« La sécheresse est la prochaine pandémie. Et il n’y a pas de vaccin contre ça »

La sécheresse est une crise mondiale cachée qui risque de devenir « la prochaine pandémie » si les pays ne prennent pas des mesures urgentes en matière de gestion de l’eau et des terres. Un rapport des Nations unies sonne à nouveau l’alerte.

Au moins 1,5 milliard de personnes ont été directement touchées par la sécheresse au cours des 20 dernières années, et le coût économique pendant cette période est estimé à 105 milliards d’euros. Le coût réel est probablement beaucoup plus élevé car ces estimations ne tiennent pas compte de l’impact dans les pays en développement.

Selon Mami Mizutori, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, la sécheresse est sur le point de devenir la prochaine pandémie et il n’existe aucun vaccin pour en guérir. La plupart des pays du monde seront confrontés à un stress hydrique dans les années à venir. Pendant certaines périodes, la demande d’eau dépassera l’offre. La sécheresse est un facteur majeur de la dégradation des terres et de la baisse des rendements des principales cultures.

La sécheresse coûte déjà à l’Europe au moins 9 milliards par an

Beaucoup de gens pensent encore que la sécheresse touche principalement les régions désertiques d’Afrique, mais ce n’est plus le cas. La sécheresse est désormais généralisée et, selon le rapport, d’ici la fin du siècle, tous les pays, à l’exception d’une poignée, seront touchés sous une forme ou une autre.

« Les gens vivent avec la sécheresse depuis 5.000 ans, mais ce que nous voyons maintenant est très différent », a déclaré Mizutori lors de la présentation du rapport. « Les activités humaines exacerbent la sécheresse et augmentent son impact, menaçant de faire dérailler les progrès réalisés pour sortir les gens de la pauvreté. »

Les pays développés ne sont pas à l’abri de la sécheresse, d’ailleurs. Les États-Unis, l’Australie et le sud de l’Europe ont connu des périodes de manque d’eau ces dernières années. La sécheresse a un impact direct de plus de 5 milliards d’euros par an aux États-Unis et d’environ 9 milliards d’euros dans l’UE, mais là encore, ces chiffres sont probablement très sous-estimés.

Le changement climatique n’est pas le seul coupable

La croissance démographique expose également davantage de personnes aux effets de la sécheresse dans de nombreuses régions, indique le rapport. La sécheresse s’étend au-delà de l’agriculture. Le long du Danube, en Europe, les sécheresses récurrentes de ces dernières années ont gravement affecté les transports, le tourisme, l’industrie et la production d’électricité.

La modification du régime des précipitations due au changement climatique est une cause majeure de sécheresse, mais le rapport identifie d’autres coupables. Il s’agit notamment de l’utilisation inefficace des ressources en eau et de la dégradation des sols due à l’agriculture intensive et aux mauvaises pratiques agricoles. La déforestation, l’utilisation excessive d’engrais et de pesticides, le surpâturage et le prélèvement excessif d’eau pour l’agriculture sont d’autres problèmes majeurs.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés