La tragédie de la vaccination en Europe est insoluble pour une seule raison

Les chiffres de la vaccination sont éloquents. Moins de 9% des Belges ont reçu leur première dose. Les trois pays de référence – Israël, le Royaume-Uni les États-Unis – nous montrent chaque jour comment il faut faire. Israël est déjà à 60%, les États-Unis approchent les 25% et le Royaume-Uni est à 40%. 1 million de doses ont été administrées en Belgique depuis le début de la campagne de vaccination. Le Royaume-Uni en a administré 875.000 en un seul dimanche (le 21/03). Notre stratégie de la tortue’ coûte de nombreuses vies, paralyse l’économie et crée toute une série de problèmes de santé mentale qui s’aggravent chaque jour chez une grande partie de la population. La cause profonde de cet échec n’est pas ce que vous pensez. Elle pourrait même vous surprendre.

Les excuses sont faites pour s’en servir

Dans cette crise, les dirigeants européens tentent avant tout de trouver une série d’excuses. Trois raisons sont fréquemment évoquées : la taille de l’Union, notre dépendance vis-à-vis d’autres pays et la fameuse pénurie de vaccins, due à la politique d’achat dramatique de l’Union européenne, le mouton noir préféré de nombreux politiciens nationaux.

Cela n’a rien à voir avec la taille du pays. Israël est effectivement plus facile à gérer que l’Union européenne, mais les chiffres concernant les États-Unis – que de nombreux Européens ont toujours considérés comme un pays dysfonctionnel – sont impressionnants.

Notre dépendance à l’égard de la Chine ou de l’Inde n’est pas non plus une explication valable. Si nous avons bien quelque chose en Europe, ce sont des sites de production pharmaceutique. Les chiffres du Royaume-Uni enfoncent le clou. Ils ont beaucoup moins d’installations de production, mais effectuent une quantité de travail incroyable.

Cela n’a même rien à voir avec une pénurie de vaccins. Aujourd’hui, beaucoup de pays européens ont des stocks. Même en ajoutant les conséquences de la décision désastreuse de cesser temporairement de travailler avec AstraZeneca, ce stock n’a fait que croître (la décision de notre propre gouvernement de ne pas participer était courageuse). En ce moment, il y aurait 40 millions de vaccins dans les congélateurs de toute l’Europe.

‘Vision without execution is hallucination’ – Thomas Edison

Alors pourquoi ces trois pays s’en sortent-ils si bien et nous, en Europe, allons bientôt passer à un troisième lockdown ? Serions-nous vraiment surpris si on en encaissait un quatrième en mai ou en juin ? Comment se peut-il que ces trois pays retrouveront une économie ouverte plus rapidement que nous, ce qui pourrait faire une différence de 10% dans leur PIB à la fin de cette année ?

C’est une question d’exécution. Une exécution sans faille implique de prendre des décisions rapides, d’oser prendre des risques et, de temps en temps, de prendre des libertés. L’exécution implique un commandement central avec une figure forte, qui mettra sa réputation en jeu pour réussir. L’exécution consiste à prendre des responsabilités.

Il n’y a pas de meilleure arène pour montrer que l’exécution est primordiale qu’une situation de vie ou de mort. La guerre est le bourreau ultime, où une exécution sans faille décide de qui survit et de qui ne survit pas. Le coronavirus est comme une guerre où des vies sont en jeu chaque jour. Chaque jour où nous vaccinons plus rapidement, des vies sont sauvées. C’est aussi simple que ça.

‘I never worry about action, only inaction’ – Winston Churchill

Vous pouvez accuser Boris Johnson de beaucoup de choses, mais pas d’un manque de connaissance de l’Histoire. En tant que biographe de Winston Churchill, il est imprégné de la rhétorique de cet orateur inspiré. Il ne s’agit pas tant de stratégie que de l’attitude avec laquelle vous abordez cette crise.

