Guerre froide dans le Pacifique: les Européens appelés à prendre position

Les relations entre la Chine et les États-Unis ne sont pas au beau fixe depuis un moment déjà. Une situation tendue qui a déjà eu des répercussions sur de nombreux secteurs et qui pourrait finalement donner lieu à une véritable guerre froide, selon le chef de l’ONU, Antonio Guterres.

Cela fait maintenant plusieurs années que les relations entre la Chine et les États-Unis sont tendues. Sous la présidence de Trump, la situation était tellement préoccupante que le plus haut gradé américain a manœuvré en secret pour éviter une une escalade du entre les deux puissances. Malheureusement, le changement de président ne semble pas avoir calmé les choses entre les deux pays et chaque mouvement de l’adversaire est étudié, afin d’adopter la réaction adéquate.

Le récent accord américano-britannique pour moderniser la flotte militaire australienne est vu par certains comme une manière pour les trois nations de s’allier pour contrecarrer la présence toujours plus importante de la flotte chinoise dans le Pacifique. Une alliance qui n’est évidemment pas vue d’un très bon œil par Pékin. D’après les responsables chinois et nord-coréens, l’accord AUKUS menace la stabilité dans la région Asie-Pacifique.

Or, cette affaire « n’est qu’une petite pièce d’un puzzle plus complexe… de cette relation complètement dysfonctionnelle entre la Chine et les États-Unis », a déclaré Antonio Guterres lors d’une interview accordée à l’AP. « Nous devons rétablir une relation fonctionnelle entre les deux puissances », afin d’éviter une nouvelle guerre froide entre les deux pays, s’alarme le chef de l’ONU.

À noter que la Chine n’entretient pas des relations tendues qu’avec les États-Unis. La situation est d’autant plus problématique avec Taïwan qui souhaite obtenir son indépendance.

Le Japon s’inquiète de l’expansion militaire de la Chine

Le chef de l’Organisation des Nations Unies n’est pas le seul à s’inquièter des tensions dans le Pacifique. Pour le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi, la situation est également très préoccupante. Lors d’une interview accordée au The Guardian, il a exhorté les pays européens à dénoncer le comportement de la Chine, ainsi que la communauté internationale à renforcer ses efforts pour dissuader l’expansion militaire et territoriale de l’Empire du Milieu, au risque de voir un conflit armé se déclencher.

Le Japon a « de fortes inquiétudes concernant la sûreté et la sécurité non seulement de notre propre pays et de la région, mais aussi de la communauté mondiale », a averti Nobuo Kishi.

Le ministre japonais estime que la Chine « tentait d’utiliser son pouvoir pour changer unilatéralement le statu quo dans les mers de Chine orientale et méridionale », des points stratégiques pour le transport maritime mondial qui comprennent des eaux et des terres revendiquées par d’autres nations. L’expansion de la Chine dans le Pacifique est donc l’affaire de tous.

Plusieurs experts et personnalités militaires mondiaux ont indiqué que les démonstrations de force de la Chine pouvaient mener à de petites confrontations et/ou accidents maritimes qui pourraient rapidement dégénérer en un conflit armé de grande envergure.

Pour Nobuo Kishi, ce « qui se passe en mer de Chine orientale et en mer de Chine méridionale n’est pas seulement un problème régional, mais en même temps un problème pour la communauté internationale ». C’est pourquoi il exhorte les pays de l’UE à prendre position, afin de dissuader la Chine d’augmenter son expansion militaire. « Une position calme, mais ferme est nécessaire pour éviter » un conflit armé, a indiqué le ministre japonais.

Reste à voir si la communauté internationale répondra à l’appel du ministre japonais.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20