« Nous voulons la liberté » : les manifestations anti-Covid s’étendent à d’autres villes en Chine

Des manifestations contre les restrictions strictes liées au Covid ont eu lieu dans plusieurs grandes villes chinoises ce week-end. Le Parti communiste et le président Xi Jinping sont également dans le collimateur des manifestants.

Pourquoi est-ce important ?

La Chine est l'un des seuls pays au monde qui maintient encore des confinements sévères en cas d'infections au Covid, bien souvent au grand dam de ses citoyens. Une seule infection suffit à mettre en quarantaine tout un immeuble d'habitation ; dans plusieurs cas, des quartiers entiers, voire des villes, ont été confinées.

Dans l’actualité : de vives protestations ont eu lieu dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai et la capitale Pékin.

  • Des images ont circulé depuis Shanghai, montrant des manifestations d’ampleur, suivies d’arrestations massives par les forces de sécurité. Les manifestants ne s’en prenaient pas seulement à la pénible politique anti-Covid dans la ville, le régime de Pékin était aussi sous le feu des critiques. « À bas le Parti communiste, à bas Xi Jinping » était un slogan communément scandé.
  • Dans la ville, le journaliste de la BBC, Ed Lawrence, a également été violemment arrêté. Les images montrent que la police l’a interpellé, l’a frappé et l’a piétiné pendant l’arrestation. Lawrence a été libéré quelques heures plus tard sans trop d’explications.
  • Des manifestations ont aussi eu lieu dans d’autres grandes villes chinoises ; de grandes foules de citoyens sont descendues dans les rues à Wuhan, à Lanzhou et dans la capitale, Pékin. La plupart des manifestations se sont déroulées pacifiquement, mais ici et là, les choses se sont un peu échauffées. Les manifestants ont scandé « Nous ne voulons pas de tests Covid, nous voulons la liberté », tout en brandissant des feuilles blanches, symbole des protestations.

Au commencement : Les protestations ont commencé à l’usine Foxconn de Zhengzhou et à Urumqi, la capitale de la province occidentale du Xinjiang.

  • Dans l’usine Foxconn, où sont fabriqués des iPhone, les travailleurs doivent rester sur place 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Cela a déjà conduit à la rébellion, d’autant plus qu’ils devaient parfois partager un dortoir avec des collègues testés positivement.
  • Le véritable détonateur des manifestations de dimanche a été un violent incendie dans un immeuble d’habitation à Urumqi jeudi. 10 personnes ont été tuées et neuf blessées. Des images montrent que les pompiers sont retardés ou empêchés par les mesures anti-COVID.
  • En conséquence, les habitants de la ville sont descendus dans la rue vendredi et samedi, manifestant notamment devant un bâtiment du gouvernement. Certains ont également franchi les barrières de confinement et ont molesté des fonctionnaires.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20