‘Ne retournez pas tous au travail en même temps’ prévient la Commission européenne

La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. (EPA-EFE/JOHN THYS)

Dans des recommandations publiées mercredi, l’organe exécutif de l’UE a exhorté les pays à prendre des mesures progressives. Il s’agit d’assouplir les restrictions par étapes et en laissant du temps entre chaque action pour en mesurer l’impact.

Une approche progressive et ciblée pour la levée des mesures de confinement, c’est ce que demande la Commission européenne aux différents pays. Les nouveaux cas ralentissant enfin dans l’Union, le déconfinement sera la prochaine étape, mais tout aussi délicate.

Car si des mesures de lockdown généralisées ont été mise en vigueur dans la majorité des États membres, la levée de ces mesures devra cette fois se faire au cas par cas. Il n’est ici plus question de généralisation. Les entreprises non-essentielles, écoles et frontières ne devront pas rouvrir toutes en même temps.

Les contrôles aux frontières intérieures devraient toutefois être levés de manière coordonnée. La réouverture des frontières avec les pays extérieurs à l’UE devrait elle intervenir dans un deuxième temps seulement, et tenir compte de la propagation du virus en dehors de l’Union.

Preuves suffisantes

Selon la feuille de route de la Commission, ces décisions devraient être prises sur la base ‘de preuves épidémiologiques d’un ralentissement durable du virus, d’un système de santé et d’une capacité de surveillance suffisants’.

‘Une planification responsable sur le terrain, équilibrant judicieusement les intérêts de la protection de la santé publique et ceux du fonctionnement de nos sociétés, nécessite une base solide’, a déclaré mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Concernant l’activité économique, elle devrait reprendre progressivement en fonction de la nature des emplois et de leur importance économique, indique le rapport. ‘L’ensemble de la population ne devrait pas retourner sur le lieu de travail en même temps’, souligne la Commission. De la même façon, l’autorisation des rassemblements se fera petit à petit et compte tenu de leur importance.

‘Vivre avec le virus’

‘Nous savons que la route sera longue et progressive et que les conséquences de cette crise sanitaire sans précédent seront durables’, a aussi rappelé la commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides.

‘Tant que des traitements efficaces et un vaccin n’auront pas été trouvés, nous devrons apprendre à vivre avec ce virus. Mais l’Europe se remettra sur pied, ensemble et unie.’

Une fois n’est pas coutume, la Commission a également appelé les États membres à établir un cadre commun pour la politique de testing et la collecte de données liées au coronavirus. En Belgique, nous sommes (enfin) arrivés au-dessus des 10.000 tests par jour tant promis.

Lire aussi: