Le Canada prépare un programme d’aides financières en cas de graves effets secondaires après vaccination

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau (Isopix

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé que le gouvernement travaillait sur un programme d’aides financières pour les personnes qui souffriraient de graves effets secondaires du vaccin contre le Covid-19. Même si les risques sont très faibles, le Canada veut offrir un accès équitable aux mesures d’aides.

Le Canada commence sa campagne de vaccination ce lundi. Les personnes âgées sont prioritaires pour recevoir le vaccin Pfizer autorisé par les autorités fédérales de la Santé depuis mercredi dernier. Mais, après d’importantes réactions au produit au Royaume-Uni, les inquiétudes sur les effets secondaires du vaccin sont de plus en plus fortes dans la population.

Le gouvernement a donc annoncé qu’un programme d’aide devrait être mis sur pied prochainement pour toute personne qui souffrirait de graves effets secondaires au vaccin. Le Premier ministre canadien a toutefois rassuré la population: ‘Les effets secondaires graves sont incroyablement rares et dans le cas très improbable d’un effet indésirable, nous voulons nous assurer que les Canadiens ont un accès équitable à une aide financière’. Il n’a cependant pas précisé quels effets seraient couverts par ce fonds d’aides.

Contre-productif

Pour Tim Caulfied, spécialiste du droit et de la politique à l’Université de l’Alberta, cette communication pourrait avoir un double effet. ‘D’une part […] nous demandons aux Canadiens de se faire vacciner en tant qu’acte de santé publique, un acte pour leur communauté et, par conséquent, s’il y a des blessures, il est logique de les indemniser’, explique-t-il. ‘D’un autre côté, cela crée cette impression que des blessures se produisent et nécessitent une compensation.’

Il existe donc un risque que la population se montre encore plus réticente à se faire vacciner. Tout dépend de la principale peur des Canadiens, ajoute le docteur Lynora Saxinger, spécialiste des maladies infectieuses. Si les gens ont peur d’un effet indésirable, l’annonce ne les aura pas rassurés, au contraire. Mais s’ils ont peur de ne pas obtenir de soutien en cas de réaction indésirable, alors ils seront plus enclins à se faire vacciner.

Le Canada n’est pas le seul à proposer un soutien en cas de problèmes avec un vaccin. 18 autres pays proposent des aides, explique le quotidien canadien National Post. Une partie d’entre eux ne le font que pour les vaccins obligatoires. La vaccination contre le Covid-19 ne sera pas protégée. D’autres proposent un soutien uniquement pour les produits qui montrent d’importants risques de graves effets secondaires. Enfin, une minorité offre cette aide pour tous les vaccins recommandés par la Santé publique.

En Belgique, les autorités législatives ont réfléchi à plusieurs reprises à un programme d’aides, mais il n’a finalement jamais été accepté. L’État belge ne devrait donc pas proposer de soutien financier pour le vaccin contre le Covid-19.