Le vaccin contre le Covid-19 pourrait transformer les vaccinés en ‘super-contaminateurs’

Isopix

Si l’Union européenne attend toujours le feu vert de son autorité sanitaire (l’Agence européenne des médicaments), plusieurs pays du monde occidental (Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada) ont déjà entamé leur campagne de vaccination. Mais ce n’est pas pour autant que leur population va rapidement retrouver une vie normale, loin de là.

Depuis plusieurs semaines, de nombreux experts insistent sur le fait que l’arrivée du vaccin ne rimera pas avec une disparition du virus. En effet, pour qu’une population atteigne l’immunité collective par la vaccination, il faut qu’au moins 60 à 70% de ses membres reçoivent le vaccin. Deux obstacles risquent de ralentir ce processus: il faudra du temps avant de disposer de doses en quantité suffisante et une partie de la population (notamment en Belgique) est réfractaire à l’idée de se faire vacciner.

De plus, une fois qu’on est vacciné, il faut attendre une dizaine de jours avant que le produit soit réellement efficace. Durant ce laps de temps, il reste donc primordial d’appliquer les mesures barrières (masque, distanciation sociale, lavage des mains régulier…). Cependant, une fois qu’on a été vacciné, rien ne dit que l’on pourra mettre masque et mesures barrières à la poubelle et que l’on pourra retrouver une vie normale. Les personnes vaccinées pourraient être contraintes de suivre les mêmes mesures que les non-vaccinées pendant de longs mois.

Protection contre les symptômes, pas (encore ?) contre l’infection

D’après les données dévoilées par Pfizer et Moderna, leur vaccin confère une efficacité de, respectivement, 95 et 94,5%. Ils permettent une nette diminution des symptômes du coronavirus. Ainsi, une fois vaccinés, vous avez très peu de chances d’être gravement malade et de devoir être hospitalisé. En toute logique, même les symptômes légers devraient vous être épargnés.

Par contre, le mystère plane toujours sur la protection conférée par ces vaccins contre l’infection au virus, et donc sur la contagiosité des personnes vaccinées. Pour faire court, les vaccins provoquent l’apparition d’une classe d’anticorps dont la présence est suffisante pour diminuer les symptômes du Covid-19, mais rien ne dit pour l’instant qu’ils participent également à la production des anticorps permettant la neutralisation totale du virus.

Autrement dit, au stade actuel des recherches, il y a un risque que les vaccinés soient des porteurs sains du virus. Ce qu’on appelle aussi des ‘super-contaminateurs’. Ce terme désigne les personnes contaminées qui, en parfaite santé, croient qu’elles ne sont pas dangereuses pour leur entourage. Elles ne respectent pas les gestes barrières et contaminent de nombreux autres individus. Dans le cas d’un super-contaminateur vacciné, l’effet pervers pourrait être pire encore, étant donné qu’il sera asymptomatique ET qu’il se croira définitivement assuré de ne pouvoir ni porter ni transmettre le virus.

Masque obligatoire pour les vaccinés

Conséquence: l’OMS rappelle cette semaine que les personnes ayant reçu un vaccin contre le Covid-19 doivent, comme toute la population, continuer de suivre les recommandations en vigueur dans leur pays, dont le port du masque. Le retour à la vie normale prendra donc du temps, tant pour les vaccinés que pour les non-vaccinés.

D’après le New York Times, Pfizer et Moderna vont bientôt se lancer dans de nouvelles études afin de savoir si leur vaccin permet également de ne pas du tout être infecté, et donc de ne contaminer personne.