‘Evil Corp’, le jeu des ‘milliardaires maléfiques’ inspiré par la Big Tech

Evil Corp: The Boardgame – (https://www.evilcorpgame.com/)

Lancé en 2018 grâce à un financement participatif sur Kickstarter, ‘Evil Corp: The Board Game’ est un jeu de plateau de type ‘Monopoly’ qui permet d’incarner des patrons inspirés par ceux de la Big Tech. Coucou Elon, coucou Jeff.

Si le but de ce jeu est de ‘sauver le monde, quel qu’en soit le prix’, en incarnant un CEO milliardaire, son créateur, le militant britannique Alfie Dennen, entend surtout mettre en garde contre les mauvais côtés des grandes entreprises technologiques et le trop grand pouvoir des magnats de la tech.

Le jeu dénonce ainsi le fait que ‘l’énorme pouvoir de façonner notre avenir collectif est entre les mains d’une poignée de PDG milliardaires, motivés – sans se soucier de l’avenir – par la recherche de l’excellence’, rapporte Business Insider.

Des ‘milliardaires maléfiques’

Jusqu’à six joueurs peuvent incarner l’un des profils de ‘milliardaires maléfiques’ disponibles: le visionnaire, l’expansionniste, le technocrate, le savant, l’utopiste et l’oligarque.

Si les créateurs du jeu n’ont pas clairement fait savoir de qui s’inspiraient les différents profils, la carte du visionnaire, marquée de la phrase ‘First, we take Mars’, semble pointer vers Elon Musk, le patron de SpaceX et Tesla.

Et celle de l’expansionniste pourrait fort bien lorgner du côté de Jeff Bezos, le fondateur et CEO d’Amazon.

Selon Business Insider, un autre personnage serait inspiré de Reid Hoffman, cofondateur de LinkedIn.

Source: https://www.evilcorpgame.com/

‘Il n’y a pas de projets de PDG qui n’entraînent pas de catastrophe pour nous, simples mortels’, souligne encore les créateurs sur le site Internet du jeu. Et une fois la partie terminée, les joueurs peuvent visiter une page web qui leur indique l’impact de leurs choix effectués au cours de la partie.

Dernier détail, un seul type de monnaie est disponible dans ‘Evil Corp: The Board Game’: les billets d’un milliard de dollars.

Lire aussi: