L’Autorité européenne des médicaments approuve le vaccin de Moderna

Isopix

Ce mercredi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) rendait son jugement sur le vaccin Moderna. En donnant son feu vert, l’agence permet ainsi qu’un second vaccin soit distribué sur le marché de l’Union européenne.

Dans un communiqué de presse, l’EMA a déclaré que le vaccin de l’entreprise américaine Moderna répondait à toutes les exigences de mise sur le marché conditionnelle. Tout comme pour le vaccin de Pfizer et BioNTech, l’entreprise Moderna devra transmettre en continu les nouvelles données sur ce vaccin, qui sera réévalué dans un an.

La Commission européenne doit maintenant donner son autorisation officielle pour que le vaccin soit distribué à travers les 27 États membres de l’Union.

Conditions d’utilisation

Moderna n’ayant pas encore testé son produit sur les enfants, il ne pourra être administré qu’aux personnes de plus de 18 ans. Le vaccin Pfizer est quant à lui autorisé au-dessus de l’âge de 16 ans.

Le vaccin a l’avantage de pouvoir être conservé de -20°C, une température bien plus élevée que pour le premier vaccin approuvé par l’EMA.

Les doses de Moderna pourront donc être transportées et distribuées beaucoup plus facilement. On peut donc espérer que le programme de vaccination va s’accélérer. D’une part, parce que plus de doses seront disponibles et d’autre part, parce que de nouveaux acteurs, qui possèdent les équipements pour conserver le vaccin, pourront y participer.

Les produits développés par Moderna et par Pfizer/BioNTech fonctionnent tous deux sur base de la technologie à ARN messager. Deux doses sont nécessaires pour une efficacité optimum.

Commandes

L’Union européenne a commandé 160 millions de doses à Moderna. Lorsque la Commission aura donné son autorisation, la réception et la distribution de la commande parmi les 27 membres de l’Union européenne pourront être lancées. Pour le vaccin Pfizer, l’institution européenne avait approuvé le vaccin quelques heures seulement après que l’EMA ait rendu son verdict. Sa présidente, Ursula von der Leyen affirme ‘travailler à pleine vitesse’ pour cela.

La Belgique, tout comme les 26 autres États européens, va devoir adapter sa stratégie de vaccination pour intégrer ce vaccin. Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke doit justement présenter un nouveau plan ce vendredi devant la Chambre. La task force chargée d’organiser la vaccination aura peut-être le temps d’intégrer le vaccin Moderna dans ce nouveau programme.

Lire aussi: