Premier défi international pour Biden: le regain de tension entre la Chine et Taïwan

PHILIPPINE SEA (June 4, 2020)In this June 4, 2020, photo provided by the U.S. Navy, the aircraft carrier USS Theodore Roosevelt (CVN 71) departs Apra Harbor in Guam. The carrier has returned to sea and is conducting military operations in the Pacific region, 10 weeks after a massive coronavirus outbreak sidelined Navy warship. (Mass Communication Specialist Seaman Kaylianna Genier/U.S. Navy via AP))

Washington a envoyé un porte-avions en mer de Chine méridionale après que des avions de combat chinois aient violé l’espace aérien taïwanais le week-end dernier.

Le gouvernement de Taiwan a tiré la sonnette d’alarme dimanche après que des avions militaires chinois aient violé son espace aérien pour la deuxième journée consécutive.

Samedi, huit bombardiers et quatre avions de chasse chinois ont survolé l’île de Taïwan, que Pékin considère toujours comme une province dissidente. Dimanche, ce sont 16 autres avions chinois de différents types qui ont pénétré dans l’espace aérien taïwanais.

Le Département d’Etat américain a déclaré samedi être préoccupé par ‘la tendance actuelle de la RPC (République populaire de Chine) à intimider ses voisins, dont Taïwan’.

‘Les États-Unis exhortent Pékin à cesser ses pressions militaires, diplomatiques et économiques contre Taïwan et à engager plutôt un dialogue significatif avec les représentants démocratiquement élus de Taïwan’, a déclaré un porte-parole du département d’État dans un communiqué de presse publié sur Twitter.

Séparation de la Chine

Au cours de l’année dernière, la Chine a intensifié la pression sur le gouvernement taïwanais. Pékin exige que l’île reconnaisse qu’elle fait partie de la République populaire. De son côté, Taïwan se considère comme une nation indépendante. Cependant, la plupart des pays du monde ne reconnaissent pas officiellement Taïwan, pour la simple et bonne raison que Pékin n’entretient pas de relations diplomatiques avec les pays qui le font.

La reconnaissance diplomatique de l’île empoisonne les relations entre les deux rivaux depuis 1949. À l’époque, Tchang Kaï-chek et le Kuomintang étaient à la tête d’un gouvernement chinois nationaliste, opposé aux communistes dirigés par Mao Zedong. Les deux partis avaient combattu côte à côte face aux Japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Mais en 1949, les communistes ont fini par expulser leurs opposants de la Chine continentale vers Taïwan. C’est là que Chiang-Kai-chek a fondé l’actuelle république taïwanaise.

Ce regain de tension constitue le premier défi de la politique étrangère du nouveau président américain Joe Biden. Les États-Unis ne reconnaissent pas officiellement Taïwan, mais entretiennent toutefois des relations non-officielles avec la république. Celles-ci sont devenues de plus en plus étroite ces dernières années, au grand dam de Pékin.

Après la provocation chinoise de samedi, l’administration Biden a souligné son engagement envers l’île. Rapidement, l’armée américaine a annoncé que le porte-avions USS Theodore Roosevelt mettrait le cap pour la mer de Chine méridionale. Selon les déclarations officielles, le porte-avions se rend sur place dans le cadre d’une mission de routine visant à ‘assurer la liberté des mers’.