Le Danemark stoppe définitivement l’utilisation du vaccin AstraZeneca

Le Danemark devient le premier pays à abandonner le vaccin AstraZeneca. (Isopix)

Premier pays à avoir totalement suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca il y a un mois, le Danemark a décidé de ne pas lever cette mesure. Une décision qui aura un impact sur le calendrier de vaccination du pays.

A la mi-mars, une douzaine de pays européens avaient décidé de suspendre provisoirement l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Suite à l’évaluation positive rendue par l’Agence européenne du médicament (EMA), la plupart d’entre eux avaient repris la vaccination à l’aide du produit suédo-britannique, limitant généralement son administration aux personnes plus âgées.

Depuis, seuls le Danemark et la Norvège n’ont pas encore commencé à réutiliser le vaccin AstraZeneca. Si une décision est attendue à Oslo jeudi, Copenhague a tranché ce mercredi: c’en est totalement fini. Divulguée par la presse en matinée, l’information a été confirmée l’après-midi par le directeur de l’autorité sanitaire danoise, Søren Brostrøm, lors d’une conférence de presse.

Les 149.000 Danois ayant déjà reçu une première dose du vaccin AstraZeneca se verront administrer une seconde dose d’un autre vaccin.

Explications

Cette décision est motivée par les très rares cas de caillots sanguins provoqués par le vaccin. ‘L’Agence danoise des médicaments a écrit mardi ‘qu’un lien de causalité entre la vaccination par AstraZeneca et l’incidence de la thrombose associée à la thrombopénie (chute des plaquettes sanguines, ndlr) est considéré comme plausible’ et que ‘bien que ces effets secondaires soient très rares, ils dépassent ce à quoi on peut s’attendre dans la population générale’.

Tanja Erichsen, de l’Agence danoise des médicaments, a précisé que son agence partage l’avis rendu par l’EMA quant à la balance bénéfice/risque positive du vaccin. Elle a toutefois rappelé que l’agence européenne laissait chaque pays prendre sa propre décision, ce que le Danemark a fait. Les autorisés danoises ont évalué à 1 sur 40.000 le risque pour une personne vaccinée d’être victime d’un caillot sanguin.

Les autorités se sont également permises de prendre cette décision car la circulation du virus sur le territoire danois est relativement faible et qu’il n’y a aucune pression sur le système de santé. ‘Si nous avions été au milieu de la 3e vague, je n’aurais pas hésité à utiliser le vaccin’, a déclaré Søren Brostrøm.

Cet abandon du vaccin AstraZeneca devrait retarder de trois semaines le calendrier de vaccination précédemment établi par les autorités danoises, a-t-il été annoncé lors de la conférence de presse. Tous les citoyens âgés de plus de 50 ans devraient avoir reçu deux injections au cours de la dernière semaine de juin.

Notons que le vaccin Johnson & Johnson, dont les premières doses viennent d’être livrées, est lui aussi suspendu jusqu’à nouvel ordre par le Danemark. Une décision prise suite à l’annonce mardi des autorités sanitaires américaines, qui recommandent de suspendre l’utilisation du vaccin en raison, là aussi, de très rares cas de caillots sanguins. La Belgique a déjà annoncé la suspension de ce vaccin mardi soir.

Sur le même sujet: