Vaccin Johnson & Johnson: plusieurs pays européens reprennent la vaccination, qu’attend la Belgique?

– Isopix

Ce mardi, l’Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable pour le vaccin Johnson & Johnson bien que le risque de caillot sanguin doit être ajouté aux effets secondaires très rares. Plusieurs pays européens, dont la Belgique, attendaient cette décision pour lancer la suite de la vaccination.

La semaine dernière, la Food and Drug Administration, qui donne les autorisations pour les vaccins contre le Covid-19 aux États-Unis, demandait un arrêt des livraisons et des injections du vaccin Johnson & Johnson. Plusieurs cas de caillots sanguins avaient en effet été découverts après l’inoculation de celui-ci.

En Europe, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a directement commencé son enquête. Et plusieurs pays, dont la Belgique, ont stoppé son utilisation. Ce mardi, l’EMA annonçait finalement que le vaccin restait sûr, même s’il existait bien un faible risque de caillot sanguin. Pour l’institution, les pays peuvent reprendre la vaccination normalement.

Décisions en Europe

L’Italie a très vite suivi et a donné son feu vert. Toutefois, les caillots touchant principalement les personnes de moins de 60 ans, le pays recommande que ce vaccin soit utilisé pour les personnes de 60 ans et plus. Comme c’est déjà le cas pour le vaccin d’AstraZeneca, qui provoque les mêmes effets secondaires très rares. Les Pays-Bas ont réagi tout aussi vite et le vaccin peut à nouveau être inoculé, sans limites d’âge, dès ce mercredi.

Mais d’autres pays attendent encore l’avis de leur propre autorité des médicaments ou de leur groupe de travail sur la vaccination. La Haute Autorité de Santé en France doit rendre un avis dans les prochains jours. Il est toutefois prévu que les injections reprennent au début de la semaine prochaine. L’Allemagne réunira son comité pour la vaccination ce jeudi en vue de décider si une limite d’âge doit être imposée comme pour le vaccin d’AstraZeneca.

Le Danemark attend de nouvelles enquêtes sur les caillots.

La FDA n’a pas encore donné ses conclusions. La production américaine du vaccin a d’ailleurs été stoppée.

Et en Belgique ?

La Belgique a été l’un des premiers pays européens à mettre sur pause l’utilisation du vaccin. Les premières doses venaient d’être reçues et n’avaient pas encore été intégrées à la vaccination. 36.000 doses attendent désormais au frigo.

La Task Force vaccination a déclaré mardi que rien ne pressait dans la décision sur ce vaccin. ‘Parce qu’aucune dose n’a encore été injectée […] et qu’aucune invitation impliquant ce vaccin n’a été lancée’, peut-on lire dans l’Echo. La Belgique doit décider si le vaccin Johnson & Johnson aura la même limite d’âge que celui d’AstraZeneca. La Task Force vaccination doit rendre son avis pour vendredi 17h.

Le problème est que notre pays comptait énormément sur ce vaccin. Il n’est pas cher et il n’a besoin que d’une seule dose. Il est donc beaucoup plus facile à administrer à la population. Le groupe de travail sur la vaccination doit donc calculer l’impact d’une telle limite. Car si aujourd’hui, ce sont les personnes de plus de 65 ans qui ont la priorité sur la vaccination, dans un mois, la vaccination sera normalement ouverte à toute personne de plus de 18 ans et il faudra assez de vaccins pour cette tranche de la population.

En savoir plus: