L’annonce du vaccin prometteur de Moderna booste à nouveau Wall Street et le pétrole

Frank Franklin Ii /AP

Les indices financiers Dow Jones Industrial Average (DJIA) et S&P 500 étaient portés, lundi en début de séance à Wall Street, par l’annonce de la société de biotechnologies Moderna que son vaccin était efficace à 94,5% contre le Covid-19.

Peu après l’ouverture, le Dow Jones s’appréciait de 1,21% à 29.837,39 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,75% à 3.612,18 points, les deux indices s’orientant vers de nouveaux records. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, était proche de l’équilibre, grappillant 0,06% à 11.836,73%.

Pétrole

Les prix du pétrole, déjà en hausse lundi, ont gagné encore davantage de terrain après l’annonce par la société de biotechnologie américaine Moderna de premiers résultats probants pour son vaccin contre le Covid-19.

Vers 13h25 GMT (14h25 heure belge), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier gagnait 3,18% par rapport à la clôture de vendredi, à 44,14 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour décembre s’appréciait de 3,66% à 41,60 dollars.

« L’annonce d’un deuxième vaccin vient renforcer le sentiment positif du marché aujourd’hui », a estimé Bjornar Tonhaugen, analyste de Rystad.

D’après un communiqué, Moderna a annoncé lundi que l’analyse des tout premiers cas d’un grand essai clinique en cours aux Etats-Unis montrait une efficacité à 94,5% de son vaccin contre le Covid-19.

Lundi dernier déjà, l’annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech que leur candidat vaccin était « efficace à 90% » contre le Covid-19 avait déclenché un bond des prix du brut, qui ont finalement engrangé plus de 8% sur la semaine.

Plus tôt dans la journée, plusieurs observateurs de marché mettaient en avant le soutien apporté par les données sur la consommation en Chine en octobre, dévoilées lundi par le Bureau national des statistiques (BNS), pour expliquer la hausse des cours de l’or noir.

Le marché se veut également optimiste au sujet de la réunion mardi des ministres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés, Russie en tête, via l’accord Opep+.