Pourquoi l’Allemagne se retrouve dans le même bateau que le reste de l’Europe après ses élections

Après 16 ans de chancellerie d’Angela Merkel, les Allemands se sont rendus aux urnes hier pour désigner son successeur. Et la seule certitude du scrutin est qu’il donnera à l’Allemagne une période d’incertitude. Les Allemands ont réparti leurs votes sur l’ensemble du spectre politique du pays. Ce qui annonce une ère plus désordonnée au niveau national et un leadership allemand plus faible en Europe.

Pourquoi est-ce important ?

En Allemagne aussi, dorénavant, trois ou quatre partis, et non plus deux, devront toujours trouver un terrain d'entente suffisant pour gouverner ensemble. Le pays se retrouve ainsi, d'un certain point de vue, dans le même bateau que la plupart des autres pays européens : une fragmentation du paysage politique qui rend la gouvernance difficile. Et qui conduit à de longues discussions de coalition et souvent même à de nouvelles élections.

Les résultats officiels provisoires donnent aux sociaux-démocrates de centre-gauche une avance de 1,6% sur le bloc conservateur CDU/CSU, qui a obtenu 24,1% des voix. Les Verts, avec 14,8 %, ont obtenu le meilleur résultat de leur histoire. Cependant, leurs attentes, élevées, n’ont pas été satisfaites. Le parti libéral Freie Demokratische Partei (FDP) a obtenu 11,5%, tandis que le parti populiste de droite Alternative für Deutschland (AfD) est resté bloqué à 10,3%. Le parti le plus à gauche du Bundestag, Die Linke, a terminé avec 4,9% des voix sous le seuil électoral.

Personne ne peut dire à ce stade qui sera le prochain chancelier ou à quoi ressemblera le prochain gouvernement. Tout ce qui semble clair, c’est qu’il faudra des semaines, voire des mois de négociations pour former une coalition, plongeant la plus grande démocratie d’Europe dans l’incertitude politique à un moment critique. Une période lors de laquelle le continent s’efforce toujours de se remettre de la pandémie et où l’on ne sait pas non plus comment la France – partenaire de l’Allemagne en Europe – s’en sortira au printemps prochain, où elle pourrait être confrontée à des divisions similaires lors des élections.

La fin de la bipartite

Les élections ont en tout cas annoncé la fin d’une époque pour l’Allemagne et pour l’Europe. Pendant plus d’une décennie, Mme Merkel a été non seulement la chancelière de l’Allemagne, mais aussi la leader de l’Europe. Elle a guidé son pays et l’UE à travers les crises successives, aidant l’Allemagne à devenir la première puissance européenne pour la première fois depuis les deux guerres mondiales. Ses mandats ont été caractérisés avant tout par la stabilité. Son parti de centre-droit, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), a gouverné 52 des 72 années d’après-guerre en Allemagne, traditionnellement avec un parti plus petit.

Armin Laschet, le candidat chrétien-démocrate de Mme Merkel, a longtemps été considéré comme le favori pour lui succéder, jusqu’à ce qu’une série de gaffes, exacerbées par sa propre impopularité, viennent saper l’avance de son parti. Hier, la part de voix des chrétiens-démocrates est passée bien en dessous de 30%, le pire résultat de leur histoire. Pour la première fois en Allemagne, trois partis sont nécessaires pour former une coalition. Cette situation est tellement inédite qu’on ne sait même pas qui parle à qui, à l’invitation de qui, car la Constitution ne prévoit aucun garde-fou pour une telle situation.

Deux chanceliers et deux faiseurs de roi

Une coalition à feux tricolores – rouge, jaune et vert – verrait une alliance entre le SPD du vainqueur des élections Olaf Scholz, le Freie Demokratische Partei (FDP) et les Verts. C’est peut-être le premier bloc que Scholz espère rassembler, mais des différences idéologiques majeures pourraient mettre des bâtons dans ses roues. Une coalition alternative jamaïcaine – noire, jaune et verte, comme le drapeau de la nation caribéenne – avec la CDU, le FDP et les Verts mettrait Scholz sur la touche. Une telle coalition a failli arriver au pouvoir en 2017, avant que le leader du FDP, Christian Lindner, ne tire la prise et se retire des négociations.

