Les talibans demandent l’aide des anciens technocrates du régime précédent : « Vous savez mieux que nous ce qu’il faut faire »

Lorsque les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan, ils ont pris le contrôle de l’un des pays les plus pauvres du monde. Afin d’éviter que le pays ne sombre complètement, le groupe djihadiste fait appel aux responsables financiers de l’ancien gouvernement, selon Associated Press.

Fin de la croissance afghane

« Nous ne sommes pas des experts, vous savez mieux que nous ce qu’il faut faire dans cette situation et comment survivre à ce défi ». Tels étaient les appels à l’aide lancés par les chefs talibans lorsqu’ils se sont adressés aux dirigeants de l’ancien gouvernement. Le groupe radical a rapidement conquis le pays après le retrait des troupes américaines. Mais une fois qu’ils ont pris le pouvoir politique, ils se sont retrouvés confrontés à l’économie.

Il y a vingt ans, lorsque les talibans étaient au pouvoir, l’Afghanistan avait une économie agricole et un vaste réseau économique illégal qui maintenait le régime à flot. Sous l’influence des États-Unis, le pays a évolué. Grâce au soutien international, le PIB du pays a connu une croissance importante, passant de 4 milliards de dollars en 2002 à 20 milliards de dollars en 2020.

L’IDH du pays a également augmenté. L’indice de développement humain tient compte non seulement du PIB d’un pays, mais aussi de facteurs tels que l’espérance de vie moyenne et le nombre d’années prévues dans l’enseignement. Entre 1990 et 2019, cet indice de développement a augmenté de 69 %. En 2020, l’Afghanistan était classé 169e sur 189 pays dans l’indice de développement humain. Cela place toujours l’Afghanistan parmi les pays ayant les plus mauvais résultats au monde, mais les années d’éducation et l’espérance de vie de la population ont augmenté année après année.

Pourtant, même avant la prise du pouvoir par les Talibans, la croissance afghane était stagnante. Une grave sécheresse et des incertitudes supplémentaires concernant la sécurité ont entraîné le pays dans une crise économique. Les fonctionnaires n’ont pas été payés pendant les deux derniers mois avant la chute du gouvernement. La menace de famine due à de mauvaises récoltes et la prise de pouvoir par les talibans ont complètement fait dérailler une économie fragile.

Des guérilleros de cœur et d’esprit

Les talibans luttent pour être reconnus comme un gouvernement légitime. Pour remettre le pays sur les rails, ils se tournent vers la technocratie de l’ancien gouvernement, car ils ne peuvent eux-mêmes faire face aux défis d’aujourd’hui. « Ils ne voient pas la gravité de l’affaire », a déclaré l’un des responsables à l’AP. « Pourquoi devraient-ils comprendre quoi que ce soit à la politique monétaire internationale, ce sont des guérilleros dans l’âme. »

Ces technocrates font maintenant tout leur possible pour faire face à la catastrophe en Afghanistan. Les institutions financières américaines ayant gelé leurs livraisons de dollars aux banques afghanes, celles-ci ne disposent plus des réserves de liquidités nécessaires et le commerce international est presque impossible.

En plus de la pénurie de dollars, les technocrates se plaignent maintenant d’une pénurie de la monnaie locale (afghanis). En raison du manque général d’argent, les employés du gouvernement ne sont toujours pas payés. Beaucoup ne se présentent plus au travail. Malgré les tentatives des talibans d’ouvrir le commerce avec les pays voisins et l’attitude d’ouverture de certains pays comme la Chine ou la Russie, beaucoup ont perdu espoir. Tous les cadres auxquels AP a parlé ont dit qu’ils voulaient quitter le pays.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20