‘I have nothing to offer but blood, toil, tears and sweat … You ask, what is our aim? I can answer in one word. It is victory. Victory at all costs … Victory, however long and hard the road may be, for without victory there is no survival’, a lancé Churchill au Parlement au début de la Seconde Guerre mondiale, alors que l’ennemi ne s’appelait pas Corona mais Hitler. C’est aussi la façon dont Johnson voit les choses. Il veut être le nouveau Churchill et l’approche britannique de la vaccination est son moment de gloire.

‘The true lesson of the Vietnam war is: certainty of purpose and ruthlessness of execution win wars’ – Ronald Reagan

Les Américains sont en guerre permanente depuis la Seconde Guerre mondiale, tandis que l’Europe a pu reconstruire son économie sous le parapluie des États-Unis. Après deux guerres mondiales désastreuses, l’Europe a décidé, pour de nombreuses bonnes raisons, que faire la guerre ne devait plus faire partie de son ADN. L’Union européenne est le résultat direct de cette volonté.

Construire un consensus et tenir des discussions sans fin est merveilleux dans un contexte de paix. Il est louable que les petits et les grands pays aient les mêmes droits, car un consensus qui est soutenu vaut mieux qu’un plan qui est imposé. Seulement, cela ne fonctionne pas dans une situation de guerre.

Aux États-Unis, ils savent ce que c’est que de faire la guerre et de fixer des délais à respecter. Lorsque Joe Biden déclare que d’ici le 1er mai, tous les Américains adultes pourront être vaccinés, il est sérieux. Son annonce selon laquelle les vétérinaires seront également autorisés à vacciner en est un bon exemple. L’Amérique sait ce que c’est que de faire la guerre et elle le démontre aujourd’hui. Lorsque nous disons que nous serons vaccinés le 11 juillet, nous ne le pensons pas vraiment.

‘A state at any cost’ – David Ben-Gurion

Quiconque lit la biographie de David Ben-Gourion, le fondateur de l’État d’Israël, se rend compte de ce que les Israéliens ont dû sacrifier pour créer leur propre État. Israël est en guerre depuis 1906 – lorsque les premiers navires sont arrivés sur les plages de Haïfa. D’abord contre les Turcs, puis contre les Britanniques, puis contre les nazis et enfin contre la quasi-totalité du Moyen-Orient. Ils savent ce qu’est la construction d’un commandement central et ce que signifie supprimer tous les obstacles afin d’atteindre leur objectif. Ils savent ce que cela signifie de survivre, jour après jour.

S’il y a une chose que vous n’avez pas à expliquer à l’État juif, c’est comment exécuter un plan avec un début, un milieu et une fin. Le déploiement du vaccin a été très facile pour eux et ils ont réussi avec brio.

‘Un peu de guerre ne serait-il pas mieux, parfois ?’ – Noordkaap

Tout est donc lié à l’attitude, à une volonté de fer de montrer des résultats. Pouvons-nous enfin mettre un terme aux discussions sans fin que l’on peut voir chaque jour sur De Afspraak, A votre avis, Terzake, C’est pas tous les jours dimanche – un merveilleux divertissement pour les amoureux de la meilleure conversation kafkaïenne ? Une attitude de guerre serait plus que bienvenue aujourd’hui. Vous souvenez-vous de la déclaration de Macron au début de la crise : ‘Nous sommes en guerre’. Le président français a reçu d’innombrables critiques suite à la prononciation de ce discours martial. Ce qui l’a poussé à changer de ton. Si cette méthode avait été mise à exécution, où en serions-nous aujourd’hui ?

PS: Il existe une autre raison fortement corrélée à l’absence d’attitude guerrière et à la mauvaise exécution, que les commentateurs et analystes ne mettent pas ou trop peu en évidence. Nous y reviendrons dans un prochain article d’opinion.


L’auteur, Xavier Verellen, est actif dans le secteur de ‘l’Internet des objets’. Son premier livre, Human Park, sera bientôt publié.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20