La Floride a lâché des milliers de moustiques génétiquement modifiés dans la nature: une expérience risquée

La Floride vient de donner le coup d’envoi d’une campagne de grande ampleur. Plusieurs milliers de moustiques génétiquement modifiés ont été déployés dans la région des Keys. Objectif: en compter entre 500 et 750 millions pour 2022. Un projet censé bénéficier à l’Homme et à la nature, mais qui ne fait pas l’unanimité.

Ce projet est né d’une collaboration entre la biotech britannique Oxitec et le Florida Keys Mosquito Control District (FKMCD) qui, comme son nom l’indique, est chargé de contrôler la prolifération des moustiques dans les Keys, un archipel d’îles tropicales situé au sud de la Floride.

Le but: réduire considérablement la présence du moustique Aedes aegypti dans la région. Celui-ci ‘ne représente que 4% de la population de moustiques dans les Keys, mais est responsable de la quasi-totalité de la transmission de maladies’, indique Oxitec. Ces insectes propagent des maladies graves tant pour les humains (Zika, la dengue, fièvre jaune) que pour les animaux de compagnie (ver du cœur).

Comment ça marche ?

Concrètement, les millions de moustiques génétiquement modifiés par Oxitec sont eux aussi de l’espèce Aedes aegypti. Mais ce sont tous des mâles: ils ne piquent pas. Ceux-ci contiennent un gène autolimitant. Quand ils s’accouplent avec une femelle, leur progéniture ne dispose pas des capacités pour atteindre l’âge adulte. terme, cette technologie doit donc permettre de réduire le nombre d’Aedes aegypt femelles dans les Keys.

‘Notre mission principale est de protéger les résidents des Keys contre tous les moustiques, y compris l’Aedes aegypti, qui transmet les maladies. Le Florida Keys Mosquito Control District reste déterminé à rechercher des outils écologiques et ciblés pour protéger nos résidents et préserver notre faune. Avec l’approbation totale de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) des États-Unis et du ministère de l’Agriculture et des Services aux consommateurs de Floride, ainsi que le soutien des Centers for Disease Control des États-Unis et d’un comité consultatif indépendant, nous sommes maintenant impatients de voir le projet progresser au cours des prochains mois’, s’est réjoui Andrea Leal, directeur exécutif du FKMD.

Craintes d’un dérapage

Cette technologie, destinée à servir d’alternatives aux insecticides, ne fait pas que des heureux en Floride. Les opposants au projet ont fait valoir de multiples arguments.

D’une part, les autorités chargées de contrôler la prolifération des moustiques des Keys n’a présenté aucun plan de réduction de l’utilisation des insecticides. Autrement dit, même si l’expérience des moustiques génétiquement modifiés est un succès, la pulvérisation de produits chimiques dangereux va continuer pour contrôler les autres espèces de moustiques potentiellement dangereuses.

D’autre part, les détracteurs craignent que l’expérience ne tourne au fiasco, donnant naissance à des Aedes aegypti hybrides, encore plus résistants. Oxitec a assuré qu’elle contrôlerait la situation et qu’elle mettrait directement un terme à ses essais si une telle chose se produisait.

‘Dans le cas improbable où Oxitec identifierait une progéniture femelle génétiquement modifiée, ils sont tenus de cesser immédiatement les lâchers, d’appliquer des pesticides conventionnels ciblant les stades adultes et larvaires du moustique et de poursuivre la surveillance jusqu’à ce qu’aucun moustique femelle OX5034 (ndlr, le nom du gène autolimitant des moustiques génétiquement modifiés) ne soit trouvé pendant deux générations consécutives’, a assuré Kenneth Labbe, porte-parole de l’EPA.

Si les autorités américaines et floridiennes estiment qu’il y a peu de chances que ça se produise, les scientifiques ne sont pas unanimes. Entre 2013 et 2015, la firme avait mené une expérience similaire au Brésil. Elle l’avait qualifiée de succès, mais des scientifiques extérieurs à Oxitec avaient assuré que cela avait débouché sur des moustiques hybrides. La société a tenu à préciser que le gène utilisé à cette époque n’était pas le même que celui utilisé en Floride et qu’il n’existe qu’un potentiel ‘négligeable’ de survie des femelles cette fois-ci.

Manque de transparence

Les opposants au projet regrettent l’incomplétude de celui-ci. Ils dénoncent le fait que les moustiques d’Oxitec n’ont pas fait l’objet de tests indépendants avant d’être lâchés en Floride.

‘Pour les membres de la communauté qui vont être en première ligne de l’un des premiers lâchers massifs d’insectes OGM aux États-Unis, […] c’est une question de santé, de sécurité et d’environnement. […] À un moment de l’histoire où la biodiversité est plus dévastée qu’elle ne l’a jamais été, où nous sommes au milieu d’une crise de santé publique mondiale, nous devons mettre l’accent sur les preuves scientifiques’, a protesté  Dana Perls, responsable de l’ONG Friends of the Earth interrogée par Futurism.

Oxitec s’est refusé à procéder à des essais préliminaires en cage. Elle estime qu’ils ne sont nécessaires étant donné l’absence de risque pour l’Homme ou l’environnement et qu’ils seraient non pertinents pour l’évaluation du processus.

Autre motif de protestation: les autorités américaines n’ont pas déclenché de processus d’évaluation du fait que l’expérience permet bien de réduire la transmission de maladies et qu’elle ne nuit pas à l’environnement.

Enfin, si les mâles ne peuvent pas piquer l’Homme, ils peuvent transmettre des maladies aux femelles. Et donc potentiellement augmenter le nombre de femelles porteuses de maladies dans la région.

‘Il n’est pas trop tard. L’EPA devrait appuyer sur le bouton pause, et comme il pourrait s’agir de la première dissémination d’insectes génétiquement modifiés à cette échelle, nous devons le faire correctement’, conclut Dana Perls. Une pétition a été lancée pour demander l’interruption du projet sur le site change.org. Plus de 230.000 personnes l’ont signé à l’heure actuelle.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20