Les 9 problèmes inquiétants qui poussent l’économie chinoise au bord de l’effondrement

Alors que la guerre en Ukraine fait rage, le monde entier observe le rôle que la Chine va jouer dans ce conflit. La superpuissance asiatique espère profiter du conflit pour dépasser les États-Unis sur la scène mondiale. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Comme l’Amérique, la Chine est aux prises avec une série de problèmes économiques croissants (et profondément imbriqués).

En 2009, la Chine a été le premier pays à renouer avec la croissance économique après la crise financière mondiale en adoptant des mesures de relance historiques. De même, pendant la pandémie de Covid-19, la Chine a été presque le seul pays au monde à enregistrer une croissance économique en 2020. Avec l’invasion russe en Ukraine, il semble que la Chine pourra absorber de plus en plus de matières premières russes et se positionner comme un gagnant économique de cette crise. 

Pendant ce temps, les États-Unis et l’Europe souffrent d’une inflation angoissante, obligeant leurs banques centrales à resserrer leur politique monétaire. Aux États-Unis, les taux d’intérêt pourraient être relevés à un point tel que le pays pourrait tomber dans une sorte de récession. Le seul obstable vers cette voie est la Réserve fédérale qui veut permettre un « atterrissage en douceur » de l’économie. 

Mais tout ne se passe pas sans heurts pour la Chine. Comme l’Occident, la Chine est confrontée à une série de problèmes évidents et croissants qui pourraient bien mettre un terme brutal à son ascension en tant que puissance mondiale dominante.

Les 9 plus grands défis de l’économie chinoise à l’étude :

1. La Chine est confrontée à la plus grande épidémie de Covid-19 depuis Wuhan

La stratégie chinoise « zéro-covid » ne fait pas le poids face au variant Omicron. Bien que le pays ait longtemps réussi à limiter le nombre et la propagation des infections en mettant en place des mesures de confinement « chirurgicales », des tests massifs et des restrictions strictes en matière de voyages, Omicron se répand aujourd’hui.

Dimanche, quelque 3.400 infections ont été détectées dans tout le pays, ce qui représente le double du nombre d’infections quotidiennes. Changchun, la plus grande ville de la province de Jilin, qui compte 9 millions d’habitants, s’est rapidement confinée après la découverte de 23 infections. Un jour plus tard, le reste de la province a dû se mettre en quarantaine également.

Des villes chinoises comptant des millions d’habitants se sont souvent confinées pendant la pandémie, mais cette épidémie a des conséquences particulièrement lourdes. Shanghai, par exemple, la plus grande ville de Chine avec 26 millions d’habitants et un endroit important pour le commerce maritime mondial, est également menacée de confinement. A Pékin et à Chongqing également, de plus en plus de nouveaux cas de Covid-19 apparaissent. Enfin, lundi, Shenzhen (17,5 millions d’habitants) a été confinée.

Shenzhen est la Mecque de la technologie en Chine et est même connue comme la Silicon Valley de la région. En conséquence, Foxconn, le fournisseur de puces d’Apple installé sur place, a dû interrompre sa production lundi. Le port de Shenzhen, une importante artère maritime, sera également fermé. Il s’agit d’un énième coup porté aux chaînes d’approvisionnement mondiales, mais l’économie chinoise ressentira sans doute aussi le lockdown de sa ville la plus innovante.

2. Les actions chinoises sont en chute libre

L’indice Hang Seng-tech de la bourse de Hong Kong a déjà subi un coup dur du fait du confinement de Shenzhen. Lundi matin, l’indice était en baisse de près de cinq pour cent. Mais les choses ne vont pas bien pour le marché boursier de Hong Kong depuis un certain temps. En un an, le Hang Seng a perdu près d’un tiers de sa valeur. En cinq ans, l’indice Hang Seng a chuté d’au moins 20%. 

L’indice NASDAQ Golden Dragon China, une liste des actions chinoises à Wall Street, a connu une chute vertigineuse de 66% en l’espace d’un an. Lundi, le même indice avait déjà enregistré une perte de 10% (!). À ce rythme, dans quelques jours, l’indice pourrait même être plus bas qu’au début de la crise du crédit en 2008. 

