« La Russie est capable de se déconnecter du World Wide Web »

La Russie a réussi à se déconnecter du World Wide Web lors de tests. Un certain nombre d’observateurs l’ont confirmé à la plateforme d’information russe RBC. Le président russe Vladimir Poutine a clairement indiqué il y a quelques années que son pays devait disposer d’une structure en ligne capable de fonctionner indépendamment du reste du monde.

Les tests – organisés de la mi-juin à la mi-juillet – auraient montré que la déconnexion de l’infrastructure internationale n’aurait pas d’impact négatif sur les activités en ligne de la Russie.

Contrôle

Les autorités russes tentent depuis un certain temps de renforcer leur contrôle d’Internet sur leur territoire. Les plateformes en ligne ont déjà été soumises à une série de conditions qui ont permis au gouvernement russe de renforcer son emprise sur le trafic.

Les fournisseurs en ligne seront tenus, entre autres, d’installer une technologie qui permettra aux autorités de marché de soumettre leurs activités à une inspection approfondie. Cependant, les précédentes tentatives du gouvernement russe pour imposer une déconnexion d’Internet mondial auraient eu un succès mitigé, selon un certain nombre d’observateurs.

« Les nouveaux tests, selon les observateurs, étaient principalement destinés à voir si le RuNet – le web indépendant de la Russie – serait en mesure de continuer à fonctionner de manière optimale s’il était confronté à des perturbations externes, des blocages ou d’autres menaces », affirme RBC.

« Selon les sources, bien qu’aucune évaluation officielle n’ait encore eu lieu, les tests se sont achevés de manière satisfaisante. » Une publication des résultats finaux des tests devrait être attendue pour la fin du mois d’août.

Attaques étrangères

Vladimir Poutine a décidé qu’un test sur le réseau indépendant RuNet devrait être organisé chaque année. Il avait déjà signé une nouvelle loi à ce sujet il y a deux ans. Toutefois, en raison de l’apparition de la pandémie de coronavirus, le premier test a été reporté l’année dernière.

Les tests, auxquels ont participé le groupe public Rostelecom et les quatre principaux opérateurs de télécommunications mobiles russes, ont été menés de manière à ne causer aucun désagrément aux utilisateurs réguliers d’Internet.

Par le passé, les experts ont toujours exprimé des doutes quant à la capacité de la Russie à mettre en œuvre une technologie qui lui permettrait de s’isoler du reste d’Internet.

Dans une réaction à l’annonce des tests, le Kremlin a fait valoir que l’infrastructure russe doit toujours être prête à se défendre contre les attaques étrangères et les cybercriminels.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés