Tout ce qu’il faut savoir sur le vaccin Moderna, désormais autorisé dans l’Union européenne

Isopix

L’Agence européenne des médicaments a validé mercredi le vaccin de la société américaine Moderna. Dans la foulée, la Commission européenne a également donné l’autorisation officielle de mise sur le marché. Mais quelles sont les particularités de ce vaccin ? Quand sera-t-il distribué ? Va-t-il accélérer la vaccination en Europe ? Toutes les réponses dans cet article.

Le vaccin contre le Covid-19 de Moderna est le deuxième à être autorisé dans l’Union européenne. Les États-Unis et le Canada l’ont déjà approuvé il y a plusieurs semaines et ont commencé à l’administrer.  

Fonctionnement

Le vaccin développé par Moderna fonctionne sur la même technologie que celui créé par Pfizer et BioNTech: l’ARN messager. Plutôt que d’administrer une forme atténuée ou désactivée du virus, le vaccin envoie une sorte de message qui va aider les cellules de notre corps à détecter le virus plus rapidement et tuer sa progression rapidement. Ce type de vaccin existe depuis une dizaine d’années.

Conditions de conservation

L’un des plus gros problèmes du vaccin de Pfizer et BioNTech est de mettre en place la logistique de vaccination. Le produit se conserve peu de temps et à une température de -70°C. Autant dire que tous les médecins ne possèdent pas un congélateur capable de les stocker.

Mais le vaccin de la société américaine Moderna demande un conditionnement beaucoup plus simple. Il peut être stocké à une température de -20 degrés pendant près de 6 mois et il est possible de la garder jusqu’à 30 jours dans un simple frigo. Ce vaccin pourra donc être administré par un plus grand nombre d’acteurs des soins de santé.

Utilisation et efficacité

Le vaccin de Moderna, tout comme celui de Pfizer/BioNTech, s’administre en deux doses, espacées de 28 jours.

En décembre, les analyses de la phase 3 des tests cliniques ont montré que le produit est efficace à 94,1% s’il est administré correctement. Pendant les essais, parmi les volontaires qui ont reçu le vaccin, aucun n’a développé de forme grave. Mais si le produit évite bien de souffrir des symptômes du Covid-19, il n’empêche pas les transmissions. Il n’est pas démontré qu’une personne vaccinée ne peut pas devenir un porteur sain du virus. Elle pourrait alors transmettre la maladie à des personnes qui n’ont pas encore reçu le vaccin.

Cette même question se posait déjà avec le vaccin Pfizer qui fonctionne de la même manière. Pour cette raison, les mesures sanitaires de base (distance sociale, masque, lavage des mains, etc.) devraient encore rester d’application pendant plusieurs mois – voire années – après le début de la vaccination de masse.

Effets secondaires

Moderna assure qu’il n’y a eu que très peu d’effets secondaires graves chez les volontaires qui ont testé le vaccin. La plupart des effets secondaires se rapprochent de ceux observés par Pfizer et BioNTech.

  • Maux de tête
  • Fatigue
  • Douleurs musculaires
  • Douleurs au niveau de la piqure
  • Frisson

Les personnes qui viennent de recevoir le vaccin peuvent donc ressentir une sorte d’état grippal pendant les heures et quelques jours suivant l’injection.

Commandes

L’Union européenne a commandé 80 millions de doses à Moderna. L’accord prévoyait aussi un supplément de 80 millions de doses si nécessaire. Ce sont donc 160 millions de doses qui devraient être prochainement livrées dans l’Union européenne. Toutefois, nous ne sommes pas les seuls à en faire la demande. Comme expliqué plus haut, le Canada et les États-Unis vaccinent déjà leur population avec ce produit.

La livraison des doses n’est donc pas attendue avant la fin du mois. La Belgique devrait alors en recevoir un peu plus de 2 millions. En comparaison, la Belgique devrait recevoir 5 millions de doses venant de Pfizer et BioNTech.

Accélération de la vaccination

On ne doit donc pas s’attendre à ce que le vaccin de Moderna accélère la campagne de vaccination dans les prochaines semaines. Son effet sur le nombre de personnes vaccinées ne se verra qu’en février. Toutefois, les autorités belges planchent sur un nouveau programme de distribution du vaccin, pour augmenter les capacités de vaccination. Si une accélération se marque dans les prochaines semaines, ce ne sera donc pas dû au vaccin de Moderna, mais bien à une meilleure logistique.

Prix

Moderna propose le vaccin le plus cher des 6 entreprises pharmaceutiques avec lesquelles l’UE a signé un accord. Selon la secrétaire d’État au Budget, Eva De Bleeker, une dose de ce vaccin coûte 18 dollars, soit, au taux de conversion actuel, 14,60 euros. Le vaccin Pfizer vaut quant à lui 12 euros et celui d’AstraZeneca, déjà autorisé au Royaume-Uni, est le moins cher du marché avec un prix de seulement 1,78 euro par dose.