Et puis il y a les histoires tragiques d’Alibaba et de Didi, deux entreprises qui font l’objet d’une surveillance constante de la part des régulateurs chinois et qui ont été sévèrement sanctionnées. Le cours de l’action d’Alibaba a baissé d’au moins 70% depuis le pic atteint fin 2020. La semaine dernière, le prix des actions d’Alibaba était inférieur au prix de clôture du jour de son introduction en bourse. Didi, une application de taxi chinoise qui a osé faire son entrée en bourse à Wall Street, a subi une chute de 44% en bourse lundi.

3. Les obligations chinoises sont au bord de l’effondrement

Le marché obligataire chinois ressemble de plus en plus à un marché d’obligations de pacotille. Les obligations d’État, qui sont étroitement liées au secteur de l’immobilier (nous y reviendrons), sont soumises à une forte pression. La raison en est que les rendements moyens sur les marchés étrangers ont augmenté de 25%. Ce qui est préjudiciable aux obligations chinoises. 

En outre, le marché des obligations d’État chinoises présente d’autres symptômes inquiétants. Le rendement des obligations d’État à 10 ans a atteint 2,86%, son niveau le plus élevé de l’année. Les investisseurs craignent que cela soit le résultat d’une sortie croissante de capitaux.

4. Les investisseurs étrangers se débarrassent en masse des obligations chinoises

Les investisseurs étrangers se retirent fébrilement du marché des obligations d’État chinoises. Ce groupe a vendu pour au moins 5,5 milliards de dollars d’obligations chinoises en février. Selon Bloomberg, il s’agirait de la plus grande sortie mensuelle jamais enregistrée et également de la première réduction de la valeur du marché depuis mars 2021.

Selon certaines théories, ce sont les investisseurs russes qui vendent le plus d’obligations chinoises. En raison des sanctions occidentales, ils auraient de moins en moins accès aux avoirs étrangers par l’intermédiaire de leur banque centrale.

5. Le secteur immobilier chinois continue de s’effondrer

Le boom de la construction en Chine a été l’un des principaux moteurs de la croissance économique explosive du pays au cours des dernières décennies. Mais le gouvernement chinois a commencé à sévir contre les prêts excessifs et a fait dérailler la spéculation sur le marché immobilier il y a quelques années. En conséquence, certains titans de l’immobilier sont en grande difficulté. Le plus important d’entre eux est sans doute Evergrande, le promoteur immobilier qui doit rembourser plus de 300 milliards de dollars de dettes. 

Il y a déjà au moins 14 sociétés immobilières chinoises qui sont menacées de faillite. Le gouvernement chinois refuse de renflouer ces entreprises. Les gouvernements locaux veulent bien baisser les taux hypothécaires et autoriser à nouveau davantage de prêts bancaires pour les sociétés immobilières, mais cela ne semble guère stimuler la vente de biens immobiliers en Chine pour le moment.

Par exemple, les ventes de propriétés résidentielles en Chine ont chuté de façon spectaculaire au cours des deux premiers mois de 2022. China Vanke, le deuxième plus grand géant immobilier du pays, a déjà vu ses ventes chuter de 44% cette année. China Overseas Land, une société immobilière d’État, a même enregistré une baisse de 54%. Les craintes d’une implosion imparable du secteur immobilier chinois restent réelles.

6. Les violations des droits de l’Homme en Chine affectent désormais aussi l’économie locale

Le fonds pétrolier public norvégien, qui gère quelque 1.300 milliards de dollars d’actifs, a vendu sa participation dans la marque chinoise de vêtements de sport Li Ning la semaine dernière. Les Norvégiens ne sont pas amusés que Li Ning puisse utiliser le travail forcé des Ouïgours pour produire ses vêtements.

Cela rend plusieurs investisseurs en Chine et à l’étranger nerveux quant à la façon dont les grandes institutions occidentales pourraient investir dans les actions chinoises dans un avenir proche. La décision prise par les Norvégiens la semaine dernière a déjà provoqué une onde de choc sur les marchés boursiers chinois. L’indice CSI 300, un indice boursier chinois regroupant les 300 plus grandes actions négociées à la Bourse de Shanghai et à la Bourse de Shenzhen, a enregistré sa plus forte perte depuis mars 2020 et l’indice Hang Seng a clôturé avec l’une de ses plus fortes pertes depuis 2016.

