Comment la sécheresse permet aux moustiques de proliférer, et de répandre de nouveaux virus

Les moustiques s’acclimatent très bien aux sécheresses : il leur suffit de se rapprocher de nos maisons. Et avec eux, les maladies qu’ils transportent. Comme la fièvre du Nil occidental, qui pourrait bien devenir endémique en Californie. Or, elle est potentiellement mortelle.

Comme si le coronavirus et les feux de forêt ne suffisaient pas, la Californie est menacée par une catastrophe supplémentaire : une autre épidémie, de fièvre du Nil occidental, cette fois. Une maladie causée par un virus qui se transmet par les piqures de moustiques, comme ses cousins qui provoquent la dengue ou l’infection Zika.

Chez l’humain, la maladie est asymptomatique dans 80% des cas. Mais elle peut provoquer migraines, nausées et vomissements. Et dans les cas les plus graves, un état de prostration, une faiblesse musculaire, des tremblements, des convulsions, pouvant évoluer en paralysie et coma, voire la mort. Or, la maladie est plutôt méconnue aux États-Unis, ce qui complique son diagnostic. Un cas mortel a été attesté en 2019, et au moins une personne en est décédée en juillet 2021. Mais le bilan risque fort de s’aggraver dans les prochaines années. À cause de la sécheresse.

Quelques millimètres d’eau

Cela peut sembler contre-intuitif, mais les moustiques vivant dans des zones habituellement humides s’acclimatent en fait très bien aux épisodes de sécheresse à répétition causés par le changement climatique. Car le débit des cours d’eau ralentit, voire se tarit presque complètement, laissant une série de points d’eau peu profonds, parfois même stagnants. Le paradis pour les moustiques, certaines espèces étant capables de pondre dans quelques millimètres d’eau. Or, malgré son nom, le virus du Nil occidental est présent dans certaines populations de moustiques américains, et il profite de leur prolifération.

Mais le réservoir viral de cette maladie, ce sont généralement les oiseaux, et là aussi, de nombreuses espèces américaines en sont porteuses. Or, celles-ci se rapprochent des milieux de vie humains durant les périodes sèches, à la recherche d’eau. Les flaques autour d’un appareil d’arrosage, un fond qui stagne dans un seau abandonné, ou dans une fontaine décorative. Des milieux dont raffolent les moustiques pour pondre.

Un dangereux cocktail qui ne demande qu’à être secoué pour déclencher une épidémie, selon Cameron Webb, entomologiste et inspecteur pour le Centre for Infectious Diseases and Microbiology: « Quand il fait sec, les conditions sont en fait meilleures dans les constructions humaines pour ce type de moustique. Vous rassemblez ainsi la faune sauvage, des gens, et des moustiques, et vous avez l’un des facteurs-clés qui risquent de provoquer une augmentation des cas de fièvre du Nil occidental durant les années sèches. »

Trois fois plus de cas attendus

Selon une étude publiée par la Royal Society, la multiplication des épisodes de sécheresse qu’entrainera le changement climatique pourrait bien multiplier par trois le nombre de personnes malades par ce virus, dans des régions où la population n’y a pas développé d’immunité. Un exemple de plus des dangers induits par les perturbations du climat.

Une propagation qui pourrait être limitée par une gestion plus parcimonieuse des stocks d’eau durant les périodes sèches. Selon l’Université de Los Angeles, les mesures prises durant la sécheresse qui a duré de 2012 à 2016 ont réduit le nombre attendu de moustiques de près de 44% dans les zones urbaines du comté, qui abritent 13 millions de personnes.

Des mesures à prendre en compte pour éviter que le monde occidental ne soit massivement rattrapé par ces maladies tropicales. Car les moustiques voyagent vite : le commerce de pneus usagers par exemple, permet à des espèces de traverser les océans. Car de l’eau stagne dans un pneu, quelle que soit la position dans laquelle on le stocke. Et les virus suivent les insectes. L’Europe pourrait très bien voir ses premiers cas dans les années à venir.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés