L’Afghanistan avait-il une armée fantôme ? « La plupart des soldats et des policiers n’existaient pas »

L’ancien ministre afghan des finances, Khalid Payenda, attribue la chute du gouvernement à des fonctionnaires corrompus qui inventaient des « soldats fantômes » et recevaient des paiements des talibans. C’est ce que rapporte la BBC. Payenda n’est pas d’accord sur le fait que les forces de sécurité afghanes étaient bien plus nombreuses que les talibans.

En août, les extrémistes talibans ont rapidement conquis l’Afghanistan, à la grande surprise de beaucoup. L’Afghanistan était censé disposer d’un appareil de sécurité hautement formé et équipé.

Mais ce n’est pas vrai, déclare Khalid Payenda à la BBC. La plupart des 300 000 soldats et policiers inscrits sur les registres du gouvernement n’existaient pas, dit-il. « Du personnel fantôme a été ajouté aux listes officielles pour que les généraux puissent empocher leur salaire. »

Des généraux payés par les Talibans

« La manière de rendre des comptes consistait à demander au chef de la province combien de personnes il y avait et à calculer les salaires et les dépenses du ravitaillement sur cette base, mais ils étaient toujours exagérés. »

Le 10 août, Payenda a démissionné du gouvernement afghan et a quitté le pays face à l’avancée massive des talibans.

L’ex-ministre a déclaré qu’il ne pensait pas que l’ancien président Ashraf Ghani était « financièrement corrompu ». Il a ajouté que l’Occident était « responsable de certains des échecs » en Afghanistan, décrivant la participation des États-Unis et de l’OTAN dans le pays comme « une grande occasion manquée ».

M. Payenda a déclaré que les troupes qui étaient effectivement présentes n’étaient souvent pas payées à temps, tandis que certains généraux pratiquaient le « double dipping », c’est-à-dire qu’ils recevaient leur salaire du gouvernement et acceptaient également des paiements des talibans pour se rendre sans combattre.

SIGAR

Un rapport de 2016 de l’inspecteur général spécial américain pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) a déclaré que « ni les États-Unis ni leurs alliés afghans ne savent combien de soldats et de policiers afghans il y a réellement, combien sont réellement disponibles pour le service ou, par extension, la véritable nature de leurs capacités opérationnelles. »

« En janvier 2015, SIGAR a signalé que plus de 300 millions de dollars de paiements salariaux annuels financés par les États-Unis à la police nationale afghane étaient basés sur des données partiellement vérifiées ou confirmées, et qu’il n’y avait aucune certitude que les données relatives au personnel et aux salaires étaient exactes », peut-on lire dans le rapport.

Dans un rapport plus récent, le SIGAR s’est dit « gravement préoccupé par les effets corrosifs de la corruption… et par l’exactitude douteuse des données sur les effectifs réels des forces armées ».

Plus
My following

Deceuninck sponsorise l'équipe cycliste Alpecin

30/11/2021 17:39

(ABM FN) Le fabricant de profilés de fenêtres en PVC, entre autres, Deceuninck, deviendra le nouveau sponsor de la Pro Team Alpecin - Fenix. C'est ce qu'a annoncé le groupe, mardi soir.

Avec ce nouvel engagement, Deceuninck confirme sa forte croyance dans le pouvoir du cyclisme. Deceuninck deviendra non seulement co-sponsor de l'équipe cycliste professionnelle masculine, mais aussi sponsor des équipes de VTT, de cyclocross et de cyclisme d'élite féminin.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20