‘La Chine veut faire de Taïwan le nouveau Hong Kong’

EPA-EFE/TAIWAN PRESIDENTIAL OFFICE

Nouvelles tensions entre Pékin et Washington après la visite historique d’Alex Azar, secrétaire à la Santé, à Taïwan. Une première depuis 1979 pour un haut représentant des États-Unis, et la rupture des relations au profit de la Chine.

Alex Azar a d’abord rencontré la Première ministre à qui il a adressé son ‘fort soutien’, rapporte l’AFP. Le secrétaire américain à la Santé a ensuite félicité Tsai Ing-wen pour sa gestion de l’épidémie. En effet, à ce jour, l’île a recensé 480 cas pour 7 décès.

Cette visite ennuie fortement Pékin, qui considère toujours Taïwan comme une province rebelle mais faisant partie intégrante de la Chine. Elle voit dans cette visite du haut représentant, une énième provocation des États-Unis. Le gouvernement chinois n’a pas hésité à qualifier sa venue de ‘menace pour la paix et la stabilité’.

Récemment, Pékin a refusé de laisser Taïwan devenir membre de l’OMS. Après le retrait des États-Unis de l’organisation, la Chine en est devenue la première contributrice et a donc fait pression.

Le nouveau Hong Kong ?

Ce qui se joue en amont, c’est bien sûr l’indépendance de Taipei. ‘Notre vie quotidienne est de plus en plus difficile alors que la Chine continue de faire pression sur Taïwan pour que nous acceptions ses conditions politiques, des conditions qui feront de Taïwan le prochain Hong Kong’, a déclaré Joseph Wu, le ministre taïwanais des Affaires étrangères, à Alex Azar, indique l’AFP.

Il n’aura échappé à personne que depuis l’instauration de la loi controversée sur la sécurité nationale, Hong Kong vit sous tutelle, avec encore dernièrement l’arrestation de plusieurs dissidents, dont le patron de presse Jimmy Lay.

Taïwan, 23 millions d’habitants, aussi appelé République de Chine, a dans les faits une indépendance administrative et politique. Mais son indépendance n’a jamais été proclamée ni par le gouvernement de l’île, ni par celui du continent. L’île est donc toujours considérée par l’ONU comme une province de la République populaire de Chine. Taïwan se classe au 15e rang mondial en termes de PIB par habitant.

La visite du secrétaire d’Etat se déroule dans un moment de haute tension en Pékin et Washington, entre guerres commerciales et tensions diplomatiques. Pékin a annoncé lundi des sanctions à l’encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs républicains Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l’autonomie de Hong Kong.