La Chine prévient Taïwan: ‘L’indépendance signifie la guerre’

Un F-16 de la Taiwan Air Force au premier plan s’attaque à un bombardier chinois H-6 lorsqu’il passe au-dessus de Taiwan. (Republic of China (ROC) Ministry of National Defense via AP)

La Chine est en train de tester jusqu’où le nouveau gouvernement américain est prêt à aller. Selon le ministère chinois de la Défense, la récente démonstration de force militaire n’est qu’une réponse à l’ingérence étrangère et aux provocations taïwanaises.

‘Nous voulons avertir fermement les forces indépendantistes taïwanaises: ceux qui jouent avec le feu devront en payer le prix. L’indépendance taïwanaise signifie la guerre!’ Tel était le message sans équivoque d’un porte-parole militaire chinois jeudi, lors du briefing mensuel de l’Armée populaire de libération.

Tensions en mer

La menace survient après une diminution des tensions dans le détroit de Taïwan pendant une semaine. Le week-end dernier, Pékin a envoyé des bombardiers et des avions de combat dans l’espace aérien de Taïwan deux jours de suite. Les États-Unis ont ensuite envoyé un convoi militaire en mer de Chine méridionale, composé d’un porte-avions et de plusieurs navires d’escorte. La Chine, à son tour, a rapidement annoncé des exercices militaires dans les mêmes eaux.

Le porte-parole du ministère de la Défense, Wu Qian, a déclaré jeudi que les activités militaires chinoises étaient ‘une réponse sévère à l’ingérence des forces extérieures et aux provocations des forces indépendantistes taïwanaises’.

Ce discours dur laisse penser qu’un conflit est imminent. Mais dans les faits, il s’agit seulement d’une confirmation de la ligne que la Chine poursuit depuis des années. C’est presque littéralement ce que stipule la loi anti-sécession chinoise de 2005.

Taïwan est autonome depuis 1949. Pourtant, Pékin soutient que la région fait partie ‘d’une seule Chine’. Le pays communiste s’est également engagé à répondre par la violence si jamais Taïwan déclarait officiellement son indépendance. En ce qui concerne le Parti communiste, l’île est toujours une province renégate.

Le porte-avion USS Theodore Roosevelt en route vers la Mer de Chine méridionale. (Photo: U.S. Marine Corps via AP)

Ce qui se cache derrière la menace

‘Pourquoi ces déclarations provocantes de la Chine en ce moment?’, peut-on se demander. Les provocations évoquées par Wu Qian ne sont certainement pas militaires. Si c’était le cas, Taïwan aurait signé son arrêt de mort. Cependant, depuis 2016, le gouvernement de la président taïwanaise Tsai Ing-wen est ouvertement pro-indépendance. Et c’est loin de plaire à Pékin. Taïwan a également resserré ses liens avec les États-Unis, qui étaient plus qu’heureux d’irriter la Chine sous Trump.

Les visites officielles de hauts responsables américains ont permis d’élever le statut de Taïwan au rang de nation indépendante. En outre, les faveurs économiques adressées à Taïwan contre le dragon chinois ont énormément irrité le Parti communiste. Par exemple, Google a récemment choisi Taïwan comme base asiatique. Washington a également sanctionné la division des puces de Huawei en faveur du fabricant de puces taïwanais TSMC.

C’est dans ce contexte que les récentes activités militaires dans le détroit de Taïwan doivent être envisagées. Le moment choisi est lié au changement de pouvoir à Washington. Pékin veut tester jusqu’où Biden est prêt à aller. La Chine espère également que quelques démonstrations de force pourront empêcher le nouveau président de suivre la même ligne que son prédécesseur. Après tout, Biden doit gérer de nombreux problèmes domestiques, avec la crise du Covid-19 et l’héritage des 4 ans de la présidence de Trump. Pékin espère donc que Taïwan ne sera plus considéré comme une priorité par l’administration américaine.

Partez et nous discuterons

Le même constat peut être tiré des propos tenus par le porte-parole de l’armée chinoise peu après le sévère avertissement. Il a qualifié la nomination de Biden de ‘point de départ d’une nouvelle histoire’ dans les relations sino-américaines. ‘Nous espérons que la nouvelle administration américaine coopérera avec la partie chinoise, dans un esprit de non-conflit et de non-confrontation… Nous espérons renforcer la communication, gérer les risques, éviter les crises et maintenir les relations entre nos deux armées’, a déclaré Wu Qian. Veuillez comprendre: ‘quittez Taïwan et nous pouvons travailler ensemble’.

Pour le moment, le gouvernement Biden ne se prend pas au jeu chinois. En réponse à la rhétorique guerrière de Pékin, un porte-parole du Pentagone a relâché la pression. ‘Il n’y a aucune raison pour que les tensions autour de Taïwan conduisent à quelque chose qui ressemble à de la provocation.’