Alors qu’en Europe la vaccination patine, les États-Unis parlent déjà de déconfinement

Le président américain Joe Biden. (crédit: Oliver Contreras / CNP/AdMedia/Z-ADMEDIA – Isopix)

La vaccination contre le Covid-19 avance bien aux États-Unis: 21% de la population a déjà reçu au moins une dose du vaccin. Les autorités réfléchissent donc au déconfinement qui se profile, lorsque la population sera en grande partie protégée contre le virus.

Les États-Unis prévoient un relâchement des mesures fédérales autour du 4 juillet, si les infections sont assez basses. L’idée du président Joe Biden est de permettre à la population de se voir en petits groupes, composés de membres de foyers différents, pour la fête nationale. 

Mais au vu de l’avancement de la vaccination, il est tout à fait possible que les infections diminuent fortement bien avant le 4 juillet. ’Je pense qu’au cours du mois d’avril, la situation dans le pays va s’améliorer, mais il y aura des poches épidémiques et il y aura des zones où certains variants deviendront plus répandus’, a déclaré le docteur Scott Gottlieb, à la tête de la Food and Drug Administration (FDA).

À ce jour, 21% des Américains ont déjà reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 et plus de 10% sont totalement vaccinés. Une belle avance sur l’Union européenne qui ne compte qu’un peu plus de 7% de ses citoyens ayant reçu la première dose. Aux États-Unis, les personnes vaccinées ont d’ailleurs plus de libertés. Elles peuvent, par exemple, se voir en plus grand groupe. 

L’avertissement de Fauci

Toutefois, les États-Unis ne doivent pas crier victoire pour autant. Le nombre d’infections dans le pays est en effet en baisse, mais il y a toujours en moyenne plus de 50.000 contaminations chaque jour. Et plus de 1.400 personnes meurent quotidiennement.

Le Dr Anthony Fauci, chef de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses et premier conseiller du gouvernement sur la pandémie, demande de ne pas trop rapidement relâcher les restrictions. Il prend notamment l’exemple de l’Europe, où après avoir déconfiné en partie la population, certains pays font face à une troisième vague. C’est notamment le cas de la France, qui a dû reconfiner une partie du pays, de l’Italie, qui restreint à nouveau les libertés ou encore de la République tchèque qui a le plus haut taux de mortalité dû au Covid-19 au monde.

Dimanche, Fauci a donc averti la population que si les mesures sanitaires (port du masque, isolement, distanciation sociale) étaient abandonnées, il faudrait peut-être reconfiner pour éviter une troisième vague. En d’autres mots, les autorités fédérales implorent aujourd’hui de prendre patience encore quelques mois.