Si les investisseurs occidentaux commencent effectivement à prendre au sérieux les violations des droits de l’Homme commises par la Chine au Xinjiang et à Hong Kong, cela pourrait bien sonner le glas de l’économie chinoise.

7. Les prêts chinois s’effondrent

Les chiffres du crédit chinois pour le mois de février ont été beaucoup plus faibles que prévu après que les prêts hypothécaires du pays se soient contractés pour la première fois en 15 ans. Après une année record, l’expansion du crédit a ralenti en février en raison des longues vacances du Nouvel An chinois et de la diminution du nombre de prêts contractés en raison de l’effondrement du marché immobilier décrit précédemment. Les banques n’ont prêté que 1,2 billion (1.200 milliards) de yuans en février, contre 4 billions de yuans en janvier. 

Tout ceci suggère que les entreprises deviennent plus réticentes à emprunter et à investir. « Il y a un manque de stimulation de la croissance, et la demande de l’économie réelle est faible. La banque centrale chinoise devra réduire les taux d’intérêt plus tôt que prévu », a suggéré Zhou Hao, économiste à la Commerzbank AG, dans une interview accordée à l’agence de presse Bloomberg.

8. La Chine double la bande de fluctuation du yuan par rapport au rouble russe

La banque centrale chinoise a récemment annoncé qu’elle allait doubler le taux de change entre le yuan et le rouble. Selon Bloomberg, les deux monnaies pourraient désormais s’échanger à environ 10% du taux de change fixe. Cette décision a été prise pour satisfaire la « demande de développement du marché » entre les deux pays, selon le système de commerce extérieur chinois. Auparavant, la limite de ce taux de fixation était d’environ 5%.

Cette volatilité introduite sur le marché monétaire pourrait bien entraîner une diminution de l’intérêt pour le commerce des monnaies chinoise et russe. Le rouble russe s’est effondré à la suite d’une série de sanctions occidentales impitoyables. Une monnaie chinoise qui se lie de plus en plus à un rouble faible deviendra également moins attrayante.

Le commerce bilatéral total entre la Russie et la Chine a été estimé à quelque 112 milliards de dollars en 2020. Cependant, Xi Jingping et Vladimir Poutine ont signé le mois dernier une série d’accords visant à augmenter sérieusement les fournitures russes de gaz, de pétrole et de blé.

9. Le PIB de la Chine pourrait bientôt diminuer

Les indicateurs décrits précédemment, à savoir l’affaiblissement de la consommation sur les marchés chinois et les problèmes persistants des chaînes d’approvisionnement, associés à l’épidémie de Covid-19, pourraient bien entraîner une baisse du PIB chinois au premier trimestre de cette année. 

La banque d’investissement Morgan Stanley prévoit déjà une croissance nulle du PIB chinois. Selon la banque américaine, les coûts économiques de la politique du « zéro-covid » l’emporteront de plus en plus sur les avantages.

Conclusion : la banque centrale de Chine pourrait bientôt être contrainte d’assouplir sa politique monétaire afin d’atténuer les problèmes économiques croissants du pays. Pendant ce temps, les États-Unis font le chemin inverse et envisagent de relever leurs taux d’intérêt. Les politiques monétaires des États-Unis et de la Chine vont donc diverger. Les conséquences de cette divergence ne sont pas encore tout à fait claires. 

Entre-temps, la banque centrale chinoise a ajusté son objectif de croissance économique pour cette année à 5,5%. Selon plusieurs économistes, ce chiffre est toutefois irréalisable. Seule une relance financière massive pourrait maintenant sauver la Chine d’une récession douloureuse. Même le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré lors de sa conférence de presse annuelle qu’il sera difficile d’atteindre ce taux de croissance. Ce n’est peut-être pas une coïncidence si Li a également annoncé lors de cette même conférence de presse que 2022 serait sa dernière année en tant que Premier ministre chinois.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20