Actuellement, même une coalition kényane n’est pas à exclure, où le SPD et les chrétiens-démocrates rétabliraient la grande coalition qui a prévalu sous Merkel pendant la majeure partie de la dernière décennie, rejoint cette fois par les Verts. Un scénario similaire, mais avec le FDP au lieu des Verts, est également une option. Un gouvernement de gauche composé du SPD, des Verts et du parti d’extrême gauche Die Linke, qui a ses racines dans l’ancien régime communiste de l’Allemagne de l’Est, est moins probable, mais toujours envisageable.

Les résultats des élections donnent un pouvoir considérable aux deux petits partis : les Verts et le FDP. Ils sont déjà courtisés par Scholz et Laschet, mais ils ont fait savoir qu’ils se parleraient d’abord entre eux. « Deux chanceliers et deux faiseurs de roi », titrait le radiodiffuseur public allemand ARD.

Un mandat plus faible, également en Europe

Il s’agit – certainement selon les normes allemandes – d’un concours de circonstances désordonné qui pourrait rendre les négociations sur la formation d’un gouvernement plus difficiles. Et celui qui deviendra chancelier aura non seulement un mandat plus faible, mais aussi moins de temps à consacrer à la direction de l’Europe. L’Allemagne sera absente de l’UE pendant un certain temps. Et celui qui deviendra chancelier sera probablement beaucoup plus concentré sur la politique intérieure.

Il y aura également des conséquences pour l’Allemagne elle-même. La tradition politique distinctive de la République fédérale d’Allemagne a toujours été le « changement par consensus ». Au cours des quatre décennies qui ont suivi sa séparation avec l’Est communiste, l’Allemagne de l’Ouest a eu des gouvernements forts, traditionnellement formés par l’un des deux grands partis coopérant avec un partenaire plus petit ou, en de rares occasions, par les deux grands partis formant une grande coalition. Cette tradition s’est poursuivie après la réunification en 1990, avec des changements radicaux – tels que les réformes du marché du travail du début des années 2000 – souvent réalisés avec le soutien de plusieurs partis.

Mais quatre partis sont devenus sept et les deux principaux partis traditionnels ont perdu en volume, ce qui change la somme totale pour former un gouvernement représentant plus de 50% des voix. À l’avenir, selon les analystes, trois ou quatre partis, et non deux, devront toujours trouver un terrain d’entente suffisant pour gouverner ensemble. Avec cela, l’Allemagne se retrouve, avec un certain retard, dans le même bateau que la plupart des autres pays européens : une fragmentation du paysage politique, qui conduit à des discussions de coalition sans fin et souvent même à de nouvelles élections.

Depuis les élections législatives de décembre 2015, des élections anticipées ont été convoquées en Espagne, par exemple, à trois reprises : en juin 2016 et en novembre 2019 parce que les différents partis n’ont pas réussi à former une coalition sur la base des résultats des élections, et en avril 2019 parce que les projets de budget du gouvernement ont été rejetés par le Parlement. Aux Pays-Bas, le processus de formation de la coalition en sera bientôt à 200 jours.

Scholz est encore loin

Certains de ces analystes estiment que cette fragmentation croissante du paysage politique allemand a le potentiel de revitaliser la politique en apportant davantage de voix dissidentes dans le débat public. Mais cela rendra sans aucun doute la gouvernance plus difficile, car l’Allemagne ressemble davantage aux autres pays d’Europe. Et une politique plus désordonnée pourrait rendre le prochain chancelier plus faible.

Si ce chancelier devient Olaf Scholz, il a encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir prétendre au titre de leader. L’arrangement le plus plausible – la coalition de feux de signalisation avec les Verts et le FDP – nécessitera d’âpres négociations politiques entre Scholz et ses partenaires potentiels. Christian Lindner, le leader du FDP, pourrait s’avérer particulièrement problématique : Scholz a récemment déclaré que son opinion sur la réduction des impôts était « moralement difficile à justifier ». Et la conviction de Lindner selon laquelle la lutte contre le réchauffement climatique doit être laissée aux mécanismes du marché libre a été explicitement rejetée par Annalena Baerbock, la candidate des Verts.

« Pour l’instant, je ne peux pas vraiment imaginer ce que Scholz et les Verts pourraient offrir au FDP pour rendre la participation au gouvernement intéressante pour nous », a déclaré Lindner lors d’une récente réunion de campagne. Mais ce n’était peut-être que la première salve des négociations tendues à venir. Quel que soit le résultat, l’Allemagne devra endurer des semaines, voire des mois, de longues discussions de coalition entre les partis rivaux qui se disputent le pouvoir.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20