Un ‘filtre à urines pour astronautes’ va peut-être bientôt fournir de l’eau potable partout sur Terre

Crédit : NASA

Alors que les experts essayent chaque jour d’améliorer le quotidien des astronautes qui séjournent à bord de l’ISS, il se pourrait que l’une de leurs récentes innovations facilite aussi la vie de la population sur Terre.  

Une entreprise qui a mis au point un système de purification d’eau pour les astronautes espère pouvoir bientôt approvisionner tous les lieux de la Terre en proie à un stress hydrique. 

Sur quoi la technique repose-t-elle ? Dans l’espace, chaque élément qui génère de l’humidité- et même chaque goutte d’urine- doit être filtré et réutilisé. Actuellement, la NASA se sert d’un filtre spécial pour filtrer et stocker toute forme d’eau présente dans la station. Mais ce dispositif est bien trop lourd et complexe que pour être exploité sur Terre: selon la NASA, pour être efficace, le dispositif devrait être remplacé tous les 90 jours, sans oublier qu’il ne peut éliminer toutes les bactéries.

Les aquaporines

La société danoise Aquaporin a développé un nouveau système qui pourrait bel et bien solutionner ce problème grâce à des protéines, appelées aquaporines.

Dans la nature, ces protéines permettent aux racines des plantes d’absorber l’eau du sol. Ces protéines sont également une barrière pour la majorité des bactéries. Alors que la NASA a déjà testé cette technique dans l’espace, le système a également été adapté pour être utilisé sur Terre. 

Le mois dernier, Aquaporin a lancé un système de filtration d’eau domestique que l’on place sous l’évier et qui fonctionne sans électricité. Le dispositif coûte 650 euros. La société espère prochainement conquérir le marché européen, puis l’Inde et la Chine dans les deux prochaines années, pour ensuite fournir de l’eau aux endroits les plus en proie à un stress hydrique. 

Le dispositif à en effet de quoi faire espérer les populations les plus touchées par la sécheresse. Une étude menée par BIOFOS a révélé que les aquaporines étaient capables d’éliminer plus de 95% des microplastiques et des micropolluants des eaux usées, tout en consommant beaucoup moins d’énergie que les systèmes de filtration ‘traditionnels’.

‘Je pense que dans le futur, le système pourrait offrir de l’eau potable partout sur Terre, même depuis les eaux usées. Je suis optimiste et je pense que nous pourrons endiguer la pénurie d’eau dans de nombreuses régions du monde avec des technologies comme celle-ci’, déclare Dines Thornberg, responsable de l’innovation chez BIOFOS, qui a dirigé l’étude. 

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable. Aussi, plus de la moitié des ménages aux États-Unis s’inquiètent de la qualité de leur eau courante, et seulement 55 % des Européens consomment leur eau domestique.