La bombe qui se cache derrière le succès de la vaccination aux États-Unis

Isopix

Les vaccinations se déroulent à une vitesse record aux États-Unis. Rien que ce samedi, 4 millions de personnes ont reçu une injection. Mais ce succès a aussi son revers de médaille. Parmi les Américains évangéliques blancs, l’opposition à la vaccination ne fait que croître. La taille de cette communauté pose à elle seule un problème majeur pour la capacité du pays à se remettre d’une pandémie qui a entraîné la mort d’un demi-million d’Américains.

Selon les données des Centers for Disease Control and Prevention, plus de quatre millions de personnes ont reçu un vaccin contre le coronavirus aux États-Unis ce samedi 3 avril – le total le plus élevé en 24 heures depuis le début de la vaccination en décembre.

Mais il y a un problème croissant: les quelque 41 millions d’adultes évangéliques blancs aux États-Unis. Environ 45 pour cent d’entre eux ne veulent pas être vaccinés contre Covid-19.

Les croyances spirituelles profondes ou les arguments contrefactuels peuvent varier, mais cette résistance est enracinée dans un mélange de croyances religieuses et de méfiance à l’égard de la science. Elle est en outre alimentée par une méfiance culturelle plus large envers les institutions et une tendance aux théories du complot en ligne.

À mesure que de plus en plus de variants de virus contagieux émergent, le problème prend une nouvelle ampleur. Un nombre important d’Américains sont de manière générale contre la vaccination – environ 20% – mais les évangéliques blancs posent un tout autre défi dans ce domaine en raison de leur réseau complexe d’objections morales, médicales et politiques. Ce défi est encore compliqué par la méfiance de longue date entre les évangéliques et la communauté scientifique.

Le lien avec l’avortement

Cependant, de nombreux pasteurs et dirigeants politiques conservateurs de premier plan ont approuvé les vaccins contre le Covid-19. Franklin Graham a dit à ses 9,6 millions d’abonnés sur Facebook que Jésus serait lui aussi pour la vaccination. Le pasteur Robert Jeffress, anti-avortement notoire, a même fait l’éloge de la vaccination sur Fox News: ‘Nous parlons de la vie dans l’utérus comme un don de Dieu. Eh bien, la vie hors de l’utérus est aussi un don de Dieu.’

Mais d’autres voix influentes dans le mouvement transconfessionnel ont surtout semé la peur. Gene Bailey, l’animateur prophétique d’un talk-show populaire de Victory Channel, a averti son public que ‘le gouvernement et les entités mondialistes essaieront d’utiliser la force et l’emprisonnement si nécessaire pour vous mettre une aiguille dans le bras’. Simone Gold, une éminente sceptique du Covid-19 qui a assisté au siège du 6 janvier du Capitole, a déclaré à une congrégation évangélique de Floride qu’elle risquait d’être ‘forcée de prendre un produit biologique expérimental’.

Les opposants religieux au vaccin contre le Covid-19 exhortent les gens à se détourner du centre de vaccination du Dodger Stadium de Los Angeles. (Isopix)

Une préoccupation répandue parmi les évangéliques est le lien entre les vaccins et l’avortement: certains vaccins ont été développés et testés en utilisant des cellules dérivées du tissu fœtal d’avortements qui ont eu lieu il y a des décennies. Mais dans les faits, les vaccins ne contiennent pas de tissu fœtal et aucun avortement supplémentaire n’a été nécessaire pour les fabriquer. Pourtant, parmi les évangéliques blancs, de fausses rumeurs circulent en ligne sur les restes humains ou d’ADN fœtal en tant qu’ingrédient des vaccins.

La méfiance à l’égard des scientifiques fait désormais partie de l’identité culturelle

Certains évêques catholiques aux États-Unis ont également exprimé leur inquiétude quant au lien avec l’avortement. Mais le Vatican a conclu que les vaccins sont ‘moralement acceptables’ et a fermement soutenu la vaccination contre Covid-19. Seulement 22% des catholiques en Amérique disent qu’ils ne veulent pas du vaccin, c’est moins de la moitié du nombre d’évangéliques blancs (protestants).

Un autre argument commun parmi les évangéliques blancs pour ne pas se faire vacciner est qu’ils croient qu’ils ne sont pas en danger. Ils en voient des preuves dans le fait que les taux de mortalité du Covid-19 sont environ deux fois plus élevés pour les Américains noirs, hispaniques et autochtones que pour les Américains blancs.

Les pasteurs des communautés évangéliques blanches restent également largement silencieux. C’est en partie parce que la prudence chez les chrétiens conservateurs blancs n’est pas seulement religieuse ou médicale, mais aussi politique. Pour beaucoup de leurs fidèles, lorsque les ministres blancs encouragent directement la vaccination, cela revient à sentir leur parti politique attaqué, et peut-être même leur vision du monde tout entière.

Beaucoup de choses ont changé aux États-Unis au cours du siècle dernier dans la façon dont les chrétiens évangéliques voient la science, un changement largement enraciné dans les débats sur l’évolution. La communauté religieuse n’a pas encouragé ses fidèles à poursuivre des carrières scientifiques. La méfiance à l’égard des scientifiques fait désormais partie de l’identité culturelle de ce que signifie être blanc et évangélique en Amérique.

La question est maintenant de savoir si cette communauté, en plus des antivax, est assez grande que pour perturber l’immunité de groupe aux Etats-Unis.

Pour aller plus loin: