Les talibans ont pris Kaboul, le président Ghani s’avoue vaincu, Trump demande la démission de Biden: c’est le chaos en Afghanistan

Après avoir conquis les plus grandes villes afghanes la semaine dernière, les talibans se sont emparés de sa capitale Kaboul ce dimanche. Alors que le président Ashraf Ghani s’est enfui, des millions d’habitants tentent d’en faire de même, dans la panique générale.

Il n’aura fallu que quelques heures aux talibans pour prendre Kaboul, ce dimanche. Après avoir pénétré dans la ville, ils se sont rués vers le palais présidentiel, duquel le président Ashraf Ghani avait fui.

« Ils ont gagné », a reconnu M. Ghani, ajoutant que « d’innombrables patriotes auraient été tués et que Kaboul aurait été détruite » s’il était resté en Afghanistan.

Dans le même temps, de nombreuses images des plus hauts responsables des talibans prenant place dans le palais présidentiel ont circulé, notamment sur les réseaux sociaux.

« Aujourd’hui est un grand jour pour le peuple afghan et les moudjahidines. Ils ont été témoins des fruits de leurs efforts et de leurs sacrifices pendant 20 ans », a déclaré Mohammad Naeem, porte-parole du bureau politique des talibans, à la chaîne Al Jazeera. « Grâce à Dieu, la guerre est terminée dans le pays ».

Et maintenant ?

Les talibans ont réitéré le discours qu’ils tiennent depuis qu’ils ont profité du départ des troupes américains pour s’emparer de tout le pays. C’est-à-dire qu’ils vont à présent diriger le pays en respectant les droits humains, en particulier ceux des femmes, en accord avec les « valeurs islamiques ».

M. Naeem a déclaré que le type et la forme du nouveau régime en Afghanistan seraient bientôt précisés, ajoutant que les talibans ne voulaient pas vivre dans l’isolement et appelant à des relations internationales pacifiques.

« Nous avons atteint ce que nous recherchions, à savoir la liberté de notre pays et l’indépendance de notre peuple. Nous ne permettrons à personne d’utiliser nos terres pour cibler qui que ce soit, et nous ne voulons pas nuire aux autres », a-t-il assuré.

Pourtant, dans les zones que les talibans ont récemment conquises, ils ont déjà été accusés de nombreuses atrocités: meurtres de civils, décapitations, enlèvements d’adolescentes pour les marier de force, entre autres.

Scènes de chaos

Suite à l’arrivée des talibans à Kaboul, bon nombre d’habitants de la capitale sont en train de tenter de fuir par les airs. L’aéroport de Kaboul a rapidement été assailli par des milliers d’habitants de la capitale. Les militaires américains en ont « pris le contrôler » en vue de le « sécuriser », ont indiqué le département d’Etat et le Pentagone.

Une manœuvre mise en place pour « permettre le départ en toute sécurité du personnel américain et allié en Afghanistan à bord de vols civils et militaires ».

L’ambassade américaine a été évacuée, et « presque tout son personnel » se trouve à l’aéroport. « Au cours des prochaines 48 heures, nous aurons étendu notre présence de sécurité à près de 6.000 militaires avec une mission centrée uniquement sur la facilitation de ces efforts et qui prendra en charge le contrôle aérien », indique le communiqué. « Demain (lundi) et au cours des prochains jours, nous allons transférer hors du pays des milliers de citoyens américains qui résidaient en Afghanistan, ainsi que des employés locaux de la mission américaine à Kaboul et leurs familles, ainsi que d’autres Afghans particulièrement vulnérables. »

Les différents Etats membres de l’Union européenne essaient d’en faire de même avec leur personnel sur place.

Les citoyens afghans et étrangers voulant fuir l’Afghanistan » doivent être autorisés à le faire », ont plaidé les Etats-Unis et 65 autres pays dans un communiqué commun, avertissant les talibans qu’ils devaient faire preuve de « responsabilité » en la matière.

Pour Trump, Biden doit démissionner

Si les talibans ont pris si facilement et si rapidement le pouvoir, c’est car l’armée américaine quitte le pays, où elle soutenait le gouvernement afghan depuis vingt ans.

Donald Trump en a profité pou s’en prendre à son successeur. « Il est temps que Joe Biden, discrédité, démissionne pour avoir permis ce qui s’est produit en Afghanistan, mais aussi en raison de la hausse vertigineuse du Covid-19, du désastre à la frontière, de la suppression de notre indépendance énergétique et de la paralysie de notre économie », a écrit l’ancien président républicain dans un communiqué.

Trump a qualifié la situation en Afghanistan de « mythique ». Il s’agit, selon lui, de l’une des « plus grandes défaites dans l’histoire américaine »

Joe Biden n’est pourtant pas le seul responsable de cette situation, Trump étant lui-même à l’initiative du retrait des troupes américaines en Afghanistan. C’est d’ailleurs lui qui avait supervisé les négociations avec les talibans à cette fin.

Plusieurs responsables de l’administration Biden ont avoué avoir été surpris par la rapidité avec laquelle les forces de sécurités afghanes ont été vaincues par les talibans.

« Nous avons vu que cette force a été incapable de défendre le pays, et cela s’est produit plus rapidement que nous l’avions prévu », a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken à CNN, en faisant référence à l’armée afghane.

Joe Biden est actuellement à Camp David, le lieu de villégiature officiel du président américain. Toute la journée de dimanche, il a reçu des briefings réguliers sur la situation en Afghanistan, tenant des vidéoconférences sécurisées avec les membres de son équipe de sécurité nationale. Il pourrait retourner à la Maison Blanche dans les prochains jours en vue de prononcer un discours officiel. Et, peut-être, de décider que son armée réagisse pour reprendre un certain contrôle de la situation.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés