Des milliers de Belges concernés par la zone rouge en Espagne

Isopix

Ce vendredi, le SPF Affaires étrangères va faire passer toute l’Espagne en zone rouge, à l’exception de Ténérife. Beaucoup de vacanciers vont sans doute devoir renoncer à leur départ, alors que les milliers de Belges déjà sur place vont devoir observer une période de quarantaine.

Le SPF affaires étrangères est formel: pour toutes les zones rouges, les voyages ne sont ‘pas possible ou pas autorisés’. Les compagnies aériennes ne pourront sans doute pas faire décoller leurs avions. L’application du nouveau code couleur pour l’Espagne prend effet ce 04/09 à partir de 16 heures. Si vous vous y rendez, aucune assurance ne devrait vous couvrir en cas de pépin, pas plus qu’un éventuel rapatriement en cas de force majeure.

Dans le sens des retours, vous devez impérativement remplir ce formulaire, en plus d’observer une période de quarantaines de 14 jours et un dépistage. Là encore, ça vaut pour tous ceux qui rentreraient après ce 04/09 à 16 heures.

Rien que pour la compagnie TUI, 6.600 Belges seraient en Espagne actuellement, selon RTL Info. La compagnie prévoyait même 17.000 départs dans les 20 prochains jours.

Pour eux, deux solutions estiment Jean-Philippe Ducart, le porte-parole de Test-Achats. S’il s’agissait d’un voyage organisé, le client sera certainement remboursé. S’il s’agissait d’un simple vol, c’est plus compliqué. Car il n’y a pas de règle générale. Ça peut aller du report à la perte de la valeur de votre ticket. Un numéro est ouvert en cas de questions: 0800/29.510.

Tensions

Les codes couleur imposés par la Belgique ont fait l’objet de vifs débats et de tensions diplomatiques. Les critères y sont plus stricts qu’au niveau européen, comme le montre la carte de l’European Centre for Disease Prevention and Control qui place en rouge les zones avec plus de 120 cas par 100.000 habitants contre 100 pour la Belgique. La Belgique se base aussi sur les données des 7 derniers jours, alors que l’ECDC prend lui en compte les données des 14 derniers jours.

ECDC

La tension, elle règne aussi au sein des compagnies aériennes, qui lancent un nouvel appel à l’aide aux États. Des compagnies proposent des offres folles, comme Ryanair avec ses vols à 5 euros pour les mois de septembre et octobre. Mais même ces avions risquent d’être compliqués à remplir.