La Chine face aux conséquences de ses confinements : à Shanghai, sous cloche, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne

La moitié de la ville de Shanghai a été placée sous confinement pendant quatre jours. L’autre moitié suivra vendredi. Mais dans ce confinement, l’activité portuaire peut notamment continuer – une bonne nouvelle pour les chaines d’approvisionnement.

Après Shenzhen, la « Silicon Valley » chinoise il y a deux semaines, la capitale économique est désormais placée sous cloche. Du moins partiellement : 10 millions d’habitants sont confinés de lundi à jeudi, le temps de mener une campagne de testing massive. Les jours suivants, l’autre moitié de la ville sera mise en confinement pour la même opération.

La ville était réticente d’imposer de telles mesures, mais le nombre de cas augmentait fortement (2.700 nouveaux cas ce samedi) et elle n’a plus pu y échapper. C’est qu’elle sait l’importance de son port, et son rôle dans les chaines d’approvisionnement mondiales. « Si Shanghai s’arrêtait complètement, de nombreux cargos internationaux resteraient à flotter dans la mer de Chine orientale », analysait ainsi Wu Fan, un expert médical de la task force de la ville pour la gestion du virus, cité par CNN.

Dimanche soir, la ville a cependant décrété ce confinement. On peut bien sûr imaginer que si un nombre élevé de cas est découvert, le confinement pourra être prolongé. Mais pour autant, l’industrie en est épargnée, du moins en partie. Quelques jours après l’annonce du confinement de Shenzhen, différents secteurs industriels ont pu rouvrir, notamment les nouvelles technologies. Les manufacturiers ont aussi concentré leurs activités sur d’autres sites.

Ports ouverts, Tesla fermé

Ici, des ports et aéroports importants restent ouverts et continuent de fonctionner de manière normale, rapporte le média d’État China Daily. « L’impact sur les activités de fabrication sera probablement gérable, surtout si ces fermetures sont courtes et sporadiques », estiment aussi des analystes de la Bank of America, cités par CNN.

D’un autre côté, la gigafactory de Tesla à Shanghai a arrêté ses activités pendant ces quatre jours. Mais si le confinement devait être prolongé, on peut s’imaginer que l’entreprise trouverait un moyen de les reprendre, comme ce fut le cas des géants de la Tech à Shenzhen.

Impact sur l’économie chinoise

La Chine est un des derniers pays du monde à maintenir une stratégie zéro-covid, à l’heure où de nombreux autres pays abandonnent quasi toutes les mesures. Mais cette stratégie nuit à l’économie chinoise. Larry Hu de Macquarie Capital par exemple explique à CNN que la ville de Shanghai représente 4% du PIB chinois à elle toute seule. Au-delà de ça, les confinements coûtent cher, estime-t-il, même s’ils permettent d’endiguer les cas.

L’impact de ces confinements répétés se fait notamment sentir dans les dépenses des consommateurs, tout comme dans le secteur immobilier, déjà en crise. Ainsi, la croissance devrait en souffrir également : pour 2022, la Chine s’attend à un taux de 5,5%, soit l’estimation la plus basse en 30 ans. Difficile de dire si elle changera de cap dans sa stratégie pour autant, mais des pressions commencent à se faire sentir. En tout cas, l’industrie peut déjà profiter de certaines ouvertures exceptionnelles, en cas de confinement.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20