Construire à Bruxelles est plus cher qu’à Dubaï

Bruxelles occupe la neuvième place sur la liste des villes les plus chères d’Europe pour y construire. Telle est la conclusion de l’indice international des coûts de la construction de 2022, établi par la société internationale de conseil et de conception Arcadis.

Chaque année, l’indice du coût de la construction du gestionnaire Arcadis répertorie 100 villes du monde entier. La base de référence de l’indice (100) est fixée à Amsterdam. La capitale belge arrive à la 45e place cette année, huit places devant Dubaï, la capitale des Émirats arabes unis.

La ville la plus chère à construire en Europe et dans le monde est Londres.

Pénurie d’approvisionnement

La construction est devenue plus chère partout. L’inflation mondiale des prix des matériaux de construction est un facteur important à cet égard. Dès le deuxième trimestre de 2021, le prix du cuivre a augmenté de 70 % et celui de l’aluminium de près de 40 % par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie. Le prix du minerai de fer a même doublé pour atteindre un sommet historique. 

Ainsi, bien que le secteur de la construction ait rebondi en 2021, il a payé un prix pour cette reprise. « L’accès limité aux matériaux de construction, tels que l’acier et le bois, a entraîné de nombreux retards », explique Rik Menten, directeur des bâtiments chez Arcadis Belgique.

« Bien que ces matériaux soient désormais plus facilement disponibles, les prix restent élevés. De nombreux projets se concentrent désormais sur le rétablissement du programme et la réduction des dépassements de budget. Certains fonctionnent maintenant avec d’énormes pertes en raison de l’évolution du marché, du prix et de la disponibilité des matériaux. »

Depuis de nombreuses années, la demande de logements sociaux est énorme à Bruxelles. Plus de 50.000 familles, soit 10 % de la population de la région, sont sur la liste d’attente. Et dans toute la région, il n’y a qu’environ 40.000 logements sociaux. Il ne semble pas que la pénurie d’approvisionnement sera résolue rapidement.

« Avec les projets existants, les entrepreneurs sont exposés à des coûts plus élevés que la valeur des ajustements contractuels liés à l’inflation« , déclare Menten. « Les entreprises revoient donc de nombreux contrats en cours et, dans les nouveaux accords, cherchent des moyens de répartir les risques, par exemple par le biais de collaborations. »

Norme passive

Selon Arcadis, les coûts de construction élevés ne diminueront pas immédiatement. Les coûts élevés de l’énergie sont presque directement transférés dans la fabrication de nombreux matériaux de construction, tels que l’acier et le béton. Les coûts énergétiques sont à eux seuls responsables d’une augmentation de 38 % des coûts de production, le coût de la construction étant pris en compte.

Les normes énergétiques de plus en plus strictes ont également un impact sur les coûts de construction à Bruxelles. Depuis 2015, les nouveaux bâtiments doivent répondre à la norme dite passive. Selon la ville, cela a conduit à une augmentation significative du nombre de maisons passives et à des rénovations à faible consommation d’énergie considérables.

Les propriétaires de bâtiments sont donc contraints de rechercher des processus de production de plus en plus durables. « Le secteur de la construction s’est montré très robuste au cours de l’année écoulée en s’adaptant invariablement aux circonstances les plus difficiles », déclare M. Menten. « Aujourd’hui aussi, avec des interventions intelligentes et l’expertise adéquate, le secteur réussira à faire plus avec moins de matériaux. L’augmentation des investissements dans les solutions numériques et les méthodes de construction modernes peut améliorer à la fois l’efficacité et la durabilité. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20