L’interdiction belge de voyager prendra fin après les vacances de Pâques

Politie grenscontrole reisverbod coronavirus
Isopix

L’interdiction des voyages non essentiels au départ et à destination de la Belgique a une date de fin officielle. Dans le nouveau décret ministériel sur les mesures contre le coronavirus publié ce dimanche, il est indiqué que l’interdiction de voyager sera maintenue jusqu’au 18 avril. Après cette date, elle ne devrait plus être prolongée.

L’interdiction des voyages non essentiels en Belgique début janvier a été fortement controversée. Que ce soit au niveau politique ou dans le milieu des affaires, elle rencontre de plus en plus d’opposition.

Pression de l’UE

La Commission européenne s’est clairement opposée à la mesure, et ce depuis son introduction. Les autorités européennes considèrent cette mesure comme disproportionnée face à la pandémie et contraire à la libre circulation des personnes au sein de l’UE. L’Europe demande que d’autres mesures soient utilisées comme l’obligation de test et/ou de quarantaine pour les personnes qui arrivent en Belgique. La plupart des autres pays de l’Union européenne utilisent ces techniques pour se protéger des nouvelles infections et des variants étrangers.

Il semble que maintenant la Belgique ait cédé à la pression de l’Europe. Le décret ministériel récemment publié stipule que l’article sur l’interdiction de voyager actuelle sera remplacé à partir du 19 avril. À cette date, ce sont les anciennes règles qui seront d’application. Il sera donc à nouveau autorisé de voyager dans les pays membres de l’UE, mais ce sera toujours vivement déconseillé.

Fin des vacances de Pâques

Néanmoins, l’interdiction de voyager reste maintenue pendant encore près d’un mois. Et ce alors que la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) avait déclaré, il y a deux semaines, que la mesure pourrait être levée pour les vacances de Pâques.

Mais avec la menace de nouveaux variants et l’augmentation des contaminations et des hospitalisations, les autorités ont préféré maintenir les restrictions jusqu’à la mi-avril. Un grand nombre de voyages pendant les vacances de Pâques représente un ‘risque pour l’importation de variants’, peut-on lire comme argument pour justifier l’arrêté ministériel.

En savoir plus: