Il faut rattraper Tesla: comment l’Américain Nvidia se rend incontournable sur le marché des voitures électriques chinoises

Sur le marché aux puces, il n’y a pas que le géant Taïwanais TSMC qui tire son épingle du jeu (résultats records présentés hier). Nvidia, 8e entreprise la plus capitalisée au monde, est parvenue à se faire une place au soleil dans le marché de l’électrique chinois. Là où Tesla développe ses propres puces pour son AutoPilot, Nvidia se rend incontournable en Chine.

Xpeng, Nio, Jidu (Baidu), Polestar (Geely)… autant de marques de voitures électriques qui ne peuvent plus se passer de Nvidia. Ils ont besoin de ses semi-conducteurs pour alimenter leurs systèmes de conduite semi-autonome ou d’assistance à la conduite.

C’est un enjeu stratégique majeur. Car toutes ces marques sont des rivaux potentiels pour Tesla, qui peut se permettre de développer ses propres puces pour alimenter son AutoPilot face à ces startups. Elon Musk a établi une importante percée l’année dernière dans le plus grand marché automobile du monde, avec un mois de décembre record, malgré une crise diplomatique importante.

Avantage concurrentiel clé

La puce Nvidia Drive Orin promet des capacités d’une conduite entièrement autonome. Mais ce n’est, pour le moment, pas le choix des constructeurs chinois de voitures électriques qui préfèrent passer par l’étape semi-autonome ou aide à la conduite (différentes aides comme le parking, changement de voie, correction du volant, le freinage automatique).

La conduite autonome ou semi-autonome est vue par les spécialistes comme un avantage concurrentiel clé pour le secteur. Bien sûr, les kilomètres parcourus et le prix d’une voiture électrique sont importants, mais les constructeurs pensent surtout faire la différence dans les services que peuvent apporter leurs produits. « Les premiers utilisateurs de véhicules électriques sont également susceptibles d’être les premiers à adopter la technologie et apprécient davantage les fonctionnalités technologiques », explique à CNBC, Aakash Arora, directeur général et partenaire du Boston Consulting Group.

Dans ce contexte, Nvidia a fait un énorme coup en intégrant le marché chinois. « Pour une entreprise chinoise de véhicules électriques, ou à l’échelle mondiale, il n’y a pas grand-chose qui correspond à ce que Nvidia peut offrir », ajoute l’analyste.

Tesla garde bien sûr une longueur d’avance en matière de développement de pilotage automatique et de logiciel. C’est essentiellement pour cette raison et non pour ses voitures à proprement parler que le constructeur américain voit arriver un tas de concurrents avec une certaine sérénité.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20