‘Je ne suis rien, mais je peux devenir tout’: pourquoi le débat des vice-présidents est aujourd’hui si important

EPA

Les débats vice-présidentiels sont généralement de peu d’importance. La situation est différente cette année pour la simple et bonne raison qu’il y a une réelle chance de voir l’un d’entre eux devenir numéro un au cours des quatre prochaines années. Donald Trump est atteint du Covid-19 et il aura 75 ans en juin. Joe Biden fêtera ses 78 ans le mois prochain et souffre de plus en plus de ‘moments de vieillesse’.

Notre magazine frère Newsweek a publié en mars un article intitulé ‘La vice-présidence des États-Unis: ‘Je ne suis rien, mais je peux devenir tout’. C’est certainement vrai pour l’homme et la femme politique qui vont débattre ce soir au Kingsbury Hall de l’Université de l’Utah, à Salt Lake City.

La vice-présidence reste un tremplin vers la présidence

La vice-présidence reste un tremplin vers la présidence: 14 des 45 vice-présidents des États-Unis ont fini par occuper le poste suprême: 8 parce que leur patron est décédé en cours de mandat ou a démissionné ; 6 parce qu’ils ont finalement remporté l’élection présidentielle. Les chances sont donc d’environ une sur trois.

EPA

Qui est Mike Pence?

Il est tout à fait remarquable que près de quatre ans après le début de son premier mandat, il soit toujours difficile de donner une réponse claire à cette question. Mike Pence (61 ans) est un soldat loyal qui commence chaque conférence de presse ‘en remerciant Donald Trump pour son leadership’ et qui, par ailleurs, se déplace autant que possible à la marge.

Cet ancien sénateur de l’État de l’Indiana n’insulte ou n’intimide personne et valorise au plus haut point, outre la liberté et la religion, la fidélité conjugale. Il est par ailleurs opposé au mariage homosexuel, l’avortement et, tout comme son patron, il est climato-sceptique.

Mike Pence sera à coup sûr pointé par Kamala Harris comme co-responsable de la tragédie américaine du Covid-19.

Qui est Kamala Harris?

Pour beaucoup, Kamala Harris (55 ans) est la personnification du ‘rêve américain’. Enfant d’un couple d’immigrés indien et jamaïcain, elle a gravi tous les échelons jusqu’à devenir procureur général de l’État de Californie, et la première femme afro-asiatique à occuper ce poste.

Connue pour ses techniques d’interrogatoire agressives, elle est toutefois moins douée pour défendre son parcours. Lors des débats démocrates, elle a défendu des positions beaucoup plus à gauche que celles de Joe Biden: elle est anti-fracking (fracturation hydraulique), pro-‘Green New Deal’ et également en faveur d’un élargissement de la Cour suprême.

Mike Pence fera de Kamala Harris ‘une icône de la gauche radicale’. Tout l’art pour Harris sera de contrer ces attaques sans perdre toutefois perdre le centre démocrate.

Lire aussi: