avalanche. Selon la capitalisation de marché actuelle d’AVAX, cela signifie un investissement de plus de 900 millions de dollars pour attirer plus d’utilisateurs.

« En fait, vous devriez voir Avalanche comme une sorte de boutique d’applications. Il y a actuellement environ 300 dApps disponibles sur la blockchain Avalanche. Ce n’est rien comparé aux milliers d’applications qui existent pour les smartphones. C’est donc à quel point nous sommes précoces lorsque nous examinons l’adoption de la technologie blockchain », a déclaré Wilson Wu.

Et la réglementation chinoise alors ?

Avalanche est une entreprise qui opère en grande partie à partir de la Chine, un pays qui a interdit l’offre de nouvelles cryptomonnaies (appelées ICO) ainsi que les activités de minage. Alors, comment l’entreprise peut-elle poursuivre son activité ?

« Ce n’est pas aussi compliqué que les gens le pensent. Nous prenons quelques précautions pour empêcher l’intervention du gouvernement. Nous ne vendons pas de cryptomonnaies en Chine et ne maintenons pas d’échange d’actifs numériques. Enfin, nous veillons également à ne pas déplacer d’argent à l’intérieur de la Chine », explique Wu. Donc, tant qu’Avalanche n’encourage pas les citoyens chinois à acheter des cryptoactifs ou à mettre en place un échange d’argent, tout devrait bien se passer.

Le cofondateur et ingénieur en chef d’Avalanche, Maofan « Ted » Yin, a même été approché une fois par le personnel de la banque centrale chinoise pour discuter de la technologie entourant les monnaies numériques de la banque centrale (CBDC), comme le yuan numérique . Selon Ava Labs, ce fut une réunion productive. 

« Nous voulons initier les Chinois à la technologie blockchain de manière éducative, sans avoir à utiliser eux-mêmes des pièces numériques. C’est notre stratégie pour éviter les ennuis », conclut Wilson Wu.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20