« Les personnes vaccinées avec Pfizer ont 10 fois plus d’anticorps que celles vaccinées avec Sinovac »

Une étude menée sur près de 1.500 soignants honkongais a permis de démontrer la différence d’efficacité entre les vaccins conçus par SinoVac et Pfizer/BioNTech. Une recherche qui permet d’expliquer pourquoi les campagnes vaccinales n’offrent pas les mêmes résultats à travers le monde.

Publiée dans la revue britannique The Lancet, l’étude a consisté en la mesure de la concentration d’anticorps neutralisants présents dans l’organisme des 1.442 soignants de cliniques et hôpitaux publics et privés de Hong-Kong. Certains avaient reçu deux doses du vaccin CoronaVac conçu par la firme chinoise Sinovac, d’autres deux doses du Comirnaty, mis au point par l’alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech.

Les résultats sont sans appel. Les personnes vaccinés avec le vaccin de Pfizer/BioNTech ont présenté des niveaux d’anticorps neutralisants dix fois plus élevés que celles vaccinées avec celui de Sinovac.

Ces anticorps ne constituent pas le seul apport conféré par les vaccins, mais ils jouent tout de même un rôle très important. Ce qui pousse les chercheurs à conclure que « la différence de concentration des anticorps neutralisants identifiée dans [leur] étude pourrait se traduire par des différences substantielles dans l’efficacité du vaccin ».

Autre élément notable: les personnes ayant reçu le vaccin conçu par Sinovac présentaient des taux d’anticorps « similaires ou inférieurs » à ceux des patients qui avaient été infectés par le Covid-19 et qui avaient réussi à combattre la maladie.

Toujours mieux que rien

Ces données assez inquiétantes pour le vaccin chinois ne doivent toutefois pas l’enterrer totalement. Ben Cowling, l’un des épidémiologistes auteurs de l’étude, a expliqué à l’AFP que si le CoronaVac était la seule option existante, il valait mieux le prendre quand même. « Ne laissez pas le parfait être l’ennemi du bien », a-t-il déclaré.

Cette étude s’ajoute la liste de celles qui tendent à montrer que les vaccins à ARNm, tels que celui de Pfizer/BioNTech, sont plus efficaces contre le coronavirus et ses variants que ceux à vecteur viral, comme celui de Sinovac. Ce sont pourtant ces derniers qui sont le plus massivement déployés à travers le globe, car moins chers, plus faciles à produire et plus faciles à stocker.

Depuis quelques jours, certains pays ayant principalement compté sur le vaccin de Sinovac font face à une recrudescence du coronavirus, portée par le variant Delta. C’est notamment le cas de l’Indonésie, qui vient de devenir le pays où le virus circule le plus rapidement au monde. Les autorités locales ont décidé de donner une troisième dose du vaccin Moderna (à ARNm) aux soignants qui en avaient reçu deux du produit chinois. D’autres nations asiatiques ont décidé d’adopter une stratégie similaire, se détournant des vaccins envoyés par Pékin pour mettre leur salut dans les produits occidentaux.

Sur le même sujet:

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20