L’Europe débourse 86 millions d’euros pour nettoyer l’espace de ses déchets

Aperçu des objets se trouvant dans l’orbite terrestre basse (Isopix)

La société suisse Clearspace SA a signé jeudi un accord de 86 millions d’euros avec l’Agence spatiale européenne pour dépolluer l’espace. La première mission est prévue pour 2025.

Au cours des dernières décennies, les hommes ont envoyé énormément d’objets dans l’espace, que ce soit des fusées ou des satellites. Le problème est qu’il est pratiquement impossible de les récupérer lorsqu’ils avaient fini leur mission. Pour vous donner un aperçu de la quantité de déchets, l’entreprise californienne LeoLabs, qui suit la pollution spatiale, à créé une plateforme recensant plus de 130 millions d’objets (de plus d’un centimètre) qui sont en orbite autour de la planète.

Débris spatiaux recensés par LeoLabs

La pollution spatiale est telle qu’elle devient dangereuse pour les nouveaux satellites en fonction et même pour la Station spatiale internationale (ISS). Dans les faits, les risques sont encore très faibles actuellement, mais ils grandissent à mesure que l’espace est pollué.

L’Agence spatiale européenne (ESA) a donc décidé de prendre les choses en main en investissant 86 millions d’euros dans la société suisse Clearspace. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une entreprise qui développe des satellites capables de nettoyer l’espace, soit en capturant les déchets, soit en les désorbitant.

Vespa

La première mission aura lieu en 2025, a expliqué ESA. Clearspace-1 devra alors récupérer Vespa, une partie du lanceur européen Vega, utilisé en 2013. L’objet se trouve l’orbite terrestre basse, à 801 km au-dessus de la surface de la Terre. Il pèse 112 kg, soit environ le poids d’un petit satellite.

Le robot spatial possède 4 bras, qui viendront capturer l’objet avant de repartir vers la Terre. Toutefois, il n’atterrira pas puisqu’il brulera sous l’effet de l’atmosphère avant d’atteindre la surface terrestre.

Autres solutions

Pour nettoyer l’espace, d’autres solutions existent. On peut attacher un ballon ou un câble électrodynamique à l’objet que l’on veut éliminer rapidement de l’espace. Ces deux techniques ont pour but de ralentir la vitesse de l’objet, qui peu à peu descend dans l’atmosphère terrestre où il brulera entièrement. Mais ces techniques doivent être mises en place lorsque l’objet est envoyé dans l’espace.

Pour nettoyer l’espace, il faudrait, par exemple, que les nouveaux débris spatiaux entrainent avec eux de plus anciens. Mais cela devient très compliqué à organiser.

Lire aussi: