Trump VS Biden: au royaume des milliardaires, les perdants n’ont pas été épargnés

EPA-EFE/MICHAEL REYNOLDS

Bien que Biden soit le grand vainqueur de la présidentielle américaine, une poignée de milliardaires se dégage également des élections de 2020. Et si certains gros bonnets peuvent se targuer de finir l’année en beauté, d’autres, en revanche, ont perdu gros. C’est en tout cas ce que révèle le magazine Forbes.

Au cours des quatre dernières années, les plus riches de l’industrie sont devenus beaucoup plus politiques qu’ils ne l’ont jamais été, canalisant leur argent et leur énergie dans le monde de la campagne partisane. Ils ont même embauché des assistants politiques à plein temps pour gérer leurs investissements.

Ensemble, ils représentent un conglomérat de donateurs politiques de premier plan, un melting pot où l’on retrouve d’un côté, ce qui ont contribué à faire élire leur candidat préféré et de l’autre, ceux qui ont dépensé beaucoup d’argent pour leurs propres campagnes… Et comme dans toute élection, d’un côté se retrouvent les gagnants et de l’autre, les perdants. Mais ici, il faut ajouter quelques zéros à la note finale…

Les gagnants

Jim Justice. Le magnat des mines de charbon s’était déjà présenté aux élections de 2016. Démocrate au départ, il a changé de parti six mois après le début de son mandat. Il est l’un des plus gros gagnants de ces élections. C’est également le seul milliardaire de Virginie occidentale qui a obtenu un second mandat de gouverneur d’État, en battant son adversaire Ben Salango. 

À l’âge de 69 ans, Jim Justcie a recueilli pas moins de 1,8 million de dollars pour sa campagne et a lui-même injecté 2 millions de dollars supplémentaires, soit 2% de la valeur nette de sa fortune estimée à 1,2 milliard de dollars. 

Mais cela ne s’arrête pas là. Une enquête menée par Forbes en avril 2019 avait révélé que Jim Justice était parvenu à contourner le système d’impôts depuis qu’il était devenu gouverneur. En cause, les décisions de justice en sa défaveur, qui pesaient lourd sur ses épaules (10 millions de dollars). 

L’année se termine donc plutôt bien pour lui.

Sheldon Adelson. Il est le donateur du Grand Old Party, dit le Parti républicain des États-Unis. Il a injecté 60 millions de dollars dans le Senate Leadership Fund, un Comité d’action politique qui œuvre pour les sénateurs du GOP, tout cela dans le but de préserver les couleurs rouges au Sénat. Sheldon Adelson a également donné 1 million de dollars à un Comitié  de soutien pour la réélection du sénateur Lindsey Graham, qui vient d’être réélu pour le Sénat de Caroline du Sud. 

Reed Hastings & Patty Quillin, le couple Netflix. La femme du cofondateur et CEO de Netflix, Patty Quillin, compte parmi les plus grands donateurs politiques de la Californie de cette année. Au total, elle a déboursé pas moins de 4,7 millions de dollars dans 5 des 12 propositions de l’État soumises au vote. Son don le plus important: 2 millions de dollars pour lutter contre la Proposition 20, qui, si elle avait été approuvée, aurait rendu plus difficile l’accès à la libération conditionnelle anticipée pour les criminels condamnés. 

À ce jour, 62,3 % des électeurs californiens sont d’accord avec la proposition soutenue par Patty Quillin. Cette dernière a également donné un quart de million de dollars pour soutenir la Proposition 17, donnant aux personnes en liberté conditionnelle de l’État le droit de vote. Le projet a remporté 59 % des voix.

Les perdants

Mark Zuckerberg. Les associations de Mark Zuckerberg ont dépensé la somme astronomique de 14,6 millions de dollars pour soutenir une seule mesure: la Proposition 15, visant à augmenter les taxes des entreprises (y compris Facebook) dans le but de pouvoir injecter plusieurs milliards dans les écoles et les gouvernements locaux.  Mark Zuckerberg a perdu de justesse: 51,7 % des électeurs ont rejeté cette proposition. 

Steve et Connie Ballmer. L’ancien directeur général de Microsoft et sa femme ont fait deux propositions axées sur la justice pénale et sociale, qui devraient toutes deux être rejetées. Steve et Connie ont chacun donné 3 millions de dollars pour soutenir l’adoption de la proposition 25, au sujet de la mise en liberté sous caution. Jusqu’à présent, 55,4 % des électeurs ont rejeté cette proposition.

Michael Bloomberg. Le cofondateur de Bloomberg LP, qui est aussi l’ancien maire de la ville de New York a perdu beaucoup d’argent. Michael Bloomberg a investi 1,1 milliard de dollars de sa fortune à sa campagne présidentielle, qu’il a interrompue après avoir remporté une seule victoire lors du Super Tuesday (le territoire des Samoa américaines). Il a ensuite dépensé 100 millions de dollars pour soutenir Biden en Floride, au Texas et en Ohio, tous des États où Trump a été déclaré vainqueur. 

Kanye West. Le rappeur et mari de Kim Kardashian a surpris tout le monde en se lançant tardivement dans la course à la présidence. Les délais étaient même déjà dépassés dans plusieurs États. Le nom du rappeur n’est apparu que sur les bulletins de vote de12 États. Et pourtant, il a investi plus de 10 millions de sa fortune personnelle dans sa campagne. Mercredi matin, Kanye West a stoppé sa campagne après avoir récolté 60.000 voix (sur environ 160 millions de bulletins de vote remplis au total).