Trump lance un appel à la paix via un simili tweet: il espère que les Big Tech vont le soutenir

Donald Trump
Isopix

Suspendu des principaux réseaux sociaux, Donald Trump a décidé de communiquer à sa façon. Son équipe a envoyé un message – qui ressemble à s’y méprendre à un tweet – à Fox News. Le président américain demande l’arrêt des violences.

Une semaine après les émeutes qui ont secoué le Capitole, Donald Trump a fermement condamné celles-ci. Comme le président américain ne peut plus s’exprimer via les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat et Twitch l’ont suspendu), il a rédigé un message et l’a envoyé à Fox News.

‘A la lumière des rapports faisant état de nouvelles manifestations, je demande instamment qu’il n’y ait AUCUNE violence, AUCUNE infraction à la loi et AUCUN vandalisme d’aucune sorte. Ce n’est pas ce que je défends et ce n’est pas ce que l’Amérique défend. J’appelle TOUS les Américains à aider à apaiser les tensions et à calmer les esprits. Merci’, a écrit Trump.

En anglais, le message comporte 271 signes. Soit tout juste pour entrer dans les limites des 280 caractères autorisés par Twitter. Sans doute un clin d’œil ironique adressé par le président au réseau social qui l’a suspendu ‘de façon permanente’.

Plus tard, il s’est adressé à ses supporters dans un tweet partagé avec le compte de la Maison Blanche.

Les Big Tech vont-elles le réhabiliter ?

Un conseiller de Trump a indiqué à Fox News que le message allait être envoyé sous forme de communiqué de presse par la Maison Blanche. Son équipe va également ‘tenter de le diffuser’ via tous les comptes officiels du président sur les réseaux sociaux.

‘Le président Trump demande également que les entreprises de haute technologie se joignent à lui dans cet effort. C’est un moment critique dans l’histoire de notre nation et nous pouvons certainement tous nous rassembler pour délivrer ce message important et ne pas continuer à faire de la politique partisane’, a déclaré le conseiller.

La procédure de destitution votée ce mercredi

Mardi, Trump a fait sa première apparition publique depuis les émeutes. Il a déclaré aux journalistes qu’il ne voulait ‘aucune violence’. En revanche, il s’est dédouané de toute responsabilité dans ces incidents.

‘Les gens ont trouvé mes propos tout à fait appropriés. […] Si vous regardez ce que d’autres personnes ont dit, des politiciens de haut niveau, sur les émeutes de l’été, les horribles émeutes de Portland et Seattle et de divers autres endroits, c’était un vrai problème’, a-t-il déclaré.

Ce mercredi, la Chambre des représentants devait se prononcer sur l’enclenchement d’une procédure d’impeachment à l’encontre du président. Elle y a finalement voté favorablement. Pour plus de la majorité des représentants, Trump a incité ses partisans à la violence. Ce sont à présent les sénateurs qui devront se pencher sur la question, afin d’acter (ou non) cette destitution. Le procès devrait débuter après le 20 janvier, soit après la fin du mandat de Trump