Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Cloud gaming: le calvaire de Nvidia GeForce Now se prolonge

Logo Business AM
Gaming

24/02/2020 | Baptiste Lambert | 4 min de lecture

Bethesda

Après-Blizzard, c’est au tour de Bethesda de mettre les voiles du service de cloud Gaming.

Nvidia a lancé il y a peu son service de cloud gaming en version bêta. L’offre était au départ alléchante avec un tout petit prix et pas mal de jeux triple AAA. Mais les coups durs s’enchainent pour la plateforme.

Outre les licences Activision-Blizzard (Call of Duty, Warcraft, Overwatch), c’est au tour des jeux Bethesda de se faire la malle.

Nvidia l’a confirmé dans un communiqué: ‘À l’approche d’un service payant, certains éditeurs peuvent choisir de retirer des jeux avant la fin de la période d’essai. En fin de compte, ils conservent le contrôle de leur contenu et décident si le jeu que vous achetez inclut la diffusion en continu sur GeForce Now. En attendant, d’autres éditeurs intégreront des jeux à mesure qu’ils se rendront compte de la valeur de GeForce Now (restez à l’écoute pour en savoir plus).

On ne trouvera donc plus jusqu’à nouvel ordre les Doom, Fallout, Elder Scrolls et autres Dishonored. Voilà qui vient mettre un sérieux coup de frein à une aventure qui avait plutôt bien commencé dans les chiffres. On retrouve encore sur la plateforme les jeux de Capcom, Square-Enix ou Konami.

Le cloud gaming dans le dur

Si beaucoup assurent que le cloud gaming est l’avenir du jeu vidéo, la technologie et le catalogue des différents acteurs laissent encore à désirer. C’est le cas par exemple de Google et son Stadia ou encore de Apple Arcade.

Pas de panique toutefois, ces différentes plateformes se sont lancées très tôt dans la course. Les milliards qu’ils ont investis dans cette technologie finiront sans doute par payer.

Ce qui est le cas aussi de Microsoft. Phil Spencer, le CEO de Xbox, rappelait récemment que son objectif n’était plus de vendre le plus de consoles possibles, mais bien de se tourner vers les services et ses rentrées lucratives. À l’instar de Google, Microsoft a déjà beaucoup investi dans des serveurs indispensables pour faire marcher cette technologie. Là où Sony (PlayStation) et Nintendo se concentrent avant tout sur leurs consoles physiques.

Lire aussi :

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour