Prix des vaccins: voici pourquoi ils devaient rester confidentiels…

Eva De Bleeker (Open Vld)
Eva De Bleeker (Open Vld). – Isopix

La secrétaire d’État au Budget, Eva De Bleeker (Open VLD), a publié jeudi sur Twitter un tableau reprenant notamment les prix des différents vaccins commandés par la Belgique. Une information pourtant confidentielle, comme l’ont confirmé ce vendredi le laboratoire Pfizer et la Commission européenne. Voici pourquoi.

‘Un impair de la part de l’équipe de communication (d’Eva De Bleeker)’, voilà comment le géant pharmaceutique Pfizer a qualifié ce vendredi la bévue du cabinet de la secrétaire d’État au Budget.

Pour rappel, suite aux reproches formulés par l’opposition quant à d’éventuels défauts de prévoyance de la part du gouvernement en matière de financement des vaccins commandés par la Belgique, l’équipe de communication d’Eva De Bleeker, souhaitant apporter de la transparence, a publié sur Twitter un tableau indiquant les noms des fournisseurs des vaccins, le nombre de doses commandées, ainsi que les différents prix…

Une dernière information censée rester confidentielle, comme l’a confirmé Pfizer à l’agence Belga. ‘Ces prix sont couverts par une clause de confidentialité prévue dans le contrat avec la Commission européenne’, a précisé la porte-parole de l’entreprise pour le Benelux, Elisabeth Schraepen.

‘Dans l’intérêt des entreprises, mais aussi de la Commission, des États et des citoyens’

La Commission européenne a confirmé ce vendredi le caractère confidentiel de l’information et expliqué pourquoi.

‘C’est dans l’intérêt des entreprises concernées, mais aussi de la Commission, des États membres et des citoyens. Car si cette information devait être publiée, cela affaiblirait notre position dans d’autres négociations, toujours en cours’, a-t-elle justifié.

Concurrence

‘La confidentialité des vaccins, établie de manière contractuelle, a pour avantage important que les prix et les conditions des entreprises concurrentes ne sont pas connus des producteurs en cours de négociation pour leur propre vaccin’, a de son côté souligné l’organisation Pharma.be par communiqué. ‘Des accords sur les prix et des consultations entre les entreprises sur leurs conditions sont dès lors interdits pour cause de règles de concurrence, ce qui est dans l’intérêt du gouvernement et du consommateur.

Pharma.be voit donc deux problèmes à la bévue du cabinet De Bleeker: ‘la rupture de contrat’ et ‘un problème pour les règles de concurrence’.

Tarifs avantageux

Mais comme l’écrit Belga, l’incident a toutefois eu le mérite de permettre de déduire les tarifs avantageux dont serait parvenue à bénéficier la Commission par rapport aux prix annoncés par les laboratoires.

Selon le tableau dévoilé, l’UE paye 12 euros par dose du vaccin BioNTech-Pfizer, contre un prix annoncé de 15,9 euros, écrit le New York Times.

Pour le vaccin de Moderna, la facture s’élève à 18 dollars la dose pour l’UE, contre une fourchette de prix annoncée entre 20,4 à 30,2 euros.

Lire aussi: